Forum retrogaming
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 AJV - Resident Evil Degeneration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TechnoWolf
°°°°°°
°°°°°°
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 19/02/2012
Age : 30

MessageSujet: AJV - Resident Evil Degeneration   Mar 16 Avr 2013 - 19:02


l'affiche : à la hauteur du titre niveau originalité

Donc…

Où j’en étais moi ? Oh oui, Resident Evil, la tétralogie ou la pentalogie ou l’hexalogie… ou quel que soit le nombre de ces daubes que Paulie Anderson compte encore sortir sont de terribles navets et vous devriez avoir honte d’aimer ces films. Aucune qualité ne les rattrape, ni le jeu des acteurs, ni le script, ni même les scènes d’actions. Les films ne capturent RIEN de l’ambiance glauque que… tout média portant le nom « Resident Evil » se doit d’avoir un minimum. Ceci dit j’avoue que ça fait longtemps que les quelques gens qui n’ont pas encore quitté le navire sombrant qu’est Capcom semblent avoir eux-mêmes oublié que Resident Evil était censé faire peur (essayer du moins).

Ne commencez même pas à me lancer sur fucking Retribution (dont les jours sont comptés) parce que celui-là a réussi à battre Extinction en termes de nullité crasse. Et ne commencez pas non plus à me dire « oh, mais il faut prendre ces films Resident Evil comme des films d’actions à part, ne faisant pas partie de la série principale ». Laissez cette argument au placard directement parce que d’une part les films n’arrêtent pas de constamment faire des clins d’œil au jeu, et à importer le plus de personnage possible, les rendant très souvent complètement inutiles parce que Milla doit absolument tout faire toute seule, et ces mêmes personnages qu’on a incarné et aimé dans les jeux, ben, sur le grand écran, ne font finalement figure que de pom pom girl pour Alice. Ai-je mentionné que le personnage d’Alice est chiant à mourir ? Ce n’est pas tant Milla Jovovich que son personnage qui m’ennuie… c’est ce genre de caractère qui me donne envie de la poignarder violemment jusqu’à ce qu’elle arrête tout simplement de bouger. C’est comme Tintin dans la version dessin animé de la bande dessinée, et vous n’y avez peut-être pas consciemment pensé mais je suis sûr que l’idée a dû au moins vous traverser : le mec est incroyablement horripilant. Il a toujours la bonne idée, toujours la bonne intuition, il pourrait tout aussi bien faire l’aventure seul parce que c’est lui qui déduit ce qu’il faut déduire, parvient à faire ce qu’il faut faire, et très sérieusement, le peu de difficulté qu’il n’ait jamais rencontré, c’est quand les ennemis l’ont enfermé dans une pièce avec du gaz pour l’endormir (et même là il s’en sort quand même miraculeusement parce que Milou est suffisamment intelligent pour penser que son maitre ne survivra pas dans l’eau et le sortira). Milla a le même genre de personnage : Alice sait tout faire, avec ou sans pouvoir, n’a que très peu de difficulté face à elle (même Wesker avec pouvoir n’était pas si dur que ça, et quand on pense à la difficulté que Chris a eu pour le buter dans Resident Evil 5, on est en droit de se poser des questions), elle a toujours la bonne pensée, elle ne se trompe jamais, et quand ça arrive c’est parce qu’elle était manipulée par quelqu’un qui était un méchant qu’on pouvait tous voir venir après 5 secondes de passage à l’écran. Les personnages principaux doivent avoir des défauts, sinon c’est impossible de les apprécier, car on peut difficilement s’identifier à eux. Vous pouvez me dire, en toute honnêteté, que vous avez toujours fait ou prit la meilleure des décisions à chaque fois dans votre vie ? il n’y a rien que vous ne changeriez si on vous proposait de refaire toute votre vie ? Parce que ces personnes n’ont rien à se reprocher, elles sont absolument parfaites. Et vous et moi pouvons aller croupir en enfer, parce que nous sommes des êtres humains qui agissons parfois à tort et nous ne sommes pas parfaits.



Capcom... j'avais tant de respect pour ce nom autrefois...


Oh mais tout ce que je vous dis-là n’a rien à voir avec le film dont je vais vous parler, ce film n’a pas été réalisé par Paulie et sa femme/fantasme n’en font pas partie non plus. Le film a d’ailleurs suivi le même genre de promotion que Final Fantasy VII Advent Children : rester discret, une sortie rapide en DVD. Mais le plus important c’est que ce film a été réalisé par Capcom et Sony Pictures et il se base sur la saga originale de Resident Evil. Degeneration nous ramène Leon et Claire, avec ce qui les caractérisaient du jeu (quoiqu’une grosse caractéristique manque à Leon, mais j’y reviendrai dans un instant…).

A sa sortie, Degeneration a reçu des avis mitigé, certains lui avaient donné des notes basses, d’autres des notes hautes. Le site Rotten Tomatoes avaient des avis qui pouvaient estimer un 66% …. Aussi, Rotten Tomatoes a quand même réussi à noter Total Recall : Mémoires Programmées 20% et Prometheus 71% … parce qu’apparemment je vis sur une planète pleine de gens qui ont abandonné leur cerveau et ne savent pas faire la différence entre remake fait pour l’argent et remake d’un film d’action qui se rapprochait de l’histoire originale (vous savez, le livre de Phillip K. Dick ? Je suis sûr que la seule présence de Sharon Stone vous a fait oublier ce détail, hm ?), et ces mêmes gens vont acclamer, presque à l’unisson, un ratage complet comme Prometheus. Je ne sais pas si c’est un bon exemple. En fait, aucun site cinématographique n’est un bon exemple, aucun critique cinématographique n’est un bon exemple, pas même les célébrités internet, pas même Roger Ebert (et j’adorais Roger Ebert), pas même moi. Vous voulez le meilleur avis cinématographique possible ? Allez voir le film et faites le vous-mêmes, vous n’aurez pas mieux. Si vous lisez cet article, c’est juste mon avis que vous venez chercher … n’est-ce pas ?

Resident Evil Degeneration… je ne l’ai pas vu venir. Honnêtement, surtout que ce film sort à peine un an après Extinction… dites-vous bien : je facepalm devant Extinction, et limite trois mois après on me parle de la sortie d’un film sur la VRAIE saga Resident Evil… à l’évidence, si vous êtes un fan, vous VOULEZ aimer ce film, vous voulez dire que c’est la meilleure adaptation de jeu vidéo non ? en tentant de garder mon calme, j’ai acheté le DVD, priant qu’on ne fasse pas un 4e massacre de la saga trop vite (Je regarde ce film en 2009, soit un an avant Afterlife). J’ai mis le DVD et…




Je me répète par rapport à mon article sur Revelations mais quand les personnages portent leurs caractéristiques sur le visage : VOUS AVEZ ÉCHOUÉ EN TANT QUE SCÉNARISTE !!!


Nous avons un montage ma foi fort sympathique pour nous poser le contexte du film : apparemment, après avoir bombardé Raccoon City, le président des Etats Unis a démissionné (sans doute pour laisser la place au président Grahams, hm ?) et on voit aussi qu’une organisation contre le bio-terrorisme (nommée TerraSave, visiblement le B.S.A.A n’a pas été mentionné là-dedans, cela dit Resident Evil 5 ne sort que quelques mois après ce film). Umbrella est, bien entendu, démantelée et une autre entreprise semble avoir pris le relai en terme de « pharmacie », Wilpharma. Un des membres de TerraSave, Curtis Miller, se fait arrêter par la police car il aurait apparemment attaqué frontalement l’entreprise. Ses raisons ? il clame que Wilpharma fait des expériences illégales, mais personne ne le croit parce qu’après tout, c’est pas comme si ça s’était déjà vu et qu’une ville entière avait dû être bombardée à cause de ça.

Et voila… je pense qu’en cinq minutes on a là le plus gros problème du film à mon sens, le reste n’étant juste qu’un soucis de rythme, franchement mineur à côté de ça. Voyez-vous, le film avait tant à apporter comme explications sur les zones d’ombres de la série (les Plagas, les personnages sous exploité du jeu, il y a une zone d’ombre sur les présidences parce qu’on mentionne plusieurs fois le président des Etats Unis, dans Resident Evil 3, 4 et 6 … je vous rappelle qu’un président américain ne fait que deux mandats maximum, et qu’un mandat dure 4 ans, donc… si l’on pouvait s’assurer de la continuité ce serait bien…). Vous comprenez ? quand vous voulez faire une série (que ce soit un jeu, un film, un livre, ou quoique ce soit d’autre) qui se veut sérieuse et dramatique comme Resident Evil se veut sérieux et dramatique, vous ne devez pas laisser ce genre de chose de côté, vous devez travailler sur le plus d’explications possibles, sinon, vous faites n’importe quoi, et vous finissez par contredire ce que vous aviez établi dans les opus précédents. Un film basé sur une série de jeu est l’occasion idéale pour expliquer tout ces petits détails qui donnent à une série la consistance que les bouquins basés sur World of Warcraft donnaient au MMO, ou aux STR, de la même manière, je suis entré dans Starcraft parce que je suis intéressé par l’intrigue, et je suis intéressé par l’intrigue parce que l’univers est expliqué au mieux possible, et si vous allez me dire que Starcraft est un gros ripoff de Warhammer 40k, soit, mais même Warhammer 40k, du peu que j’en connaisse, a une tonne de bouquins, de jeux, et d’explications autour du jeu principal. Resident Evil Degeneration aurait pu un tant soit peu tirer son épingle du jeu en rajoutant sa pierre à l’édifice, mais malheureusement Capcom a préféré en faire une side story qui nous invente un méchant dont on va se débarrasser à la fin du film et qui apportera quéquette comme explications sur l’histoire du jeu et se concentre plus pour faire une histoire dont, personnellement, j’aurai pu me passer.

Si vous pensez, après avoir lu ça, que je fais le mauvais flic avec Resident Evil Degeneration… absolument pas ! je trouve juste dommage que Capcom n’ait pas vu une opportunité pour hisser sa saga à un rang supérieur, alors qu’elle en avait l’occasion. Le film en lui-même a des hauts et des bas, et globalement il est sympathique… il n’y a pas trop de trucs débiles, ou de scènes d’actions improbables… vraiment à regarder si vous êtes fan ou si vous connaissez un peu les personnages.

L’histoire démarre dans un aéroport, en Inde, au moment où Claire Redfield arrive enfin d’un long vol d’avion. Elle est accueilli par un protagoniste que je vais appeler « tantine » (parce que c’est la tante de la petite fille qui, elle, a un peu plus de rôle). Tantine va chercher la voiture et laisse la petite Rani aux bons soins de Claire. Apparemment elle n’a pas joué à Resident Evil 2, et ne sait pas que Claire Redfield et Leon S. Kennedy sont les deux dernières personnes à qui il faut confier une gamine de six ans, vu où ça se termine en général… c’est un peu comme faire partie de l’escouade de Chris Redfield… c’est votre punition si vous vous comportez mal à l’armée. Pendant ce temps, on a une petite manifestation de gens qui sont contre Wilpharma, parce que ceux-ci apprennent qu’il y a le sénateur Ron Davis qui se trouve dans l’aéroport, et il serait le conseiller principal de l’entreprise, chose qui fait de lui quelqu’un d’important pour WP. Au même moment, on voit une hôtesse de l’air, dans un autre vol qui ne s’est pas encore posé, aller vers un passager visiblement malade. Celui-ci parle d’une urgence de contacter un certain M. Frederic Downing de Wilpharma… et il donne une enveloppe, l’hôtesse ne peut pas s’empêcher de remarquer que la personne a le visage blanchît, les lèvres bleues et la main noire. Que cela vous serve de leçon, voilà ce qui arrive quand on se touche trop souvent sur Youporn.



"La chose était entrée dans ma main... je n'avais qu'une solution pour l'en sortir..."


Pour en revenir au sénateur, je vous ai dit qui il était mais pas tout à fait ce qu’il était. Interviewé par la journaliste sur la présence de photo pouvant attester le fait que Wilpharma ferait bel et bien des expériences sur des sujets humains, celle-ci lui demande s’il a un commentaire à faire dessus. C’est là où n’importe quel politicien un tant soit peu soucieux de son image tenterait de faire une phrase à rallonge pour dire « tout va bien, madame la marquise ». Eh bien même pas. Voici ce que notre adorable gros plein de soupe balance devant les caméras du monde entier :

« Qu’avez-vous à répondre sur ces images, monsieur le sénateur ? »
« Qu’on fête Halloween plus tôt en Inde … ? »

Sénateur trou du cul va être comme ça pendant tout le film. Tout. Le. Putain. De. Film. Capcom pourrait au moins essayer de faire des méchants crédibles ou pas trop clichés… ? enfin… je parle de la boîte qui a annulé 4 Megaman d’affilés.

Claire s’apprête à dire ce qu’elle pense du sénateur mais c’est alors qu’un homme en costard le fait pour elle. Rien à dire sur lui pour le moment mis à part son charme britannique qui, j’en suis sûr, en séduira plus d’une. Et, spoiler alert, il reviendra.

Le sénateur trouduc, n’ayant pas envie de se heurter aux manifestants, décide de sortir de l’aéroport par la porte principale en se déguisant. Et son costume ? une casquette. Une… casquette… et Rani est la seule suffisamment intelligente pour repérer « le méchant ».

Un manifestant profite de la cohue générale provoquée par Rani, une fois que tout le monde s’est rendu compte grâce à elle de la présence du sénateur, pour aller vers lui, en marchant comme un zombie, avec un masque. Et on peut clairement voir la queue de cheval dépasser de celui-ci. Le manifestant se fait bien entendu démasquer et arrêter par la police, parce que… il avançait lentement vers le sénateur en poussant des cris de zombies, un tel terroriste ne peut pas être laissé en liberté. Claire se fait arrêter elle aussi parce qu’elle travaille pour TerraSave aussi, même si c’est elle qui a dit au manifestant d’arrêter sa blague de mauvais goût. J’ai besoin de savoir, si j’arrive avec une longue barbe et une ceinture de saucisses peintes pour ressembler à de la dynamite, et que j’avance vers François Hollande, que ses gorilles me choppent est une chose, mais est ce que je vais réellement me faire arrêter ? ce n’est pas comme si j’étais insultant ou menaçant, j’ai juste fait une farce.

Le chef de brigade repère quelqu’un d’autre avançant vers le sénateur et décide de l’arrêter aussi. Sauf que, oops, celui-ci n’était pas un faux. C’est exact : un vrai zombie est là, et personne ne l’avait remarqué. J’ai besoin de m’arrêter là-dessus : il y avait un vrai zombie dans l’aéroport, avant que l’avion avec notre infecté de tout à l’heure ne se « pose », et personne ne l’a remarqué. Je vous rappelle, au cas où vous en ayez absolument besoin, qu’un aéroport est un endroit très peuplé, dans lequel certaines personnes passent presque une journée entière, la sécurité, les stewarts, les gens en général ? Personne n’a remarqué qu’il y avait un cadavre grisâtre qui se déplaçait ultra lentement, et ce même cadavre n’a attaqué personne depuis qu’il était dans cet aéroport.

WHAT.
THE.
FUCK.

Et ne venez pas me dire qu’il venait de se transformer parce que d’la merde. Rien n’est expliqué, ce zombie est juste là, et il faut que je baisse la tête et que j’accepte bêtement comme un mouton de Panurge. NON ! juste NON !

L’un des gardes du corps flingue le zombie, et tâte le pouls du policier.

« Trop tard, il est mort » Alors explose lui le crâne, je te rappelle qu’il vient d’être mordu par un zombie.

Je suis juste effaré de la stupidité des protagonistes. Les zombies ne devraient plus être une chose obscure pour les gens, maintenant, le drame de Raccoon City est passé, les gens savent que les zombies existent, ce qu’ils ignorent c’est l’implication réelle d’Umbrella là-dedans. Le garde du corps ne s’éloigne pas du corps du flic, et se fait évidemment bouffé la jambe par celui-ci. Un autre garde du corps se fait prendre par un zombie sortit de nulle part… Même la journaliste ne comprend rien à ce qu’il se passe et parle d’un manifestant devenu violent, et se fait dévorer ensuite par encore un autre zombie sortit de nulle part. Ouais, gros professionnalisme, ça, faire votre interview pile dans l’endroit où l’action a lieu… même April O’Neil n’a jamais été aussi loin, même Lois Lane n’a jamais été aussi près de l’action, et elles se sont faites capturer plus de fois par les ennemis qu’elles filmaient que la Princess Peach.



T'ain on voit rien..... j'espère que ce genre d'éclairage ne sera jamais repris dans un jeu Resident Evil... hein ?... hein ??


Claire se précipite pour retrouver la petite Rani, et dans la cohue, bouscule quelqu’un qu’elle reconnaît comme étant Curtis Miller.

Et l’avion se crashe. Ouais, l’avion de tout à l’heure avec Jojo la main noire dedans. La porte s’ouvre, et en sort un zombie, et un autre… et un autre.


Je sais que depuis tout à l’heure je bitche, mais ça, ça… c’est vachement cool. Et ça me fait me demander pourquoi avoir amené un zombie dans l’aéroport dans un premier temps. De toute façon, cinq secondes plus tard l’avion s’écrasait et on avait une explication. Un des passagers était infecté, et on allait apprendre pourquoi. Voici le véritable point de départ du film, à mon goût, l’avion s’écrase, Claire, Rani et le sénateur ont survécu, et il y a une horde de zombies dans l’aéroport.

A l’extérieur un périmètre de sécurité est établi et les gens sont enfermés comme des animaux et examinés par les médecins qui n’ont visiblement pas pensé que mettre le vaccin au virus T (existant car établit dans Resident Evil 3) en production massive étant une idée intéressante. On voit alors que deux militaires se préparent à être envoyé dans l’aéroport pour aller chercher les survivants (i.e : Claire), Angela et Greg, et à voir comment Greg prend cette histoire à la rigolade, on peut d’ores et déjà deviner qu’il a autant de chance de survivre à la première vague de zombie du film qu’un lvl 1 en solo dans Killing Floor .

C’est alors qu’entre Leon et… tout de suite, on repère qu’il y a juste… quelque chose qui ne va pas : il a une tronche de six pieds de longs. Je comprends que le type soit en mission mais je me rappelle avoir vu un agent dans Resident Evil 4 nettement plus calme et détendu, limite à rigoler de ses ennemis, par rapport à ce type totalement coincé, qui ne décoche même pas un sourire, ou qui n’a pas son côté sarcastique qui lui allait si bien dans le jeu précité. Ses yeux sont même limite bridés, je commence à croire que Leon a eu la flemme d’aller faire la mission, et a envoyé son double chinois le faire à sa place… et c’est passé comme une lettre à la poste.



Ceci n'est PAS Leon

Ceci EST Leon


Leon leur fait l’habituel tintouin du « on y va pas nombreux pour pas risquer d’augmenter le nombre d’infectés et tirez leur dans la tête » bien qu’il sait déjà que les deux soldats vont n’en faire qu’à leur tête. Et c’est d’ailleurs ce qu’il se passe avec Angela qui ramasse le premier cadavre qu’elle trouve vivant, sans même regarder son visage pour constater si le sujet est bien humain. Leon doit donc la dégager du zombie et lui montrer que les morts-vivants existent… et qu’elle le saurait si elle avait fait un tant soit peu attention à l’actualité ces derniers temps…

Je ne comprends vraiment pas : il y a des gens qui manifestent dehors, arborant des photos de cadavres, portant des masques de zombies, et clamant que des compagnies comme Wilpharma sont dangereuses parce qu’elles pourraient créer un deuxième Raccoon City (avec des gens comme Claire Redfield au sein du groupe, qui plus est), ce qui laisse présager que si la population SAIT pour les zombies, les militaires, impliqués eux dans des tâches encore plus secrètes, devraient en savoir davantage. Genre que les zombies existent et infectent ? et qu’il y en a encore ? comment est ce qu’Angela, une militaire entraînée, peut-elle ne pas savoir pour les zombies, et ne pas vérifier l’état de la personne qu’elle trouve au sol ? et comment fait-on pour confondre un zombie et un être humain : la peau grise et le visage à moitié arraché ne sont-ils pas des indicateurs suffisant pour vous dire que, si la personne bouge encore, c’est que quelque chose cloche ?!

Dans Resident Evil 1 et 2 ça marchait parce que les personnages qu’on incarnait alors n’avaient encore jamais croisé de zombie, ils ignoraient qu’il y avait un virus qui avait été transmis par les égouts. Dans Resident Evil 3, ça ne marchait déjà plus, alors il a fallu mettre en place une scène apocalyptique avec des zombies partout, et laisser le côté « peur » au Némésis (créature qu’on ne connaissait pas). Dans Resident Evil 4, on a voulu jouer la carte du nouveau terrain, nouveaux ennemis. Et Resident Evil Degeneration se passe APRES Resident Evil 4, chose confirmée par les scénaristes du film, Leon devait déjà avoir soumis ses rapports sur les Plagas qu’il avait croisé lors de sa précédente mission.

Je ne suis pas en train de chercher la petite bête en disant ça : ce sont des informations cruciales que tout militaire devrait savoir depuis Resident Evil 3. Le bio-terrorisme ne devrait pas être prit à la légère car la fille du président a déjà été enlevé, ce qui signifie que des membres actifs de ce nouveau terrorisme sont infiltrés dans l’entourage de la Maison Blanche, et il ne l’est d’ailleurs pas, d’où la création du B.S.A.A. Resident Evil 5 est un jeu que j’ai pu prendre au sérieux parce qu’il ne cherchait plus à viser l’inconnu, il n’y avait plus d’inconnus, Chris était au courant des rapports sur les Plagas, Sheva aussi, il n’y avait pas de facteur « peur » parce qu’il n’y avait plus besoin d’en avoir. On savait à qui on avait affaire et le but était d’apporter une conclusion à la saga, au moins sur l’histoire des Plagas (jusqu’à ce que Capcom vienne foutre son grain de sel et nous ponde Resident Evil 6).

Cinq pages. Vous ne le voyez pas, qui lisez sur le forum, mais j’en suis déjà à cinq pages sur mon Word, le film a à peine démarré, et j’ai déjà trouvé de quoi bitcher pendant cinq pages. Et j’écris en police 12 pour ceux qui demandent.

Leon sauve donc l’équipe, pendant que Claire tente d’aller aider d’éventuels non-infecté, alors que sénateur ducon tente vainement à nouveau de nous faire croire que c’est lui le méchant de l’histoire.

« Vous avez de la chance que je sois là, sinon ils n’auraient jamais envoyé personne » Mec, ton déguisement a été repéré par une gamine de moins de dix ans… je me tairai si j’étais toi.

Rani refuse à l’idée que Claire s’en aille

« Non !! C’est ce que mon père m’a dit quand il est allé sauver ma mère, il a dit qu’il reviendrait, et il n’est pas revenu, et ma mère non plus !! » Ah, ça, ça s’appelle un abandon.

Vous ai-je dis que Rani me faisait incroyablement penser à Marlène de Final Fantasy VII AC ? sa voix en VF ressemble en plus… puisque je suis sur les voix, je pense que je vais en profiter pour adresser une critique positive dès maintenant : je trouve ça super cool que Paul Mercier et Alyson Court soient présents pour les voix de Leon et Claire … surtout Alyson Court qui a été la seule et unique voix de Melle Redfield. Claire s’en va donc aider et ne trouve pour tout arme qu’un…. Parapluie rouge et blanc. OH THE IRONY. LOL. Pardon. Claire y va donc armée d’un parapluie et au lieu de nous la jouer à la Solid Snake et s’infiltrer… s’annonce directement

« Y’a quelqu’un ???!!! »

Elle croise directement Leon qui la sauve de deux zombies.



AAAAAAAH !!! OMG !!!! Quel affreux maléfice s'est produit pour que Claire ait cette tronche ?! elle a l'air possédée... ou sous l'emprise de L.S.D... eeehw.


Le sénateur pète un câble quand il voit qu’il n’y a que trois hommes pour tout renfort, et fait sa crise, alors que Leon garde son calme. J’aurai déjà bitchslap le gugus, personnellement…

« Est ce qu’on peut savoir au moins si vous avez un plan ??!! »
« Nous allons traverser le lobby »
« Le lobby ??!! il y a plein de ces créatures dedans !! »
« Ils ne sont pas rapides, on peut leur échapper facilement… » oh, vraiment, Leon ? parce qu’ils nous courent littéralement après dans Resident Evil 6, et je ne parle pas des J’avos, mais bien des zombies de ta propre campagne.

Oh, enfin… Resident Evil 6 n’était pas sorti à l’époque, Leon ignorait que Capcom allait lui faire le coup de 28 jours plus tard.

La scène suivante n’est plus ni moins que l’échappée de l’aéroport, où le sénateur mescouilles nous montre encore son côté « méchant qui volerai un bonbon à un bébé » en n’hésitant pas à pousser Rani, oui oui, la petite fillette de pas 10 ans, pour s’échapper en premier. Il faut aussi mentionner que c’est dans cette scène que Greg se fait chopper et mordre par les zombies (eh beh oui, fallait s’y attendre, vu comment il blaguait sur l’existence des zombies au début du film). Rani ? ne vous inquiétez pas, Claire vole à son secours, Leon lui lance un gun qu’elle attrape au vol, fait tournoyer dans sa main pour bien le prendre, et tire directement sur les zombies. Hot.

Tu vois, Milla ? ça c’est avoir la classe. Pas de super pouvoirs, pas de kung fu, juste Claire Redfield qui fait ce qu’elle fait de mieux, attraper des flingues au vol, taper une pose genre « j’suis une pgm et j’le sais » et headshot deux zombies pour sauver une petite fille. Et avoir un superbe postérieur.

Le sénateur parvient à sortir de l’aéroport et est récupéré par l’armée, tandis que Leon et les autres gugus sont encore coincés dans le lobby. Ils parviennent à sortir et Rani retrouve sa tante… chose que le sénateur ne peut s’empêcher de commenter

« Voilà pourquoi je déteste les enfants… une vraie plaie »

Sauf que Claire en a marre et fait ce que j’aurai fais depuis longtemps : elle lui colle une droite.
« Connard ! cette petite fille aura des cauchemars pour le restant de ses jours !! »


C’est alors que revient également notre british en costard blanc du début du film et il se révèle être Frederic Downrights, directeur du laboratoire de recherche indien de Wilpharma. Apparemment son laboratoire recherche un moyen de créer un anti-virus à inoculer (dont l’équipe Wolfpack dans Operation Raccoon City avait visiblement le secret) afin de prévenir toute possibilité qu’une infection puisse s’étendre. Les photos d’expérimentations sur des sujets humains venaient apparemment de bio-terroristes qui travailleraient pour le compte d’un certain général Grande, un dictateur d’Amérique du Sud. Le souci c’est que TerraSave a bloqué l’accès à plusieurs aéroports pour Wilpharma, du coup l’anti-virus n’a pas pu être délivré à temps, ce qui a coûté des pertes et, évidemment, Claire ne prend pas ça super bien. Moi ? je suis quand même surpris que Capcom se soit sentie obligé d’inventer un second dictateur sud-américain. Oh, le général Grande est le premier du genre à sortir, mais ce qu’il y a c’est que… moins d’un an plus tard sortira Resident Evil : The Darkside Chronicles, dans lequel on verra Leon partir en mission contre un Javier Hidalgo. Capcom, ça ne sert à rien d’inventer des personnages à tort et à travers, si vous ne comptez rien faire avec. Connectez-les à quelque chose, essayez de donner de la consistance à des personnages déjà existants afin de les rendre plus crédibles, sinon… c’est stupide, c’est faiblard et, surtout, c’est une perte de temps et de ressources !

Claire est évidemment déprimée, et se reproche la mort des gens. Leon la rassure en lui rappelant que sa vie et la sienne ont été changé avec Raccoon City (bien qu’on ait jamais de détail si oui ou non Leon et Claire…….. probablement une fois, alors qu’ils étaient totalement bourrés et… quoi ? vous venez d’échapper à la mort, vous vous devez de réfléchir à « une dernière fois avant de mourir », non ?)

« Tu as choisi de protéger au lieu de combattre comme moi. C’est une voie que ni moi, ni ton frère ne pouvions suivre » Donc Leon connait Chris ? je demande parce qu’on a jamais eu d’infos là-dessus. Oh, Leon et Chris se croisent dans Resident Evil 6 et semblent se connaître un peu… mais c’est un jeu qui se passe en 2013, Resident Evil 2 se passe en 1998.
« Merci, Leon » et à voir le regard de Claire, je crois que ce merci voulait surtout dire « et maintenant prends moi sauvagement sur cette table d’opération »



Et évidemment, il y a une grosse explosion donc le sexe ça devra attendre.

Ouais, quelqu’un a fait sauter un camion chargé de vaccins, et apparemment Leon connait les exigences des terroristes grâce à une petite recherche de Hunnigan. Il semblerait que les terroristes veuillent la vérité sur l’implication des membres du gouvernement américain dans la fabrication du virus T. Si jamais ils ne l’ont pas avant minuit (soit dans 4H selon le film) ils balancent le virus T sur les Etats Unis… vous savez, j’ai vu les Etats Unis et la Chine se relever du virus C, un virus beaucoup plus puissant que T, dans Resident Evil 6, donc je ne me fais même plus de soucis.

C’est alors que Claire se rappelle qu’elle pensait avoir vu Curtis Miller, mais à la simple mention de ce nom, Angela ouvre de grands yeux.

« Impossible.. Curtis est… mon frère aîné »




Angela part donc chercher son frère accompagnée par Leon pendant que Claire se fait inviter à prendre le thé par Mr. Downrights… quand je vous disais que le charme britannique peut traverser n’importe quelle défense, je voulais bien dire « N’IMPORTE QUELLE «  défense. La seule femme sur qu’il faudrait tester ça serait Jill, et elle n’est pas disponible en ce moment parce que… elle s’est déjà probablement fritté avec Wesker à ce moment-là de l’histoire.

En conduisant sur la route, Angela remarque un point lumineux dans l’obscurité et apparemment ce n’est pas une voiture dans un ravin avec une petite fille devant en train de pleurer (merci de demander explication au TechnoWolf si jamais vous n’avez pas compris).

« C’est la maison de Curtis »

Et elle arrive pour se rendre compte que la maison flambe… et que Curtis est parti. On pourrait penser qu’il avait juste oublié de refermer le gaz avant de partir, mais apparemment il nous la joue Full Metal Alchemist et crame sa baraque volontairement.

Pendant ce temps-là, Claire et Monsieur « venezprendrelethéavecmoi » se retrouvent dans le laboratoire de Wilpharma qui est limite une ville à lui tout seul avec un parc, des bureaux, des salles de réunions, des laboratoires et, je ne plaisante même pas, un soleil artificiel. Ouaip. Un soleil artificiel, comme le Jumanji. Le sénateur appelle Frederic pour lui dire que c’est l’occasion idéale… de quoi ?… hahaaaa !!

Puis on revient à Angela et Leon, Angela raconte son passé de quand elle était rookie, qu’elle a tenté de sauvé un enfant de la noyade et que trois de ses coéquipiers ont été blessé en tentant de l’aider. Ouais, si trois soldats sont trop nuls pour aider quelqu’un en cas de noyade d’un enfant, sérieusement…  ils doivent changer de métier. Et surtout, j’aime comment Angela raconte son « terrible » passé de policier rookie… au gars qui s’est retrouvé dans une ville infestée de zombies à son premier jour en tant que policier………  top classe, Angela… top classe….

« Et alors, mon frère Curtis me dit une phrase qui effacé toute ma culpabilité : si tu n’essaies pas de sauver quelqu’un… alors tu ne sauveras personne ». Waoh. C’est incroyablement plat comme phrase de réconfort… ça devait être la famille la plus barbante de Raccoon City.

Pendant ce temps, à Wilpharma, Frederic accepte de montrer le projet top secret à Claire. Wilpharma s’est procuré du virus G sur le marché noir, soit disant pour créer un vaccin. Claire, évidemment, va passer un coup de fil à Leon pendant que Mr. Tea (get it ?) part s’occuper d’un « problème dans le serveur ».

Alors que Claire appelle Leon, elle reçoit un appel de Frederic, qui lui dit qu’il y a une bombe et qu’il est trop tard pour l’arrêter. Il demande à Claire de sortir alors que celle-ci, en plus d’entendre une cloche dans le téléphone, aperçoit Curtis entrer dans le laboratoire. Et BOOM.

Leon et Angela entrent dans le laboratoire de Wilpharma et tandis que Leon parvient à sauver Claire, Angela trouve son frère Curtis.

« Pourquoi ? » demande-t-elle
« Je n’ai jamais pu pardonner leurs atrocités à Raccoon City… et leur façon de trafiquer la vérité… je me suis juré de leur faire avouer la vérité…… il m’a également dit que les choses ne pouvaient pas empirer de toutes façons, que je ne pouvais pas avoir de remords…. De l’ampleur de la catastrophe à venir. Voilà pourquoi il m’a laissé… et qu’il a fait sauter ce bâtiment… »

Une bande de soldats débarque mais Curtis se met devant eux

« Dans un moment… je révélerai la vérité abjecte… et vous en serez les premiers témoins. »

Ah, j’oubliais de préciser, pendant ce petit speech il se transforme. Oui, apparemment il a été infecté au virus G. Et le truc marrant c’est que sa forme monstre ressemble à Birkin quand lui-même était infecté au virus G. Les soldats tirent et abattent, apparemment, Curtis… vous savez qu’on ne s’en tiendra pas à ça, non ?

Curtis se relève et décime toute l’équipe. Angela se réveille et se rend compte que son frère est un gros machin pas super sympa avec un œil géant en guise d’épaule gauche. Leon arrive à temps pour la sauver.

Le système d’incinération se met en marche alors que les soldats tentent de sortir du bâtiment. Leon et Angela restent en arrière pour attendre l’ascenseur, ce qui en langage Resident Evil signifie que le boss arrive. J’apprécie à quel point ce film importe des éléments du jeu, vraiment. Curtis se relève et attaque d’abord l’ascenseur dans lequel les soldats étaient, pour ensuite se rabattre sur Leon et notamment Angela. Leon a une explication, euh… je vous laisse lire :

« Il vous veut car vous avez le même A.D.N … il vous voit comme un objet de reproduction ».

Donc apparemment le virus G rend aussi incestueux… ? je me demande comment Birkin, une fois infecté, percevait sa fille…



Cet endroit me fait penser à Phantasy Star Universe.... ou peut être la Garden de Final Fantasy VIII


Leon et Angela saute dans le bassin d’eau. Angela perd l’oxygène dans sa bouche, mais Leon lui en donne devinez comment… heureusement qu’Ada n’est pas là pour voir ça. Sérieusement Leon, d’abord Claire, puis Ada, et maintenant Angela…. Ce mec est une bête !

Evidemment, le combat n’est pas fini, et Curtis parvient à balancer Leon sur le côté pendant qu’il « s’occupe » d’Angela.

Leon tente de les rattraper dans un plan qui rappelle énormément les nouveaux resident evil avec les scènes d’actions en Q.T.E … ce qui est toujours plaisant à voir… quand on ne doit pas faire 36 Q.T.E… n’est-ce pas Resident Evil 6 ?

Curtis finit par se retenir « NOOOOON JE NE TE BLESSERAI PAAAAS ». Omg. Cette créature parle. BRÛLEZ LA !!!

La plate-forme sur laquelle ils sont s’écroule et Angela est rattrapée in extremis par Leon, et Curtis qui s’accroche à la jambe d’Angela. Cette dernière tente de jouer sa Ada avec un « laissez-moi, Leon, vous allez tomber, vous aussi… »

Mais alors Leon balance

« Si vous n’essayez pas de sauver une vie… vous n’en sauverez aucune !! »

Et il tire vers Curtis avec un traditionnel plan sur la balle qui va vers le monstre au ralenti, depuis que Resident Evil est passé sur Gamecube c’est comme ça que tous les boss de fin sont tués. Personnellement, je ne m’en lasserai jamais.




Leon et Angela font encore quelques cascades avant de se retrouver hors de danger. Puis il se fixe sans rien se dire pendant un bon dix minutes. Euh… ok… dites quelque chose, quoi. Et enfin, Leon reçoit un appel de Hunnigan (vous savez, celle qui vient casser l’ambiance à chaque fois).

Pendant ce temps-là, Claire, qui s’était amusée à dépressuriser le labo au lieu de s’enfuir, remarque que le combat contre Curtis a été enregistré. Claire retrouve le sénateur Davis à la sortie de Wilpharma et elle commence à l’accuser d’avoir monté tout ça.

« Non ! » s’exclame le sénateur  « oui, j’ai des actions chez Wilpharma, mais d’une part je ne soutiendrai jamais le terrorisme, et d’autre part qu’est-ce que le virus G ?! je n’en ai jamais entendu parler »

Et le stratagème se dévoile enfin : voyez-vous, c’était bel et bien M. Downrights qui était le méchant de l’histoire. Il s’est débarrasser du vaccin qu’il avait produit pour les rescapés de l’aéroport, afin d’être sûr d’avoir le dernier vaccin en sa possession ainsi que les informations pour le développer. Il comptait vendre ça au général Grande, qui aurait un argument de poids pour négocier avec les Etats Unis, qui eux veulent que l’existence du virus T soit gardée secrète.

Autant je comprends le point de vue de Grande, autant je ne comprends pas pourquoi Downrights, s’il tenait vraiment ce labo, n’a-t-il pas tout simplement fait sauter son labo et passé ça pour un incident, puis vendu le dernier échantillon de vaccin au général. Pourquoi avoir attendu que l’armée, TerraSave et Leon s’en mêlent ? Downright se fait donc arrêter parce qu’on ne fait pas chier Leon comme ça. On apprend ensuite qu’il avait tout fait : voler les virus à Raccoon et se barrer avant l’explosion, trouver des clients, se faire embaucher à Wilpharma…

Le lendemain matin, Angela regarde le bâtiment de Wilpharma, Leon reçoit, pour changer un appel et s’en va. Mais alors Angela l’interpelle une dernière fois :

« Leon… si on refaisait de la plongée à l’occasion… ? »
« J’adorerai… »

Même Claire n’en revient pas

« La prochaine fois qu’on se voit… espérons que ce soit dans un endroit plus normal » lui dit Leon cinq secondes après qu’Angela l’ait invité à faire de la « plongée ».

Je n’en reviens pas, ce mec est une sex-machine…

Et pour sénateur crétin ? oh il s’est fait tué, et toutes les informations qu’il avait ont été envoyées à Tricell puis effacé…

Encore une fois, Resident Evil 5 n’était pas encore sorti à l’époque, donc on ne savait pas qui Tricell était. Et, très franchement y’a pas grand-chose de plus à dire sur eux que : ils co-financent le B.S.A.A, font des expériences en secret dans un vieux laboratoire d’Umbrella implanté en Afrique, et on tue les principaux représentants dans Resident Evil 5. Puis on ne les mentionne plus dans le 6 donc, c’est une seconde Umbrella sans avoir le background scénaristique d’Umbrella…

Et le film se termine ainsi. Très franchement, j’ai beaucoup râlé sur certains aspects que le scénario aurait dû travailler davantage, mais en tout et pour tout… c’est un film assez sympathique. Il est divertissant, il ne part pas trop en délire, et c’est une side story assez sympatoche. Je ne parierai pas tout mon argent dessus en disant qu’il est la meilleure adaptation de jeu que j’ai vu… mais je pense quand même que, malgré ses lacunes, il est dans la bonne moyenne.

La qualité visuelle, légèrement en deça d’Advent Children, ce qui est dommage, est pas trop mal si on fait l’impasse sur Leon qui a l’air complètement différent de ce à quoi on m’avait habitué. Les personnages ont l’air vivant, Claire peut être un peu trop, et les créatures sont reconnaissables et les scènes d’actions divertissantes donc… mouais… ça nous fait une bonne adaptation de Resident Evil, c’est déjà ça… et une bien meilleure alternative au festival du n’importe quoi que Paul Anderson nous sort tous les trois ans.

_________________
si t'hésites : https://leconjugueur.lefigaro.fr

si tu me cherches : http://steamcommunity.com/id/TechnoWolf
Revenir en haut Aller en bas
 
AJV - Resident Evil Degeneration
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Resident Evil Degeneration : le film 3D
» Resident Evil 6 ( PC/PS3/X360 )
» Dossier Resident evil/Biohazard
» Forum sur la série Resident Evil !
» RESIDENT EVIL 10th Anniversary (Neca) 2006/2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Retro Game Space :: AU COMPTOIR DU GEEK :: >>> CAFÉ RGS -
Sauter vers: