Forum retrogaming
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 AJV - Resident Evil : Extinction

Aller en bas 
AuteurMessage
TechnoWolf
°°°°°°
°°°°°°
avatar

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/02/2012
Age : 30

MessageSujet: AJV - Resident Evil : Extinction   Mar 11 Sep 2012 - 11:19


Yep, and my bet is this movie is gonna hurt

Je ne sais même pas comment commencer cet article...

Resident Evil : Extinction ... parce qu'après l'Apocalypse vient l'Extinction...

J'ai commencé à suivre la saga à peu près au moment où ce film est sortit, j'ai joué à Resident Evil 4 et je me suis lancé dans les précédents, sauf le un que j'ai délaissé pour son remake Gamecube. Je ne suis pas allé voir ce film parce qu'à l'époque je n'avais vu que le premier et pas le deuxième. J'ai donc attendu de voir le deuxième afin de ne pas être largué... et est ce que cela m'a aidé ? Bien sûr que non...

Paul Anderson n'a jamais, JAMAIS, eu le sentiment d'échouer en faisant ses films, et même à ce jour, en entendant les interviews de sa femme, visiblement le couple est parfaitement heureux de ce qui nous est servit alors qu'au moins depuis le second film, je n'ai pas entendu une seule chose de bien sur cette saga de la part d'un fan de Resident Evil. Anderson est celui qui nous a servit Mortal Kombat, le film avait son charme, et encore aujourd'hui il est suffisamment apprécié de la part des gens pour qu'on le classe comme un « bon film ». Oh, le film est stupide, ne vous y trompez pas, il est stupide, mais ça n'en fait pas un film « mauvais ». Resident Evil Extinction est non seulement mauvais, non seulement stupide, mais en plus totalement inapproprié dans son scénario, dans son ambiance, et dans son ensemble même à une histoire d'horreur avec des zombies.


"In it for the money"
La tension déjà peu présente dans le second film a été complètement rasée dans le troisième, il n'y a rien, je répète : « RIEN », qui rattrape ce film et lui accorde une chance de rédemption. Resident Evil : Apocalypse nous donnait à la limite une petite histoire pour la création du virus T, qui, à la base, partait d'une bonne intention, mais qui a malheureusement été utilisé pour la création d'armes. Ça aurait pu être une question intéressante à poser : les inventions révolutionnaires qui sont finalement détournées de leur objectifs principal (i.e : aider les gens) pour devenir généralement cause de malheur, et comment leurs inventeurs se sentent après cela... comme Albert Einstein et ses travaux sur la bombe atomique..... évidemment c'était un film Resident Evil, et Paul Anderson n'a pas sentit le besoin de tenter de rehausser le niveau, surtout si cela devait nuire aux multiples scènes ou sa chère et tendre faisait des sauts de trente mètres et lançait des putains de kamehameha. Resident Evil : Exinction ne cache rien de sa nullité crasse, tout est une abominable blague insipide qui insulte le public à tout les étages : il insulte le public des fans de la saga qui voit encore une fois des personnages tirés du jeu à peine ressemblant faire figure de cheerleader pour Milla, le public d'amateurs de film d'horreur voir les mêmes zombies se faire tuer par les pouvoirs magiques de Milla, et les amateurs de bon scénario de par son script complètement raté et ses acteurs complètement en roue libre. Énormément de gens ont décrété que Resident Evil : Apocalypse était le pire des 4, mais non... Extinction... celui là, c'est vraiment le pire. A la limite, le prochain film se contentera d'insulter les fans du jeu uniquement, oubliant complètement le reste du public, et Apocalypse était juste super chiant. Mais celui là... il rassemble ces deux critères plus celui d'avoir un univers complètement inapproprié à un film de zombie.

Dans Resident Evil, le virus T régénérait les cellules et réactivait les cadavres, ramenant des humains à la vie mais les réduisant à une conduite totalement primitive, en plus d'une insatiable fin de chair humaine. Dans Resident Evil : Apocalypse n'importe quelle personne morte, quel que soit le procédé devenait un zombie. Dans Resident Evil Extinction : le virus T se transmet par les airs. Et si vous pensez que cette idée est stupide, attendez de voir l'exploitation qu'Anderson en fera dans ce film et dans le prochain (et, croyez moi, j'attends de pied ferme le prochain pour savoir quelle idiotie lui et sa femme vont encore me sortir).

Le film s'ouvre sur, attention tout ceci est très original, Milla nous narrant qu'elle s'appelle Alice et qu'elle travaillait pour fucking Umbrella corp. et qu'un beau jour il y eut un incident. Elle précise aussi, cette fois, que le virus T ne s'est pas contenté de rendre les gens zombies, non non non, il assécha également les lacs, détruisit les forêts, et la planète Terre devint un immense désert. Et pendant qu'elle nous dit ça, on voit la Terre devenir marron.

Ça ne leur a pas prit longtemps pour foutre en l'air leur propre histoire, non ? Parce que... quelle que soit votre opinion sur l'idée que la Terre entière soit ravagée par le virus T qui se transmet désormais par les airs, je dois poser deux questions là dessus : 1) si le virus est si facile à répandre avec juste UNE SEULE fiole qui a été renversée dans un laboratoire à Raccoon City, au point que la planète connaisse l'apocalypse, quel était l'intérêt de fabriquer autant de virus ? Et 2) si le virus se transmet par les airs, cela veut dire que tout le monde est foutu : les eaux sont asséchées, l'air passe n'importe où, le virus T passe donc n'importe où, tout le monde est contaminé. Fin de l'histoire. Milla est la seule survivante parce qu'elle a un A.D.N modifié et voilà tout... et si vous pensez vraiment qu'un film avec Milla Jovovich seule face à une armée de zombie, qui les tue en faisant du karaté, a des chances d'être intéressant, croyez moi, il n'en a aucune.


Ok, Umbrella, expliquez moi votre problème avec les petites filles...

Le pire, vous savez, ce que, bien que je râle sur ce film, et que j'appelle Alice « Milla » comme pour signifier que Milla nous joue Milla et pas un personnage de film de zombie, en toute honnêteté, je ne déteste pas Milla Jovovich comme actrice. Je l'ai vu dans de bons films : Jeanne d'Arc, Stone... et je trouve qu'elle peut sortir un bon jeu, c'est pas tant l'actrice que je critique que le rôle qu'elle a. Clairement, ces films sont des éternelles lettres d'amour qu'Anderson lui envoie.

Quoi qu'il en soit, le film s'ouvre donc sur notre Milla adorée qui se réveille dans la douche à poil, parce qu'on ne s'en lasse jamais. Elle sort de la douche et se met une robe rouge... hmm... où ai je déjà vu cette scène ?

Milla est donc dans sa robe du premier film, dans le manoir. Elle passe la porte et arrive dans la salle avec les lasers du premier film, elle parvient à esquiver le laser qui transforme en apéricube en sautant dans un conduit d'aération au dessus de la salle. Puis elle retombe dans l'hôpital du deuxième film. Elle se saisit d'un lit d'hôpital pour traverser le couloir (POURQUOI??), puis une scie électrique sort du sol et découpe le lit en deux, laissant à Milla le temps d'esquiver (oh, voilà pourquoi............ mais comment Milla pouvait-elle le savoir ? Et où est-elle... je comprends rien). Un truc sort du sol et tire une balle sur Milla qui meurt. Des types en combinaisons arrivent et transportent le cadavre de Milla pour le jeter dans une fosse, où des centaines de cadavres de Milla sont déjà entreposés : donc... Umbrella tente de faire une armée de Milla (vu comment le premier spécimen a refusé d'obtempérer à la fin d'Apocalypse, je ne comprends pas pourquoi il feraient ça), ils ont encore les moyens de faire autant de clones à un moment pareil de l'Histoire de l'humanité, et ça doit schlinguer un max... Aussi : si les clones ne sont pas aussi bon que la vraie, et que le virus T est transmissible par les airs, les clones ne devraient-ils pas se transformer en zombies ?

Nous avons ensuite droit au résumé nous disant que la planète est désormais morte, et que l'humanité peine à survivre.

Ensuite nous avons un plan pour nous indiquer que Milla est désormais dans les alentours de Salt Lake City, et elle a reçu un S.O.S par radio, des gens cachés dans un magasins, prétendant être encerclés. Bien sûr, bonne poire qu'elle est, Milla y va ; espérons pour elle que ses copains ne l'abandonnent pas comme les précédents. En fait, ce n'est pas vraiment ça, je vous le dirai au bon moment, vous êtes pas à une déception près de toute façon, si ?

Milla arrive dans le supermarché dans lequel visiblement des inscriptions très peu accueillantes ont été peintes (avec du sang?) ; se méfie t'elle ? Nooon ! Pourquoi devrait-elle ?

Elle apperçoit une bonne femme recroquevillée sur elle même en train de pleurer. Elle approche en tendant une main secourable.
« Qu'est ce qu'y se passe ? »
« Sauvez mon bébé »

Et le bébé s'avère être... un faux. Et d'autres personnes sortent de l'ombre en braquant Milla. Oooh, c'était pour ça les inscriptions bizarres sur les murs... oh ben ça alors.

« Salope ! T'as fais tombé mon bébé » (lololololololololo)

En fait, ces pauvres malheureux s'avéraient être de terribles gens qui attirent d'autres personnes pour leur faire Dieu sait quoi. Comment un tel groupe a pu se former en reposant sur ce genre d'idée ?

Évidemment, l'un d'entre eux à la mauvaise idée de violer Milla, qui répond aux avance en balançant un magistral coup de pompe dans la gueule de Monsieur.... nan mais c'est comme ça qu'on se fait la cour en Ukraine, moi aussi j'ai été troublé la première fois que j'ai dragué une Ukrainienne...

Ah, et oui, le coup de pied est tellement balaise que le mec meurt sur le coup. On plaisante pas avec Milla, non mais.

Le reste du groupe décide de changer de divertissement et balance Milla dans une arène, où des chiens infectés sont en cage. Dites, l'arène et les cages étaient déjà dans le magasin avant que le virus T ne se répandent ? Et comment ils ont fait pour capturer des chiens infectés ? Et comment ont-il fait pour échapper à l'infection si le virus se transmet par les airs ?

Les chiens se font évidemment massacrer, et Milla fait tomber les méchants piégeurs dans l'arène. Oh oh oh, ça leur apprendra... et on ne verra pas ces cons là se transformer en zombie.


Milla Jovovich, désespérément perdue, à le recherche de la Road 66

Après cette scène parfaitement inutile, on voit un convoi de camions sur une route déserte, dont un bus rempli d'enfants avec des roues équipées de lames pour tuer les zombies à côté, à supposer que ceux ci seraient en train de flemmarder au sol ou bien d'avoir un festin.... c'est idiot... et dégueulasse... pauvres enfants.

Ce convoi est piloté par Claire Redfield, et non, évidemment, elle n'a strictement rien de la Claire du jeu vidéo, elle pourrait s'appeler Allegra Coleman, ça ne ferait aucune différence. Elle est également jouée par Ali Larter, que vous connaissez probablement surtout pour son rôle de Nicky dans Heroes... alors je vous demande de mettre Nicky et Claire Redfield côte à côte... est ce un miroir ou le jeu des 7 différences ?

Sérieusement ? Comment Paul choisit-il ses acteurs ? Je rêve de le savoir.

Claire parle à Carlos, qui a rejoint ces gens là, sans Jill, allez savoir pourquoi. Et elle contacte également... LJ ! Oh, merci mon Dieu d'avoir ramené fucking LJ, on sait tous que ce film n'aurait pas été le même sans lui... je sens que je vais encore me mettre à taper violemment sur mon clavier à chaque fois que je devrais retranscrire ses dialogues.

Tout ce petit monde est en route pour une maison abandonnée, qu'ils observent d'abord pendant une demi heure, vous savez pour s'assurer que les zombies aient le temps de finir les humains dedans. Puis Carlos et LJ inspectent la maison. En fait c'est le seul moment de suspens un tant soit peu proche de Resident Evil qu'on a là, parce qu'on sait qu'un zombie va attaquer mais il n'y a pas Super Milla dans le coin pour sauver la situation. Par contre, pourquoi avoir amené les gosses avec eux si c'était juste pour voir s'il y avait des survivants ? Vous ne pensez pas que c'est un peu dangereux ? Et, encore et toujours, si le virus est transmissible par les airs, comment ont-ils fait pour échapper à l'infection ?

La seule chose qu'ils font dans cette scène est de constater qu'ils n'ont plus de cigarettes (oh mon Dieu, plus de cigarettes ?!! les zombies qui infestent notre monde passe encore, mais à court de clopes, je ne saurai le tolérer).

Et pour ne pas casser le rythme du film, on saute à une autre scène encore, où l'on voit qu'Umbrella se cache sous terre (où l'air passe également, donc, même chose, le virus T devrait avoir frappé là aussi). On assiste à une réunion passionnante des actionnaires d'Umbrella, et à la tête nous avons...

« Président Wesker »

Il ressemble plus à l'original que pour Claire, cette fois …. eh oui, il a des lunettes noires. Et tout un chacun portant des lunettes noires est un sosie parfait de Wesker.


De droite à gauche, les actionnaires d'Umbrella les plus importants : Hitman, Kenzo Tsujimoto et Régis Laspales

Ils racontent comment vont leurs différents endroits (entre Londres, Paris, Manhattan, Melun, Abbeville, Pontault-Combault... je sais pas moi) jusqu'à ce qu'entre LE personnage clé du film (quoi ? Vous pensiez que ça allait être Wesker ? Jeunes sots).

« Dr. Isaac ! Comme c'est aimable de la part du département scientifique de se joindre à nous »
« Qu'est ce que le département scientifique a comme rapport ? »
« Nous pouvons entraîner les zombies  avec l'antivirus, nous pouvons faire disparaître leur instinct primaire ainsi que leur insatiable faim de chair humaine. Ils ne seront jamais humains, mais ils seront une main d’œuvre docile ».

Donc, le plan ici était de contaminer les humains, pour les décontaminer ensuite afin de peut-être leur enlever leur faculté à réfléchir. Quel plan brillant. Il l'a eu où son diplôme, le doc ? Dans un paquet de corn flakes ?

Sérieusement, les gars, vous parlez comme si vous aviez contaminé la planète volontairement pour faire de l'espèce humaine un genre d'esclave. Cette apocalypse a été créé par accident juste parce qu'un guignol espérait pouvoir se faire du blé en vendant l'antivirus sur le marché noir. Et même si ça marchait, les résultats diffèrent sur chaque humains, vous avez oublié que tout être a un code génétique différent ? C'est ce qui nous permet de nous différencier les uns des autres. Vous ne pouvez pas trafiquer mon génome comme vous pouvez trafiquer celui de mon voisin, on est dans du mauvais cliché de série B. Cela dit, c'est un film Resident Evil, je ne pense pas pouvoir m'attendre à grand chose de plus intelligent de sa part.

Pour être honnête, l'acteur qui joue le Dr. Isaac (Iain Glen, ou Ser Jorah Mormont dans Game of Thrones) est le seul qui a l'air de s'amuser avec son rôle. Je dirai que sa performance n'est pas autant surjouée que Raul Julia en tant que M. Bison, mais on sent qu'il tente de s'en rapprocher.

Le fait est que ses expériences de Dr. Mad risquent de prendre des décennies, et les actionnaires ne sont pas heureux à l'idée de devoir rester à croupir sous terre pendant des décennies. Beh. Comment dire ? Fallait y penser avant de balancer votre saloperie, les cocos. En fait... comment se fait-il que le virus se soit propagé ? Une bombe A a été balancé sur Raccoon City à la fin du film précédent, Paulie, tu veux bien nous rappeller comment le virus a fait pour se propager ? Parce que si une attaque nucléaire ne marche pas, normalement plus rien ne peut, à part propager l'antivirus en espérant qu'il soit lui aussi transmissible par les airs...

Si vous vouliez faire une main d’œuvre docile, prête à accepter les conditions de travail les plus pénibles pour des salaires minables, pourquoi ne pas avoir bombardé les gens de séries télévisées idiotes, ou de télé-réalité débile, ou encore de débats fumeux avec des invités camés ? Ça marche, cette solution, plus qu'on ne le croit...

Le meeting se conclut donc sur la menace de remplacer le Dr. Isaac parce que, je suis sûr qu'en période de catastrophe naturel et presque tout le monde est mort, on peut facilement retrouver un savant fou prêt à tenter de domestiquer des zombies de remplacement...

Vous voyez ?! Voyez vous seulement à quel point ce film est idiot... on a atteint le même genre de niveau qu'avec Advent Children, même pour les standards d'un film d'action ou d'horreur, ce film est ridiculement surréaliste, et son intrigue ultra-compliquée, un fois décortiquée, n'a aucun sens. Et devinez quoi, c'est ce qui différencie un bon film d'un mauvais film. La raison pour laquelle Inception est un bon film c'est qu'une fois qu'on a tout expliqué et tout mit sur la table, l'intrigue se met en place et le résultat est satisfaisant (pas magistral, certes, satisfaisant), quand vous prenez Resident Evil : Extinction et que vous faites la même opération, vous avez l'impression qu'on vient de vous arracher une partie de votre vie qui ne reviendra jamais.

Le Dr. Isaac s'en va donc, inquiet de perdre la place que lui seul devrait pouvoir occuper. Pendant ce temps là, Milla est occupée à tuer un zombie anciennement pompiste avec une arbalète. A ce propos, je me rappelle que dans Resident Evil Rebirth sur Gamecube, il fallait brûler les zombies pour éviter que ceux ci ne se relèvent en mode « vénère », ici je crois que Milla a une raison encore plus légitime de faire ça : les cadavres, ça pue, énormément. Une planète infestée de cadavres vivants doit avoir une odeur ambiante insoutenable...


Encore une victime du dernier David Guetta

Milla va dans la station, parce que même si le pompiste est mort, il faut quand même payer les frais d'essence, et est attirée par un bruit dans l'arrière boutique. Habituée à aller espionner les jeunes couples en pleine action dans les chiottes d'autoroutes entre L.A et San Fransisco, Milla s'approche discrètement de la porte, et ouvre celle ci. Malheureusement c'était juste des mouches autour d'une personne visiblement pendue (hey, c'est pas mal comme moyen pour lutter contre la condamnation à être réanimé par le virus T, ça). Elle trouve un carnet et décide de le prendre (POURQUOI?), puis elle s'en va alors que la radio de sa moto reçoit un appel du convoi de « Claire Redfield ».

Elle ouvre donc le carnet et voit que celui qui l'a écrit saurait que l'Alaska serait un endroit isolé donc sûr. Pardon ? L'Alaska serait isolée ? Comment ? Le début du film nous montre le virus se répandre sur l'intégralité de la Terre, et celle ci devenir complètement marron. Pour autant que je sache, l'Alaska fait partie de la Terre (je vous jure, situé juste au dessus du Canada, appartient aux États Unis). Si le virus T est transmissible par les airs, il y a de fortes chances que l'endroit soit aussi contaminé que le reste... à moins que les ours polaires là bas aient formé une résistance. Je sais que je n'arrête pas avec mon histoire de virus transmissible par les airs, mais si le virus assèche les mers et se répand malgré une explosion nucléaire à la source, alors il n'y a rien pour l'empêcher de contaminer l'Alaska.

Que font les Carlos et LJ, en ce moment même ? Ah oui, ils sont partis explorer des maisons abandonnées pour y trouver d'éventuels survivants au virus transmissible par les airs qui contamine aléatoirement (vraiment, ils auraient dû l’appeler le Virus R, le Virus Random). C'est à ce moment qu'LJ nous prouve à nouveau qu'il est un abruti complet et totalement incompétent pour des missions avec des zombies dedans... je vous rappelle que la semaine dernière il ne savait pas conduire un taxi dix mètres sans se crasher dans quelque chose.

Pourquoi je dis qu'LJ est con ? Déjà parce que c'est vrai ; son personnage de black cool qui fait des blagues me sort par les yeux, comme tout les clichés du genre, et aussi parce que dans cette scène, il flingue un zombie, puis en voit un autre et tire..... sur son reflet dans le mirroir


Vous allez me dire qu'il n'a pas pu voir les limites du miroir ainsi que le reflet du mur derrière le zombie ? Je veux bien qu'il soit prit par surprise, mais quand même, y'a des limites à la connerie, même pour LJ...

Enfin bon, Carlos arrive pour le sauver mais pas à temps, LJ s'est fait mordre, vous savez ce que cela veut dire : c'est un décompte du temps qu'il reste à vivre pour cet idiot... je ne devrais normalement pas me réjouir de la mort de quelqu'un, mais si vous n'avez pas vu le film, croyez moi, LJ méritait ça depuis longtemps. Et, très franchement, vous vous attendez à ce que je dise quoi « Oh... non... pas LJ !! c'était mon personnage de Resident Evil préféréééééé !!!! »

LJ ne dit cependant rien parce que la médic' qui vient examiner sa blessure à la tête (pas la morsure du zombie qui est, elle, à sa poitrine) s'avère être sa copine.

Spoiler:
 

Même Carlos se sent mal à l'aise à cette idée et laisse les tourtereaux planifier leur soirée. Et voilà le truc chelou : LJ ne dit rien à la fille pour ne pas l'effrayer, j'ai compris, mais il est d'accord pour la voir ce soir, donc, il est ok pour prendre le risque de la contaminer pendant que les autres seront bien endormis. Je pense qu'à sa place, j'aurai fait mon enfoiré, l'aurais volontairement dégoûté pour qu'elle ne veuille plus me parler, et me serait tiré une balle dans la tête à la première occasion. Parce que c'est le seul échappatoire à ça, non ?!


"- Ben oui mais si l'antivirus ne marche pas...?"
"- C'est vous qui voyez ! y'en a qu'ont essayé, ils ont eu des problèmes"
Retour aux expériences du Dr. Overacting, lui et ses assistants débiles injectent de l'antivirus au zombie cobaye puis lui donne un portable. Le zombie se saisit du portable et prend une photo avec.
Puis ils lui filent le jeu pour bébé avec les formes géométriques à mettre dans le trou adéquat, que le zombie a l'air de faire correctement.

« Incroyable, il a un raisonnement logique, vous l'avez domestiqué docteur, félicitations ! »

Ouais mais non en fait. Le zombie tente de mettre l'étoile dans le losange, ce qui ne marche évidemment pas, s’énerve du coup, parvient à se libérer en levant les bras (vive la sécurité). Le Dr. Jesuismalvuparmessupérieursmaisjem'enfousparcequejemevengesurmesassistants sort du labo et enferme ses assistants, les laissant à la mercie de ce zombie enragé pour un jeu de formes géométriques (… et le mot de la fin de cette histoire ? « eh bah qu'est ce que ça va être quand on lui filera Ghouls & Ghosts... »)

Le convoi de Claire passe sa soirée à manger je ne sais quelle merde en boite (c'est Jean Pierre Coffe qui serait outré... vous pensez qu'il est devenu zombie, lui aussi ?). Claire va voir Johnny Cage (et si vous vous demandez si j'invente, non, c'est bien Linden Ashby), ce dernier a regardé le niveau d'essence des camions et décrète sous fond de musique dramatique que...

« Bah, Claire... si on arrive à déplacer ces vieilles carcasses... je dirai qu'on s'en sort plutôt bien »

… Oh, alors tout va bien. Tant mieux.


La soirée se passe comme vous l'imaginez : on s'emmerde comme un mort (get it ? Parce que c'est un film de mort vivants...... hein ? Hein ?? je suis hilarant, c'est vous qui êtes nuls!!). Même LJ est toujours humain le lendemain matin, vraiment il semblerai que le virus T agit comme il veut : sur Michelle Rodriguez, ça avait duré une heure avant d'agir, là ça prend plus d'une journée... wtf.
Pendant cette soirée, le Dr. Isaac active un clône de Milla, et cela provoque un rêve/montage qui fait que Milla (la vrai) a soudain des pouvoirs de télékinésie, parce qu'elle fait lever des rochers dans son sommeil, et se réveillant en sursaut elle a juste le temps de voir sa moto tomber au sol et se péter en deux ; pas solide la moto. C'est moi qui ai mal à la tête maintenant... j'ai besoin d'un verre...

Milla regarde les ruines de sa moto et au lieu de se dire « HOLY SHIT ! JE SUIS TELEPATHE !!! »
elle retourne se coucher genre « ouais bah moi j'ai finis ma journée, rien à branler de ces conneries ! »

Les pouvoirs de Milla sont détecté par l'I.A du complexe Umbrella, qui est de nouveau incarné par une petite fille. Sauf qu'elle est brune et a une robe blanche cette fois........ et l'hologramme est mieux fait que la Red Queen du premier film. Je trouve la fascination pour les petites filles étrange de la part d'Umbrella, d'autant qu'on est en période d'armageddon... elle a un sens des priorités qui m'échappe, cette entreprise.

Le campement de Claire est sympathiquement réveillé par une nuée de corbeaux qui semble visiblement très intéressé par les vivants. Les corbeaux auraient mangé de la chaîr contaminée et donc, maintenant, ils sont devenus des corbeaux infectés. SEULEMENT MAINTENANT ? Parce que, ça fait un moment que la Terre est dans cet état, donc une nuée de corbeaux virusés devrait-être quelque chose d'habituel maintenant, non ?

Non bien sûr, il est sous entendu que c'est seulement depuis que Milla a tué quelqu'un avec une arbalète et qu'un corbeau l'a bouffé que le virus s'est répandu dans toute la nuée.

Les corbeaux oublient donc qu'ils sont des charognards et veulent bouffer de l'humain vivant... et, vous savez, pourquoi ne bouffent-ils pas d'autres corbeaux infectés, ça n'est jamais expliqué.

Le campement essai de s'enfuir et le peu de crédit qu'on puisse accorder à cette scène est qu'il y avait des ennemis corbeaux dans Resident Evil, et que les corbeaux dans ce films sont plus réalistes que les oiseaux en .gif dans Birdemic... mais cela n'est rien d'insurmontable, croyez moi.

Le 4X4 où LJ et sa copine ont passé une nuit romantique en amoureux ne démarre malheureusement pas (et, tant que j'y suis, vous croyez que le virus T est sexuellement transmissible, aussi?), LJ décide donc de sortir du véhicule et de courir vers le bus où sont les enfants. Le chauffeur prend quelques corbeaux sur le pare brise et se prend un poteau également, ce qui arrête net le bus.

S'ensuit un plan digne de Speed pour faire passer les enfants du bus à un autre 4X4, et le résultat à cela est que la copine de LJ y passe, ainsi que le chauffeur du bus. Bye mademoiselleonsaitpastonnom.

Un troisième type tente de monter sur le lance flammes pour dissiper les corbeaux, mais se fait chopper et tombe, envoyer la déflagration vers Carlos qui était sortit pour sauver un autre random. Il s'apprête à recevoir les flammes jusqu'à ce que....... MILLA ARRIVE. Et elle sauve Carlos en utilisant ses nouveaux pouvoirs psychiques dont elle a apprit l'existence la nuit dernière, comme tout cela est incroyablement pratique.


Resident Evil - Extinction, jouable uniquement avec un Action Replay

L'I.A du complexe Umbrella joue de nouveau sa Fay et dit qu'elle a de nouveau détecté des radiations de... science... dans le désert et qu'il y a 45% de chances que ce soit l'original projet Alice.
Un type en costard vient engueuler Isaac pour son retard, ses expériences qu'il fait dans le dos de Wesker (oh, quoi ? Wesker n'a pas de caméra pour observer les gens dans ses propres complexes ? Ok, film, ok... retenez juste ce détail pour la prochaine AJV, dans ce cas, et faites moi confiance).

Le mec en costard s'en va et, sérieusement, vous en avez quelque chose à foutre de ce que je vous dis là ? Honnêtement ? Je ne vous demande pas si mes AJV en général vous intéressent, je suppose que vous avez cliqué sur le lien en connaissance de cause, mais ce que j'écris c'est l'histoire du film telle qu'elle est, en raccourcissant certains passages inutiles. Mais là, vous pouvez me dire que vous en avez quelque chose à faire de ce mec en costard qui a l'air « important » à l'intrigue. Plus de la moitié des personnages de ce film n'ont pas de nom, Wesker et Claire sont là pour décorer, j'ai même baptisé un des actionnaires Régis Laspales parce qu'il n'avait pas de nom et qu'il avait le même collier de barbe. Vous savez déjà qu'Isaac va être le dernier boss de cette histoire et que Milla va tout faire toute seule. Alors sérieusement, trouvez vous un seul truc intéressant dans cette histoire ?!!

Milla se réveille donc dans un des 4X4 et la petite blonde qui squattait avec Claire vient lui apporter de la nourriture.

« Comment tu t'appelles ? » demande Milla
« K-mart » (une chaîne de supermarché aux Etats Unis)
air étonné de Milla, et franchement y'a de quoi
« Claire et les autres m'ont trouvé dans un K-Mart »
« Et t'as pas d'autre nom ? »
« Je n'ai jamais aimé mon véritable nom... tout ceux que je connaissais sont morts... je pensais qu'il était temps de changer »

C'est effectivement une donnée à prendre en compte, voyons voir si je peux apporter ma pierre à l'édifice : CHOISIS UN PUTAIN DE VRAI PRENOM !!!

L'enterrement des braves inconnus morts pendant la scène des oiseaux CGI a lieu.

« Quelqu'un veut dire quelque chose ? » demande Claire.

Non, je les connaissais à peine, sérieusement, fais vite, film, j'en peux déjà plus.

Carlos et Milla se retrouvent et l'on apprend que Milla les a quitté il y a six mois sans rien dire parce qu'elle savait qu'Umbrella la surveillait. Apparemment elle ne la surveillait pas tant que ça s'il a fallut qu'elle développe ses pouvoirs psychiques pour être repéré par l'I.A gamine d'Umbrella. On a donc l'explication du pourquoi Milla a t'elle quitté le groupe, a t'on l'explication de pourquoi Jill et la fille Ashford ont disparu du film ? FUCK NO !

Milla révèle que c'est plus sûr si elle n'est pas avec d'autres personnes, c'est même pour ça qu'elle reste avec le convoi.

Deuxième scène de Johnny Cage, cette fois on lui demande l'heure

« Beh, Carlos, il est 12h14 »

Pourquoi ils ont engagé Ashby si c'est pour lui faire dire des choses inutiles ?

Milla révèle à Claire qu'elle a un carnet ainsi que des transmissions radios stipulant que l'Alaska est un endroit sûr. Claire n'est pas motivée à l'idée de bouger son convoi pour une simple théorie qu'un endroit est sûr. Elle soumet ça à un vote en précisant qu'il y ai un « espoir seulement » que l'Alaska soit sauve. Le vote est bien sûr en faveur du « cassons nous en Alaska ».

« J'espère que vous savez ce que vous dites ! » dit Claire à Milla. Parce que sinon, elle nous a filé un faux espoir alors qu'on aurait pu rester là à crever dans le désert.

Sérieusement, quel choix est ce là ? Risquer de mourir en cherchant un endroit sûr ou risquer de mourir en restant dans un endroit pas sûr... je ne pense pas que ce soit un risque idiot que de partir en ayant, cette fois, un objectif.

Le convoi est en route et s'arrête à Las Vegas pour prendre de l'essence mais, HORREUR, une caisse est au milieu de la route et bloque le passage. Il va falloir la bouger, parce que contourner ce serait trop dur. Mais ça c'est propre aux héros de Resident Evil : la porte se referme automatiquement derrière eux s'ils prennent le fusil à pompe et le piège se déclenche, alors ils doivent faire des casses têtes pendant des heures pour trouver le faux fusil à pompe au lieu de tout simplement décaper la porte qui se referme automatiquement, où la défoncer pour sortir en tirant dedans avec le fusil à pompe nouvellement trouvé. Bref, les personnages de Resident Evil sont tous cons. Waoh, Paulie Anderson a géré, ce coup là, pour respecter l'univers du jeu.

Forcément Milla se rend compte que « IT'S A TRAP ! » et à ce moment là, la caisse s'ouvre et en ressort un nombre anormalement grand de zombie qui respawn à l'infini, comme dans Resident Evil Operation Raccoon City.

Vous savez quoi ? Je vais être gentil avec vous : je vais vous épargner cette scène d'action totalement inutile. La seule scène intéressante du film, qui est d'ailleurs ce pourquoi Apocalypse nous avait laissé en suspens, c'est que maintenant Umbrella est capable d'éteindre Milla.

« Elle est vraiment magnifique » dit le Dr. Isaac en regardant Milla via une caméra satellite (et là je suis d'accord).

Ils éteignent donc Milla qui s'arrête net, pendant que le reste de l'équipe se fait joyeusement massacré. Johnny Cage meurt, LJ devient finalement un zombie et s'attaque à K-Mart, sauf que Carlos la sauve et se fait mordre à son tour. Un autre type meurt... bref, tout le convoi meurt et Claire a un peu de mal à avaler ça.

Sauf que Milla parvient à override le contrôle d'Umbrella sur elle, et trouve ceux qui l'ont éteinte. Elle massacre tout le monde sauf le Dr. Isaac qui se fait mordre par un zombie avant de s'enfuir en hélicoptère.


"Oh.. no...... I SLEPT TOO LOOOOOOONG !!!! AAAAAAAAAHHHHHH !!!!!!"
Milla met le reste des survivants dans l'un des hélicoptère d'Umbrella et décide de suivre celui du Dr. Isaac pour voir où il se cache. Carlos est cependant infecté et décide que

« C'est trop tard et tu le sais »

Ouais, Carlos, tu vois, te sauver était le point clé de l'intrigue du film précédent, et l'audience ne veut pas de répétition, donc... désolé, va falloir que tu meures !

Au moins, Carlos se rend utile et arrive à travers les grilles de sécurité du complexe Umbrella en camion et fait tout péter. Stylé. Milla peut donc entrer dans le complexe, et désormais notre cher Dr. Doom s'est injecté au moins trois tonnes d'antivirus, c'est alors que revient l'autre face de cul en costard pour dire que c'est pas bien ce qu'il fait et lui tirer une balle dans la tête.

Le Dr. Isaac se relève de sa mort et a maintenant le pouvoir de transformer ses doigts en tentacules pour brainfuck Costard Man. Au moins on sait maintenant qui a volé les tentacules du Némésis.

Milla découvre alors qu'Umbrella faisait des clones d'elle même (et ces clones ont tous échoué d'ailleurs, pourquoi Umbrella faisait des clones d'Alice, déjà?). Elle voit alors l'I.A d'Umbrella lui révéler la révélation finale du film :

« Ton sang est l'antidote pour le virus T »

Ok, alors ils faisaient des clones d'Alice pour développer l'antivirus ? Alors résolvez moi ça si vous le pouvez : pourquoi donc testaient-ils les clones d'Alice dans des chambres qui reprenaient les différents endroits du premier film, et surtout, s'ils tenter de synthétiser un antivirus, est ce que quelqu'un peut m'expliquer d'où vient l'antivirus qu'on nous balance au nez depuis le début de LA PUTAIN DE SERIE ???!!!!


"Putain, qu'est ce que j'suis bonne...."

Milla part tuer le Dr. Isaac devenu désormais un Tyran (probablement pédophile), elle trouve l'assemblée de clone qui sont tous dans une sorte de … bulle... mais alors le Dr. Tyran lui saute dessus. Milla réagit au quart de tour et se saisit d'un de ses couteaux pour le planter dans le bras du Tyran qui s'enfuit en courant comme une fillette. Le clone se réveille et est éjecté de sa bulle, puis elle... meurt... ou s'évanouit...

Milla parvient à arriver jusque dans la chambre sensée représenter le manoir où elle fait un combat de télékinésie avec Isaac, qu'elle rate lamentablement.

« Tu ne peux pas me tuer » dit-il.

Elle est projetée dans la salle des lasers, et je pense que vous voyez comment ça va terminer...

« Pendant tout ce temps je croyais que tu étais le futur. J'avais tort. Je suis l'avenir ! » clame Isaac
Milla rigole comme une cinglée
« Non... t'es juste... un autre trou du cul...et on va crever tout les deux »

Et alors le laser fabricateur d'apéricube s'active et découpe Isaac, et s'arrête avant de tuer Milla. Mais qui a pu la sauver ? Qui a pu, cette fois, faire ce que Milla ne parvenait pas à faire ???


UNE AUTRE MILLA BIEN SÛR !!

Et voilà, les amis, vous venez de voir la pire partie du premier Resident Evil venir sauver Milla, activée par une autre Milla. Je pense que cette image à elle seule résume la médiocrité crasse du
film.


"Gah ! Non !! si seulement j'avais su que cette pièce dans laquelle je testais mes clones jours et nuits pouvait sortir ce genre de lasers !!!!"

« Ouais, c'est ça, t'es l'avenir » trololololololo


On assiste à une réunion des actionnaires d'Umbrella, là où ils sont tous réellement, c'est à dire quelque part au Japon (bizarre, je pensais qu'ils étaient tous chacun à un endroit différent, vous savez, pour superviser les différents complexes Umbrella).

Wesker déclare qu'il va transférer les données du labo de Isaac dans son complexe et prendre en charge personnellement les choses. Milla intervient alors en hologramme et déclare qu'elle va venir et « ramener quelques amis » avec elle. Donc elle fout en l'air l'occasion en or de lancer une attaque surprise pour mettre à terre Umbrella définitivement... mais quelle conne...

Et ses quelques amis sont......... une armée de Milla Jovovich !

Et le film s'arrête là dessus.


Resident Evil : Extinction est l'une des pires adaptations de jeu vidéo que j'ai jamais vu dans toute ma vie. Le scénario est complètement débile, les personnages sont une bande de macaques demeurés incapables de suivre des actions logiques, et l'idée de base sur laquelle repose l'univers est une idée absolument misérable totalement inappropriée pour un film sur Resident Evil ou un film de zombie en général. Le premier était divertissant, le deuxième était chiant, celui ci est à la fois chiant, stupide et sans intérêt. Et c'est à tel point que Anderson lui même va complètement laisser tomber ce film et réécrire l'histoire pour la suite.

Vous savez ce qui nous attend pour la prochaine fois, non ?

_________________
j'ai une grosse passion, tu veux la voir ?


Dernière édition par TechnoWolf le Mer 1 Nov 2017 - 19:17, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Psyhodelik
°°°°°°
°°°°°°
avatar

Messages : 2217
Date d'inscription : 08/05/2011
Age : 35
Localisation : Bondy

MessageSujet: Re: AJV - Resident Evil : Extinction   Mar 11 Sep 2012 - 13:29

Superbe article, toujours aussi drôle et agréable a lire cheers
J'ai hate d'avoir ton avis sur le prochain What a Face

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.testmode.fr
 
AJV - Resident Evil : Extinction
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Retro Game Space :: AU COMPTOIR DU GEEK :: >>> CAFÉ RGS -
Sauter vers: