Forum retrogaming
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 AJV - Resident Evil : Retribution

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TechnoWolf
°°°°°°
°°°°°°
avatar

Messages : 1168
Date d'inscription : 19/02/2012
Age : 29

MessageSujet: AJV - Resident Evil : Retribution   Sam 4 Mai 2013 - 18:23



On y retourne… pour un nouveau festival de Jovovicherie qui, j’en suis sûr, en plaira à moins d’un. Resident Evil Retribution est l’exemple typique de suite dont personne n’avait besoin… à l’heure où on en est, niveau Resident Evil, même Capcom n’essaie même plus de faire quelque chose de cohérent avec sa saga… alors vu ce que Paulie Anderson sortait à l’époque où les scénaristes du jeu ne se droguaient pas, on ne peut que craindre le pire. Le plus gros problème de la saga cinématographique est qu’il faut à la fois la considérer comme à part des jeux, et en même temps connaître les créatures balancées au fil des jeux. Vous demandez au spectateur d’oublier le jeu pour ensuite lui dire « y’a ce monstre dans le film parce que je l’ai vu dans le jeu ». Est-ce que Capcom… non, est ce que Shinji Mikami a regardé un seul de ces films ? Je suis sûr qu’il a dû tenter de comprendre pourquoi est-ce que Paul Anderson s’était fait massacré à la sortie du film (et c’est arrivé), et après avoir ragé sur Extinction, prit trois bouteilles de saké dans le buffet pour comprendre la logique dans Afterlife…. Il a probablement dû faire un méga facepalm et dire à ses potes « je vous jure que Biohazard c’était bien quand je gérais le projet ». Pauvre Shinji Mikami… il se tire de Capcom, se prend Afterlife dans les lattes, tente d’oublier et de continuer la tête haute, et deux ans plus tard : BAM ! Prends-toi Opération Raccoon City ! Prends-toi Resident Evil 6 ! Prends-toi Resident Evil Retribution ! T’es sûr que tu veux toujours pas doubler ta dose d’antidépresseurs ?!

Je parle en (faible) connaissance de cause, et vous devriez aussi d’ailleurs : combien de projet (sérieux ou non) avez-vous dû abandonner parce que votre direction, vos collègues, ou quelqu’un d’important dans l’histoire s’est révélé être en fait un véritable poison. Vous savez ce que ça fait de voir ce à quoi vous avez consacré vos dernières années de jeunesse, votre énergie, votre passion pendant une durée suffisante pour y prêter attention par-dessus d’autres priorités, et de voir ensuite ce projet s’effondrer du jour au lendemain parce qu’une personne en qui vous aviez placé votre confiance s’est retourné contre vous et vous a sauvagement poignardé dans le dos, parce que ça servait mieux ses intérêts immédiat ? Un projet de classe, peut-être, un voyage avec des amis ? Peut-être même un projet plus professionnel et financier que ça…

Vous le savez ? Tant mieux ! Multipliez ça par 100 et vous aurez une vague idée de ce que M. Mikami ressent dès que le nom « Resident Evil » est mentionné. C’est ce que Keiji Inafune ressent dès qu’on lui parle de Megaman, et c’est aussi très probablement ce que M. Sakaguchi ressent quand il voit une des multiples affiches de Final Fantasy qui recouvrent les murs de Tokyo (oh oui, ils dessinent même les publicités sur les murs de vos maisons, là-bas… quoi de plus charmant que se réveiller et d’avoir un gros plan sur la cuisse de Vanille de Final Fantasy XIII, hm ? j’ai déjà perdu la moitié de mes lecteurs, n’est-ce pas… ?).


Je me demande bien à quoi Milla pense... vous croyez que c'est "j'espère que ça se verra pas, cette fois, que le flingue est vide"
**Pensée de Milla : "DA DA ! DALA !! DALA DALA !! DA DA ! DALA ! DALA DALA !!!"**

Je n’essaie pas d’être un enfoiré qui veut vous dégouter du film, si jamais vous faites partie de ces inconscients qui l’ont aimé, j’essaie juste de vous dire qu’au-delà du merveilleux monde de la promotion, il y a la dure réalité. Et l’autre dure réalité que je vais devoir marteler sur vos yeux et dans vos oreilles est que Resident Evil Retribution est une FARCE ! Ce film n’est pas seulement le plus mauvais du lot, c’est également l’une des pires adaptations de jeu vidéo que j’ai vu, et, me connaissant, cette affirmation à elle seule devrait vous terrifier. Mauvais au point de rivaliser avec Advent Children… oh oui… en fait je ne sais pas ce qui peut départager ces deux films en termes de nullité. Je pense que le mieux serait que je remonte dans le temps, au moment de la conception des deux films, et que je vois laquelle des deux équipes était la plus sous l’emprise de cocaïne. Je pense que celui qui a le moins pris de substances illicites ce jour-là gagne le grand prix. Parce que me concocter un scénario parlant de travesti en cuir qui font des sauts de super sayans, cherchent ardemment quelque chose qui était sous leur nez depuis le début, ou bien d’une fille qui n’a aucun super pouvoir mais parvient quand même à faire des triples saltos, et tuer des énormes bestioles avec de l’argent dans son fusil … je pense que la drogue peut pardonner, donc la mois droguée remporte la palme de scénario le plus mauvais.

Ici il n’est plus question de non-respect du matériel source, j’ai abandonné l’idée d’un quelconque rapprochement au jeu original, et ce depuis Extinction. Je cherche juste à voir une conclusion logique à la saga, et non seulement je n’ai pas eu la conclusion, mais la logique est totalement partie en vrille.

Je ne suis pas quelqu’un de foncièrement négatif, j’ai l’air à peine réveillé, ou de faire la gueule quand on me voit au naturel, mais au fond de moi-même, je ne suis pas quelqu’un qui cherche à haïr ce qu’on lui met sur le grand écran, et pour le prouver, laissez-moi vous raconter une anecdote qui remonte à Novembre 2011. J’allais voir « Tintin : Le secret de la Licorne » avec mon frère, qui, lui, a trouvé le film scandaleusement mauvais. Ses arguments étaient qu’on avait limite le F.B.I qui se déplaçait, de l’humour cru autour du Capitaine Haddock, et une surenchère d’action notamment vers la fin. Pour ma part, autant j’étais d’accord sur ces points-là, autant j’ai plutôt aimé le film : je savais dès la base que Spielberg ne ferait pas du film un « journal » comme Hergé le faisait pour ses albums, j’ai tout de même énormément apprécié le respect pour le matériel source (non seulement les personnages principaux mais également les rôles secondaires étaient refait très fidèlement aux personnages de la BD dont ils étaient originaires) ; bien qu’il n’est pas impossible que la famille d’Hergé se soit mêlée à l’histoire… à titre d’information : ils le faisaient déjà à l’époque pour Infogrames lors de la création des jeux Tintin sur Super Nintendo et Megadrive ; l’histoire était bien recoupée (pour un film qui mélangeait deux albums qui à la base n’ont rien à voir), les clins d’yeux subtilement posés, et au final j’ai passé un agréable moment (assez pour ne pas trop regretter la voix originale de Tintin dans le dessin animé). Et je tiens à préciser avant de voir le contre-argument m’arriver dans la tronche : non je ne suis pas fan de Tintin, et je préférais de loin regarder Dragon Ball Z à la télé quand j’étais môme.

Enfin, bon, tout ça pour vous raconter quoi ? Oh oui, Resident Evil Retri-cochon… personne ne pouvait prévoir qu’on en arriverait jusque-là, c’est comme le printemps pourri qu’on a eu cette année, on ne pouvait pas le prévoir… et je parle là de chose vraiment imprévisible, pas comme pour la crise économique.

Bon, puisque traîner ne fait que retarder l’échéance… allons y pleinement dans le film.

Le film s’ouvre sur un plan 3D de Milla dans l’eau. Génial ! La production en avait marre de la fille aussi, ils ont décidé de la noyer…




J'aime autant vous prévenir : des pièces de cette taille là n'entreraient jamais dans les calibres que Milla utilise. Et même si c'était le cas, tirer avec des pièces de monnaie comme munitions ne ferait qu'endommager le canon de l'arme...


En fait non, il s’agit d’une scène muette pour le générique d’ouverture qu’on voit à l’envers. En gros, Le bateau Arcadia dont Milla a pris possession à la fin d’Afterlife est attaqué par une rangée d’hélicoptère (mon Dieu, comme Umbrella se mobilise vite… si seulement la poste française pouvait faire pareil). Des soldats descendent avec Jill (qui est toujours sous l’emprise de l’araignée robot, et qui a toujours les cheveux teint blonds, pour une raison inexpliquée), ils échangent quelques coups de feu, et Milla finit par sauter du bateau qui explose. On voit tout ça à l’envers, et je ne vais pas faire ma mauvaise langue : c’est probablement le plus bel effet du film, surtout si vous le regardez en 3D… c’est ballot, moi je le regarde en 2D… ce qui rend l’histoire complètement con.

«Mon nom est Alice… »

… Le résumé… encore ?! on en est au cinquième film, et Paulie Anderson se sent toujours obligé de nous expliquer qu’Alice était chef de sécurité, et qu’il y a eu un incident (qui était surtout un attentat) et que le virus s’est propagé et qu’on est passé l’apocalypse…… et une fois de plus, il faut se rappeler de certaines choses et en oublier d’autres. L’une d’entre elles est que la Red Queen, en plus d’avoir à nouveau changé d’actrice, n’a plus tué tout le monde dans la Ruche pour contenir l’infection du virus T, elle l’a fait, cette fois, parce qu’elle a décidé qu’on allait tous mourir. Oui, dans le premier Resident Evil, la Red Queen est surprotectrice concernant la Ruche, elle explique aux personnages qu’elle n’avait pas d’autres moyen que de tuer tout le monde dans la Ruche et refermer tous les accès pour éviter que le virus T ne se répande (c’était un plan stupide qui n’a pas fonctionné mais bon…) ; là non, elle est juste méchante et veut tuer tout le monde…

Même le résumé n’est pas consistant :

« Mon amie Jill a été capturée et on lui a lavé le cerveau » ah, et tu n’as pas tenté de la sauver
« J’ai alors confronté Albert Wesker, le chef d’Umbrella » … Non, ça ne s’est pas passé comme ça.
« Il m’a volé mes pouvoirs… » Tu l’as remercié de t’avoir rendue à nouveau humaine…….
Et ensuite on a la scène d’action de tout à l’heure vue à l’endroit… où on se rend mieux compte que c’est quand même parce que Milla a tiré dans l’hélicoptère que celui-ci s’est crashé sur le bateau… condamnant probablement tout le monde à mort. Ah, et c’est aussi dans ce seul plan qu’on voit Claire et Chris…

Et Milla se réveille brusquement… avec des HABITS ?!! Je ne pensais pas qu’elle dormait habillée… hmm. Milla se regarde dans le miroir et constate avec étonnement sa nouvelle chevelure… ainsi que le fait qu’elle semble mariée à Carlos (oui, Carlos) et mère de famille (d’une petite Becky). Désolé de vous révéler ça maintenant mais de toutes façons le film ne va nulle part avec ça, et vous devriez tous savoir l’explication du film à ça : des clones. Encore, des clones…

Cette Milla là joue les mères au foyer avec une fille sourde… parce qu’on peut faire une simulation de surdité… je ne sais pas pourquoi Umbrella fait des clones comme ça mais c’est leur argent après tout. Ils ont un petit déjeuner tranquille jusqu’à ce que, oups, des zombies attaquent, surgissant de nulle part. Carlos se fait directement mordre, et Milla s’enfuit avec Becky… la banlieue entière a sombré dans le chaos, avec une véritable invasion de zombie. C’est alors qu’une voiture arrive avec à son bord, Michelle Rodriguez. Pour ceux qui ne s’en souviendraient plus, Michelle Rodriguez incarne un des membres de l’équipe tactique dans le premier Resident Evil, qui était censé enquêter sur ce qu’il s’était produit dans la Ruche. Michelle est évidemment morte, et la voir est une méga grosse surprise, hm ? Non, en fait, car son nom était à l’affiche… et surtout dans le trailer on la voyait non seulement elle mais aussi le gars qui finit en apéricube dans le même premier film. Oui, Paulie a vainement tenté de nous appâter avec des personnages qu’on connaissait et qu’on croyait mort, en nous les montrant bien vivant dans le trailer, et la seule explication est : des clones. Sacré Paulie. Le clone de Milla est d’ailleurs tellement sympa que, lorsque la voiture du clone de Michelle se crashe, Milla ne cherche même pas à savoir si la personne qui l’a sauvé elle et sa fille est toujours vivante et se barre sans dire merci. Au moins j’aurai vu Michelle Rodriguez jouer autre chose qu’une pétasse…

Une fois de plus, je dois également citer une scène où Milla se planque dans le grenier, puis sort en passant par une autre entrée, et se fait courser par un zombie qui se cachait. Combien de fois faudra-t-il qu’on le dise pour que les gens comprennent : les zombies ne feintent pas ! Les zombies sont des cadavres avec uniquement les instincts, ils ne font pas de tactiques car ils en sont incapables. Si un zombie élabore une tactique, c’est qu’il a un cerveau fonctionnel, s’il a un cerveau fonctionnel, c’est que ce n’est pas un zombie. Ce n’est pas un simple détail : c’est ce qui caractérise le zombie. Et ce que je dis là est valable pour Retribution comme pour Resident Evil 6 comme pour tous les mauvais films et toutes les mauvaises séries qui usent et abusent de la mode des zombies qu’on nous sert depuis cinq ans, et qu’on va visiblement nous resservir encore pour les cinq prochaines années. Les zombies ne sont pas censés courir, porter d’arme, ou prendre quelqu’un en embuscade… parce que s’ils peuvent faire ça, alors autant qu’ils arrivent en disant carrément « Coucou, tu veux voir ma bite ? »



Ah ! tout va bien, le petit canard en mousse est sauf !


Milla s’enfuit dans une autre maison, donc, et se planque dans un placard avec sa fille, poursuivit par un zombie athlète, suffisamment malin pour comprendre que ses proies peuvent se cacher, et probablement pervers polymorphe pédophile. N’écoutant que son courage, Clonovovich se jette sur le zombie, et parvient à l’empaler sur la rampe d’escalier. Malheureusement, elle se retourne et zombie Carlos, qui passait la purement par hasard, dévore Milla. Ah, et les zombies sont toujours des Plagas, dans ce film… sauf que cette fois, les Plagas sont également dans le film, donc… la différence qu’il y a, maintenant… la logique de cette saga est déjà par terre à ce point-là.

C’est alors qu’on peut enfin voir ce qu’est devenue la vraie Milla. Et elle se réveille… A POIL ! Merci Retribution d’avoir corrigé ça, on en avait tous besoin. Je me demande pourquoi Umbrella s’amuse à la foutre à poil si c’est pour lui laisser une tenue de combat disponible juste à côté. Je ne plaisante même pas.
Milla a à peine le temps de reprendre conscience qu’elle voit Jill, en haut, la regarder d’une fenêtre, prête à un interrogatoire salé.

« Projet Alice, pourquoi vous êtes-vous révoltée contre Umbrella ? » N’est-ce pas là la question principale qu’Umbrella voudrait avoir. Oublions le fait qu’elle a réussi à parfaitement fusionner avec le virus T, devenant ainsi une véritable machine de guerre sans danger d’infection, il faut savoir POURQUOI elle a trahi Umbrella. Je pense que le fait qu’Umbrella soit responsable de la destruction de Raccoon City (et de l’apocalypse ensuite, à propos) doit y être pour quelque chose…

« Jill, c’est toi ? Qu’est-il arrivé à Chris et Claire ? » Et spoiler alert : c’est la dernière fois que vous entendrez parler d’eux dans ce film… je me demande encore, ce qu’ils sont devenus… enfin bon, vu l’utilité qu’ils avaient…

Jill décide de lâcher l’affaire et torture Milla directement en balançant des sons stridents (à mon avis le dernier Lara Fabian), parce que merde, si elle ne répond pas tout de suite, faut direct balancer la sauce. C’est comme ça avec Sienna. Oui, Sienna Guillory est de retour pour incarner Jill… je me demande comment Paul a réussi à la convaincre de participer à cette farce. Non pas que Sienna ait une incroyable carrière devant elle, mais je pensais que, près de dix ans plus tard, elle aurait tout simplement laissé tomber les films Resident Evil, surtout qu’elle avait déjà eu Extinction pour se rendre compte de la calamité.

Ils torturent un peu Milla, comme ça, dans une scène qui tente vainement de rip off « Haute Sécurité » (un nanard sur la prison avec notre bon vieux Sylvester Stallone), et finalement l’ordinateur reboot à cause d’une tentative de hack, désactivant ainsi toutes les sécurités. Donc, laissez-moi vous expliquer ça à tête reposée : vous avez ce système contrôlé par une I.A meurtrière, super avancée technologiquement et tout. Toutes les installations sont contrôlées par ordinateur, ce qui est stupide et dangereux, et quand quelqu’un tente de pénétrer le système, vous ne tentez pas de faire barrage ou de détecter la source de hacking, mais vous désactivez le système, ouvrez toutes les sécurités, et laissez libre accès aux informations et aux armes à qui veut y accéder, sur une fenêtre de deux minutes. J’exige une explication, je me moque de savoir ce que Paul avait pris au moment où il a écrit cette scène, je veux une explication, et pas de « roooh mais laisse tomber » sinon je vous jure que je trouve votre adresse, je viens chez vous, je vous égorge sur place, et je dis « roooh mais laisse tomber, j’ai fait ça sans explication ! Allez quoi ! lololololololololololo » parce que ça aura tout autant de sens que d’avoir ce genre de système complètement foireux au cœur de votre installation mère. Paul Anderson, vous êtes le pire scénariste, cinéaste, que j’ai vu de toute ma vie, et vous vous battez pour ce titre avec Uwe fucking Boll !!!!

Et ainsi, suivant la superbe logique du reboot système, un tiroir contenant une tenue de combat (qui a été mis dans la salle d’interrogatoire pour Dieu sait quelle raison) s’ouvre, laissant à Milla l’occasion de se fringuer, la porte de la salle d’interrogatoire s’ouvre, et Milla n’a plus qu’à sortir du complexe. Et une fois que le système se remet en marche, réactivant l’araignée robot qui contrôle Jill (parce qu’un si petit truc ne pouvait évidemment pas tourner sur sa propre source d’électricité), celle-ci se rend compte du fail de la sécurité et décide de balayer le couloir. Et, tenez-vous bien, Milla se retrouve rapidement poursuivie par ……. Des lasers ! ENCORE ! ENCORE DES LASERS ! ENCORE DES PUTAINS DE LASERS !
Et Milla s’en sort parce qu’elle court visiblement plus vite que les lasers, et arrive au bout du couloir… et la porte s’ouvre vers l’extérieur. POURQUOI ?! si la sécurité est réactivée, pourquoi Umbrella ouvre sa porte, et pourquoi vouloir demander à Milla la raison de sa trahison si elle était si pressée de la tuer. Elle l’avait sous la main, totalement sans défense, et c’est seulement quand elle est en mode « Alice is the best in the world » qu’elle se dit « oops, on va la tuer parce qu’on est des branleurs de la life et qu’on doit encore écrire le scénario de Castlevania Dawn of Sorrow ! »

Mais croyez-moi… tout ceci n’est que le début de la souffrance : Milla sort du couloir pour se retrouver dehors, dans la rue. Et tout ce qu’elle trouve est une voiture de police, sur laquelle le mot « police » semble être écrit en japonais. Milla décide de briser la vitre de celle-ci et de prendre le flingue dans la boite à gant… la caméra la repère et lance le « Protocole Six ». Ce qui revient à balancer de la pluie et à faire venir des gens. Tentez de me suivre, parce que c’est compliqué à comprendre là. D’une part un flic, enfin, un clone de flic, aperçoit sa voiture vandalisée et lance des recherches, plutôt que d’interpeller celle qui reste plantée au milieu du trottoir, en tenue de combat, et qui, au fait, est la seule également qui n’a pas une tronche de japonaise. Je vous ai dit que le Japon n’était pas une terre d’immigration et qu’un étranger là-bas, c’était repérable ?


Est ce que Sienna tente de jouer les filles contrôlées qui luttent ou est-elle juste une très mauvaise actrice ?

A côté de Milla s’arrête une jeune japonaise, visiblement mal en point, et ceux qui se rappellent de Afterlife doivent savoir où Paul va avec cette scène. Resident Evil Afterlife commence sur une scène, au Japon, où une jeune adolescente reste plantée au milieu du trottoir, un homme passe en croisant son regard, et celle-ci s’avère en fait être un zombie et attaque l’homme… créant ainsi une apocalypse de zombie dans la ville de Tokyo. Et bien en fait c’était des clones… c’était dans le complexe d’Umbrella que ça se passait. Et vous savez quoi ? Paul ne sait pas relire ses propres scripts apparemment, parce que j’ai été check Afterlife : et il s’avère que cette scène d’attaque s’ensuit sur un éloignement de la caméra sur la ville entière de Tokyo (pas juste quelques pâtés de maisons) pour ensuite révéler toute la planète et montrer une fois de plus que la Terre entière est infestée de zombie. Et vous voulez en savoir plus ? si jamais Paul avait prévu d’en arriver là depuis le départ, pourquoi ne pas nous avoir laissé un seul indice comme quoi la scène se situait dans un complexe d’Umbrella ? pourquoi nous montrer une simulation au Japon ? pourquoi pas une simulation dans une banlieue américaine qui évoquerait Raccoon City ? et aussi, quel intérêt de nous montrer ça dans Afterlife puisque JAMAIS le complexe qu’on voit dans Retribution n’est mentionné une seule fois dans Afterlife, et jamais on ne parle de la Red Queen, d’ailleurs… on a juste Wesker le vilain méchant pas beau. Et puisque je parle du Japon, celui-ci n’avait pas été totalement vaporisé par la méga bombe atomique que Wesker a déclenché quand il a détruit la base Umbrella dans laquelle il se planquait au Japon, encore dans Resident Evil Afterlife. Et ce n’était que le film juste avant Retribution… et Paul est toujours incapable de faire des liens intelligents avec ses films… qu’est-ce qu’il y a ? « roooh ! mais laisse tomber » ?

Gothic Lolita attaque le clone rajeuni de Satoru Iwata, comme prévu, et Milla n’a plus qu’à se sauver par une autre porte qui s’ouvre comme par magie. Je dois dire que pour une fille qui n’a plus de superpouvoir… Milla moleste totalement les zombies, fait des superbes acrobaties, et parvient même à nous faire un rechargement de flingue à la Devil May Cry en lançant le chargeur plein dans les airs pour le faire retomber pile dans la chambre. Vous vous plaignez de DmC ? je préfère cent fois « Emo Dante » à ce film. Au moins, lui il m’fait marrer.
C’est alors que s’ouvre les bureaux de l’entreprise. Alors, en d’une sécurité totalement en carton, les bureaux dans lesquels les employés d’Umbrella bossent sortent du sol…. Avec les employés dedans. Waoh. Je ne veux réellement pas travailler dans une boîte qui m’enferme dans le sol, ou enclenche, en cas d’alerte, le gaz anesthésiant qui fait perdre la mémoire dans ma propre douche…

Mais qui a pu tuer les employés d’Umbrella ? qui a pu s’infiltrer et … oh, c’est Ada. Ouais, Ada Wong entre dans la saga à ce point-là pour tenter vainement de rappeler aux spectateurs que ce film est basé sur une saga de jeu vidéo dont même ceux qui la détiennent n’en ont plus rien à foutre. Ada et Milla engage un combat bêtement re pompé sur Resident Evil 4, lors de la première confrontation entre Ada et Leon… sauf que dans Resident Evil 4 c’était cool parce que, pour une fois, c’était Leon qui remportait la manche.

« N’essayez pas »
« Mon nom est… »
« Ada Wong, l’un des meilleurs agents d’Umbrella à la solde de Wesker » si tu le savais, tu devais aussi savoir que tuer Wesker n’allait pas arrêter Umbrella, contrairement à ce que tu as balancé dans ton résumé. C’est bien un film qui s’auto-contredit en même pas trente minutes d’écran.
« Moi pas métante tinoise ! moi pouvoir faire réduction 30% sur baladeurs mp3 ! ordinateur portable et lecteur blu ray ! made in tina ! très bonne qualité ! » Ah nan, la blague de l’accent chinois et des réductions proposées je vous l’avais déjà faite dans l’AJV sur Apocalypse en fait… tiens, puisque j’en suis sur mes anciennes AJV, vous vous rappelez aussi quand je disais que Alice (enfin, Milla) dans sa robe rouge, dans le premier Resident Evil, me rappelait Ada… comme c’est étrange de voir maintenant la « vraie » Ada (sachant que l’actrice a la tête d’une gamine de douze ans, par rapport à la Ada du jeu vidéo qui elle, n’est-ce pas messieurs, est une femme qui fait tout sauf gamine, cette affirmation est bien évidemment à prendre avec des … hem… baguettes).
Mais trêve de plaisanterie car la tronche de Wesker s’affiche sur l’un des écrans.
« Tu peux la tuer si tu veux » (j’en ai plein d’autres à la maison, mouhahaha. Après la philatélie, la chinatélie ). Milla, voyant son ennemi juré apparaître à l’écran, se dépêche de balancer son couteau sur l’écran….
« Alice, je suis juste une image sur un écran là… tu ne peux pas me tuer comme ça, tu sais… »
« Oh, c’que je peux être sotte parfois !! »

Non sérieusement, Wesker est vivant, il a survécut l’explosion de l’hélicoptère parce que Deus Ex Machina et … c’est tout, je ne sais pas comment. Mais j’avais lu quelque part, sur Internet, qu’on pouvait voir dans la version Blu Ray de Afterlife, si l’on zoomait à 200x sur l’explosion dans un seul plan du film, qu’on voyait un parachute descendre de l’hélicoptère au moment de l’explosion. Qu’est-ce que tu disais, Kilirane ? que je faisais du plan par plan ? Parce que c’est exactement ce que j’n’ai pas fait, là, visiblement…

Quoiqu’ il en soit, Wesker est vivant, et il ne travaille plus pour Umbrella, et de toutes façons on s’en fout il n’a que deux scènes dans ce film. Cool, hein ? mais je crois savoir pourquoi : il est mort à la fin de Resident Evil 5, qu’Afterlife a suffisamment pompé, et comme Resident Evil 6 se passe finalement après le 5 (contrairement à ce qui avait été annoncé à la base par Shinji Mikami de son temps chez Capcom), donc on ne pouvait rien copier concernant notre blondinet à lunettes préféré. Fans de Resident Evil, si vous achetez Révélations HD, et qui pourrait vous jeter la pierre pour ça (surtout si vous n’avez pas la 3DS), car le jeu est vraiment très sympa et très jouable… ne vous attachez pas trop à l’ambiance, au bestiaire ou au magnifique postérieur de Jill……. L’on risque de voir toutes ces choses se faire sauvagement copier sans trop d'explications dans le film, et non, le postérieur de Sienna Guillory ne m’intéresse pas… si j’avais un quelconque fétichisme sur elle, j’irai regarder The Big Bang (vous voulez savoir pourquoi ? regardez le film).

« tu peux la tuer si tu veux… » disait donc Wéwes « mais tu ne sauras alors jamais comment sortir d’ici… »



Au moins, les zombies s'amusent, eux...


Pendant que Jill cherche à savoir comment Milla s’est échappé (au lieu de la poursuivre), Ada nous montre un enregistrement de comment elle a buté les pauvres employés non armés (même s’il y a tout un présentoir à armes dans la pièce). Apparemment Ada a tiré sur un premier mec, puis un deuxième, puis un troisième, et, je vous le jure, dans la vidéo qu’elle montre, il n’y a aucun employé qui bouge, ils sont tous en train de pianoter sur leur clavier pendant que leur voisin se fait buter par une chinoise en robe de soirée. J’ai entendu parler et vu des gars absorbé par la télé ou la console, mais sérieusement ? même avec un flingue, ils ne sortent pas de leur léthargie ? Probablement la faute aux Meuporgs.

Apparemment Ada a tué tout le monde pour permettre à Wesker de hacker le système d’Umbrella… vous savez, l’intérêt de hacker un bâtiment c’est justement de pouvoir accéder aux informations confidentielles de celui-ci sans avoir à tuer personne, je dis ça au passage. Wesker a fait libéré Milla parce que…

« On a besoin de vous… » oui, Milla, le monde a besoin de Milla !! « la race humaine est en train de frôler l’extinction… » quelle étrange volonté de protéger la vie humaine, monsieur je tire sur mes employés quand ils contestent mon autorité.
« Je n’irai nulle part tant que je ne sais pas où on est… » Milla… sérieusement… est ce que tu contemples seulement la stupidité de tes propos… ?
« Nous sommes dans le plus grand complexe d’Umbrella » Ouaaaais… encore un autre… tatataaa…
« Et Tokyo.. ? »
« Cela n’était qu’une fabrication… »
« Il y avait des gens… »
« Des clones… pouvais tu voir le ciel ? »
« Il faisait nuit… »

Pourquoi Milla résiste-t-elle à l’idée de clone ? d’une part elle a entendu la voix ordinateur dire « lancement du protocole Tokyo » et d’autre part : elle a été clonée elle-même !
« Le plafond fait 300 mètres de haut (je n’imagine pas le montant de l’installation, vous avez une idée de combien coûte une simple plate-forme téléphonique ? Le bâtiment, les PC, les téléphones, les serveurs ?) … il fait souvent nuit là-dedans »
Ou… pas. Vous vous rappelez de l’invasion de zombie au début, dans le décor de la banlieue américaine… parce qu’il faisait jour là-dedans, non ?

« Pourquoi Umbrella fait tout ça ? » et là, attention ça devient énorme
« Les bénéfices d’Umbrella sont issus de la vente d’armes biologiques » naaaan… cette société avec une I.A qui veut tuer tout le monde ferait ça ?! et d’ailleurs, attendez une seconde… qu’est-ce qu’une I.A peut en avoir à foutre de l’argent ?
« Ils ont simulé une épidémie à New York… et l’ont montré aux russes, une épidémie à Moscou, et l’ont montré aux américains, une épidémie à Tokyo, l’ont montré aux chinois, une épidémie à Pékin, montré aux japonais » une épidémie en Antarctique, l’ont montré aux Esquimaux, une épidémie en Arctique, l’ont montré aux phoques…

POURQUOI ???????????

Pourquoi Umbrella ferait-elle des simulations d’épidémie ? pour impressionner les autres pays ? Ces mêmes pays qui auraient pu aisément aller sur Google pour vérifier si cette histoire d’épidémie sur le pays voisin ou rival était belle et bien vraie ?! et d’ailleurs, l’épidémie n’était-elle pas déjà complètement tombée sur la planète ? combien de fois on a vu un plan sur la Terre devenir totalement marron, noire ou rouge pour symboliser l’infection ? pourquoi est-ce qu’on a eu des histoires lancées par radio comme « Arcadia est une terre libre de toute infection » si la planète n’était pas contaminée ?! Ce n’est pas un détail, encore une fois, c’est l’univers même dans lequel baignaient les deux films précédents !! comment peut-on être aussi mauvais en termes de scénario, logique ou même tout simplement de bon sens ?!!!!!! alors ! vous êtes vraiment sûrs que « Roooh, mais laisse tomber » ?????????!!!!!!!!!!

Milla pense à sortir en faisant sauter les murs, mais c’est alors que le soleil (le vrai soleil) se lève et elle se rend compte que tout a été construit dans la mer de Béring. Je suis sûr qu’Umbrella a dû payer un gros supplément à qui a bien voulu bouger tous les sous-marin qui ont coulé dans cette mer (et y’en a plein). Wesker a arrangé une équipe de secours pour aller chercher et escorter Milla à la sortie, et cette musique se compose de…

Certains gugusse anonymes qui vont crever à la première scène d’action, Luther West (le basketteur d’Afterlife), Barry Burton (de Resident Evil premier du nom) et Leon S. Kennedy (qu’il n’est pas besoin de présenter je crois). Est-ce que je suis content de voir ces gens ? non, parce que je sais que ça ne seront que des personnages qui n’auront des personnages du jeu que le nom et à moitié l’apparence, et que c’est de toutes évidences Milla qui va tout faire toute seule avec ses pas super pouvoirs quand même trop forts.


Ceci n'est PAS Le... vous savez quoi ? d'la merde !

En tout cas je peux dire un truc sur Leon : c’est qu’il a l’air bien vivant pour quelqu’un de mort. Ouais, ce détail vous aura probablement échappé si, comme moi, vous n’avez jamais été fans de ces films, mais Resident Evil : Apocalypse a eu pas mal de promotions (étant donné le succès du premier film) et l’un des articles promotionnels de ce film était le journal de Raccoon City, qui donnait le véritable nom d’Alice (Janus Prospero) et surtout faisait mention, dans un passage, de Jill Valentine portée disparue et présumée morte (car non-retrouvée après les évènements du film) et surtout de la mort de son partenaire : Leon S. Kennedy. Leon est censé être mort selon cet article promotionnel, mais bizarrement le voici bien vivant. Oups.

(je tiens ces informations-là du web reviewer Phelan Porteous, alias Phelous, sur le site phelous.com … toutes réclamations/félicitations sont à lui envoyer. Pas à moi. Et avant que vous n’alliez dire quoi que ce soit, non je ne regarde pas forcément d’autres reviews de films avant de faire les miennes, et j’ai failli ne pas regarder Retribution mais si je ne l’avais pas fait, je n’aurai pas eu cette info… et j’avais envie de sortir une histoire colorée, et IMdB n’avait rien à me donner. Du moins, Milla n’a pas cassé de caméra cette fois.)

« Nous avons deux heures pour localiser et sortir les cibles avant qu’Umbrella n’amène des renforts… » dit Leon.

Et si c’est LE complexe méga tip top délire d’Umbrella … pourquoi les « renforts » ne sont pas déjà dedans… en fait, je crois que Leon n’imagine pas la connerie qu’il vient de dire au vu de ce qui les attend, et non, ce dont je parle là n’est pas une idée cool. C’est une mauvaise idée qui devrait dégager rapidos de toute histoire de zombie.

Wesker donne la route que Milla et Ada doivent suivre pour rejoindre Leon et les autres… et puis son signal se fait, enfin, intercepté par la Reine Rouge. Celle-ci ressort la traditionnelle

« Vous allez tous mourir, ici ! »
« J’ai déjà entendu ça » lui balance Milla.

Je me demande ce que veut la Reine Rouge ? c’est un ordinateur : elle ne veut pas dominer le monde, elle ne veut pas protéger les humains de l’infection (puisqu’elle utilise des zombies comme soldats), elle ne veut pas d’argent, de pouvoir…. Elle veut juste vendre son virus et tuer tout le monde parce que… aaaah elle est méchante, t’as vu !



SYMBOLISM !!!!


Donc… faisons un jeu : voyons si je peux résumer la scène d’action suivante rapidement. Ada et Milla se retrouvent en plein milieu de la simulation New York qui est alors enclenchée par la Red Queen, et se font attaquer par deux Executionner. Toujours aucune explication quant à la présence de ce boss de niveau de Resident Evil 5… mais c’est probablement dû au fait qu’Anderson avait encore les costumes et un pressant besoin de recycler quelque chose de ses précédents films. Milla semble déstabilisée de prime abord mais reprend vite la situation en main en faisant quelques sauts périlleux, malgré l’absence de ses super pouvoirs, et en renversant un camion-citerne sur les monstres

« Hey, les mecs… mauvaise idée ! » dit-elle avant de détonner. Waoh, c’est vraiment faiblard comme phrase choc. Même moi j’ai déjà écrit mieux… et en plus elle l’a balancé à des monstres qui ne comprenaient probablement pas.
« Allons-y avant que la Red Queen n’active quelque chose d’autre… » Ada ne croit pas si bien dire
« Activez les non-vivants Las Plagas »

Pardon, je pars cinq minutes me taper la tête contre le mur…

… voilà. Donc. Maintenant je dois accepter que les Las Plagas et tout ce qui s’y rapporte (les tentacules qui sortent de la bouche, l’Executionner, etc.) soient en fait une simple mutation du virus T. Et, finalement, là maintenant, je dois aussi accepter l’existence des Las Plagas comme étant des zombies « activables » avec un bouton, qui peuvent tenir des armes et…… bref : les zombies ne sont pas des zombies, les Las Plagas ne sont pas des Las Plagas… vous savez, ce film aurait pu ne pas s’appeler « Resident Evil »… il aurait pu aussi s’appeler « Paul Anderson sex fantaisies clusterfuck »… et le sous-titre « Retribution » aurait pu être rebaptisé « Il faut bien faire bouillir la marmite ».

Les Plagas sont donc activés dans la simulation Moscou… parce que Milla allait dans la simulation banlieue américaine… et les No Plagas (ou les « не вредителей », pour me mettre aux couleurs locales) attaquent l’équipe de Leon. Et, forcément, les Plagas sont fringués comme des soldats de l’armée rouge, avec même un camarade colonel avec l’imper en cuir de SS et la petite casquette… pigé ? parce qu’on est en Russie. Hin hin hin… vous savez, en plus de cliché et stupide (considérant le fait que l’URSS n’existe plus depuis maintenant 22 ans), je trouve que de voir des zombies militaires avec des armes me fait me dire que Resident Evil : Retribution tente de rivaliser avec Dead Snow… voilà ou Paul Anderson est tombé.


Ca fait combien de fois qu'ils changent d'actrice ? dois je compter aussi la brune habillée en blanc dans Extinction ...?

Revenons à Milla et Ada, qui sont désormais dans la simulation banlieue américaine. Et c’est bien entendu la banlieue de Raccoon City. Je me demande à quel pays cette simulation-là a été montré… ah et je me demande aussi pourquoi il y a des nuages et qu’il fait jour ici, alors que Wesker avait précisé qu’il faisait pourtant nuit d’habitude. Ah, et tant que j’en suis aux questions, je me demande aussi l’intérêt de faire une simulation de Raccoon City attaquée par des zombies à cause du virus T quand on sait que Raccoon City, la vraie, a été atomisé JUSTEMENT A CAUSE DU VIRUS T !

Mes questions sont, une fois de plus éludées par Milla qui a repéré que quelqu’un se planquait dans une maison, et pars enquêter. Elle trouve son clone du début du film qui s’est fait tuer par zombie Carlos.
« Non ! je ne peux pas mourir ! je suis Milla, je m’aime tant ! »
« Vous êtes un des 50 modèles de base… » le 51e étant Shawn Roberts
« modèles… »
« Ils fournissent à leur modèle quelques souvenirs basiques, juste assez pour donner une réponse émotionnelle logique face à la menace biologique » et aussi pour se regarder dans la glace et constater que la coiffure a changé… ou que Carlos est toujours en vie alors qu’on le croyait mort…
« dans une autre vie… » poursuit Ada « … elle pourrait être une femme au foyer, dans une autre, une femme d’affaire à New York… dans une autre, une soldate pour Umbrella » … dans une autre, une actrice qui fout sa carrière en l’air pour des adaptations merdiques d’un jeu vidéo qui deviendra bientôt tout aussi merdique.

Et puisqu’on parle des clones et de la possibilité qu’elle soit soldat pour Umbrella, si les clones étaient toujours en production, et si les clones d’Alice qu’on a vu à la fin d’Extinction et de Afterlife étaient aussi fort, pourquoi la Red Queen n’en refait pas, qu’elle leur installe des araignées contrôleuses de cerveau et ces clones-là ne se rebelleront pas.

Un autre bruit attire l’attention de Milla qui va voir jusque dans le placard où la gamine se planquait. Elle ouvre et se fait attaquer par un zombie farceur, qu’elle descend direct avant qu’il n’ait eu le temps de redire cette phrase qu’il avait entendu sur un rapport complément d’enquête de France 2, dont il était tout empli, et brûlait d’envie de narrer à nouveau. C’est alors que la petite fille clone arrive et croit que Milla est sa mère. Elle se précipite dans ses bras
« qu’est-il arrivé à tes cheveux et à tes habits » j’adore la tronche de Milla à ce moment-là, c’est la tronche typique d’une femme qui vient de se rendre compte à quel point sa vie affective vient d’être balancée par terre entre la mort de son coup (Carlos), et le fait qu’elle récupère une gamine sourde et muette, qui demande beaucoup d’investissement et de temps et qui va faire fuir plus de la moitié des mecs qu’elle croisera. Classique malchance !

Milla décide de prendre la gamine sous son aile, ce qui fait que la gamine doit préparer des affaires et c’est pas comme si Milla n’avait que deux heures pour se barrer et qu’une armée de clone pouvait arriver d’une minute à l’autre.

Et au moment où Milla sort enfin de la maison, elle est encerclée par une armée de clone. Tiens donc. Jill est là aussi, et Michelle Rodriguez est de retour, ainsi que Mr. Apéricube. Et même Carlos qui a l’air de s’emmerder grave à sa tronche…

« Papa… ? »
« Ce n’est pas ton père » elle est sourde, Milla, elle ne peut pas t’entendre…
Michelle charge son arme, mais alors Milla décide de faire preuve de chevalerie
« Il y a un enfant avec nous… »
« Votre problème, pas le nôtre » répond Michelle
« Vous n’avez pas changé… toujours aussi chaleureuse » répond Milla, ce qui est stupide, considérant que la vraie Michelle est morte dans le premier film, mais bon.

Et pendant tout ce temps où Milla tente de s’amuser avec les clones de ses anciennes connaissances, elle ne pense pas une seule seconde à tenter de parler à… oh je ne sais pas, moi… disons…. JILL ?! parce que c’est la seule personne avec qui elle peut réellement tenter de raisonner, non ? les autres ce sont des clones avec une mémoire préprogrammée, Jill est contrôlée par un ordinateur, quelque chose dont elle peut sortir avec suffisamment de motivation (ou bien un plug-off direct et sauvage).

Ils finissent donc par échanger quelques coups de feu au terme desquels Milla part de son côté avec la gamine, pendant qu’Ada fait ce qu’elle fait de mieux et se barre en douce, pendant que la sécurité croit qu’elle est morte… ou du moins c’est ce qu’on croit… vous verrez. On remarque quand même que Milla parvient à parler à la fille avec le langage des signes… donc, euh, Milla…. Quand est-ce que tu as appris à parler le langage des signes ?

Pendant ce temps-là, la team Leon continue de résister à l’assaut, et un mec anonyme se fait tuer par un Plagas tronçonneuse, qui encaisse tous les tirs, comme chacun le sait. Au revoir, monsieur inutile.

Et on revient sur Milla, qui se retrouve dans le métro russe (parce que la simulation Moscou DEVAIT avoir un métro, vous savez) et c’est là qu’elle retrouve Michelle version gentille. Et là on assiste à une scène que je n’aurai jamais cru voir : Milla Jovovich apprend à tirer au flingue à Michelle Rodriguez… waaaaaoh.

On revient sur Leon, parce que le film ne peut résolument pas développer sa scène, il faut qu’on saute de scène en scène toutes les cinq minutes, pour voir le deuxième anonyme se faire chopper par un Licker géant. Ou est-ce que c’était un Hunter dans ces films ? je ne sais plus. Paul non plus je parie. Je dis « géant » parce que Milla arrive d’un seul coup en bagnole tunée et balance le Licker dans une vitrine… le Licker prend absolument toute la place de la vitrine (c’est plus petit que ça, vous savez, l’intérêt du Licker, c’est qu’il est censé pouvoir passer dans des endroits étroits comme les conduits d’aérations, parce que c’est de là qu’il sort d’habitude).

« Vous attendez une invitation écrite ? » balance Milla, parce que ses phrases chocs ne deviennent jamais fatigantes
« On vient de perdre deux équipier pour tes miches, connasse ! » pense Leon… le vrai Leon… en regardant ce navet.
« Où est Ada ? » demande le faux Leon qu’on nous sert dans cette bouse
« Je crois qu’elle est morte… désolée »
« Vous l’avez vu mourir ? »
« Non »
« Elle a toujours un plan… » hohoho… vous n’avez pas idée d’à quel point cette phrase est marrante…

Les « Plagas » poursuivent Milla avec leurs motos, et l’un d’eux tente même de chopper Luther et visiblement de le mordre (parce que c’était tout à fait les Plagas dans Resident Evil 4 et 5, n’est-ce pas ? tirer sur sa victime puis subitement tenter de le mordre pour l’infecter… et être un cadavre aussi… oh, attendez, non, ça n’était pas du tout ça). Cette scène s’éternise, comme les chapitres de Resident Evil 6, jusqu’à ce que le Licker revienne à la charge et Milla a un plan de génie : elle lance la bagnole dans l’entrée de métro (la grosse bagnole dans une bouche de métro… oka ? pas la moto de Batman dans les galeries souterraines, cette fois, hein, mais bien une Porsch qui pourrait appartenir à Vladimir Poutine en personne, dans une petite bouche de métro), et elle parvient à semer le Licker dedans. Le même Licker pour lequel se faire projeter dans une pâtisserie russe ne posait pas de problème. Je ne me pose déjà plus de question. (Hmmmmmm pâtisserie ruuuusse raaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhh).
Elle retourne donc voir sa gamine (qui, heureusement, n’a pas assisté à cette redéfinition des lois de la physique), et après une charmante réunion, Leon a une mauvaise nouvelle.

« On a plus que 22 minutes, et Sergei avait le plan… »
« Je m’en occupe » répond Milla

Et là, je vous jure que c’est vrai, Milla nous sort des lunettes de sa pompe, sur lesquelles le plan est affiché sous forme holographique. WHAT ?! WHAT IS THIS ?! c’est quelque chose qui n’est jamais expliqué, ou sur lequel personne ne pose de question ! si Milla avait ça, comment pouvait-elle ignorer où elle était ? et pourquoi avoir attendu que Wesker donne des instructions ? et si elle ne savait pas qu’elle les avait, pourquoi les sort-elle maintenant ?! est-ce que quelqu’un… quelque chose dans ce film voudrait-il bien, pour l’amour du ciel, ÊTRE UN TANT SOIT PEU CLAIR ET LOGIQUE ???!!!!! QUOI ???? « ROOOH, MAIS LAISSE TOMBER » ????!!!!!!!


"Avant, j'avais des super pouvoirs... mais ça, c'était avant."

Milla & Co passe donc par les souterrains pour rejoindre l’ascenseur menant à la sortie. Mais c’est alors que la Red Queen désactive le courant (eh ouais, fallait y penser, miss l’Intelligence Artificielle qui veut détruire l’humanité). Le Licker géant profite de ça pour aller chopper la gamine et tuer le clone de gentille Michelle. Ouais, tout cela ne serait pas arriver si Milla avait compris qu’encastrer un Licker avec une bagnole ne suffit pas à le tuer. Milla décide de partir aller chercher sa « fille » et c’est alors que l’équipe de Jill arrive pour mitrailler tout le monde : ce qui nous amène à notre jeu préféré dans les AJV sur Resident Evil : Qui Va Crever Le Premier Sans Milla ?

D’un côté on a Barry qui n’a pas eu une once de développement, s’est pris une griffe de Licker, et n’a pas l’intérêt ou le caractère du Barry original. D’un autre côté on a Luther qui est certes moins blessé et plus développé, mais qui a le désavantage d’être noir (c’est un film horreur/action, je vous rappelle). Et enfin nous avons Leon, le beau blond qui mène toute l’équipe et qui est censé avoir une réunion avec Ada… donc les résultats soooont…

« On se replie Barry ! » crie Leon
« Non, quelqu’un doit rester pour activer les commandes de l’ascenseur » (même si elles ne marchaient plus y’a 5 minutes ? faut que j’oublie ça aussi ? « roh, mais laisse tomber » ?).

Bref, c’est Barry qui va y rester… super, hein ? nous montrer Barry (qui a pas mal de fans) pour ne lui faire rien dire au final, et le faire mourir comme ça… merci, Paul, merci beaucoup.
Milla retrouve la gamine en rejoignant le Licker, dans son antre qui était visiblement à côté de l’ascenseur (donc pourquoi Leon ne l’a pas combattu à l’allée… ?) et, grosse surprise, tue celui-ci par balles et retrouve sa fille. Ouaaais.
Jill, de son côté, décide d’arrêter de tirer comme une idiote avec ses TMPs (en agitant les mains en avant dès qu’elle tire, comme pour dire « ok, vous animez celui-là à l’edit, puis celui-là, puis celui la »… parce que quand vous tirez avec ne serait-ce qu’un flingue, vous avez forcément un impact qui vous fait reculer, alors agiter les bras est un peu délicat… donc imaginez avec des mitraillettes), et d’amener le prisonnier… c’est-à-dire Ada. Ouais, son super plan c’était de se faire capturer.

Barry sort, parce qu’il considère Ada autrement que comme un chinois remplaçable, et se fait tirer dessus. Il se relève cependant pour saisir le flingue qui tombait, visiblement plus lentement que lui, réussit une Q.T.E et tue Mr. Apéricube. Il rate cependant la Q.T.E suivante et se fait tuer. Oh, ça veut dire qu’on exécute le prisonnier, maintenant, n’est-ce pas, Jill ? non, gardons là, parce qu’elle a une robe bien, je veux savoir où elle l’a acheté, grâce à ma machine à interrogatoire.

Milla, plutôt que de revenir sur ses pas, passe par la salle de fabrication des clones et ; oh quelle ironie ; tombe sur la chaine ou ses clones et ou ceux de la petite sont fait.
« Maman c’est toi ?!! tu es ma maman, n’est-ce pas ?! » s’écrie la petite
« Je le suis, maintenant… » déclare Milla, avant de balancer des grenades sur le Licker qui avait survécu à sa mort. Ouais, je sais ce que j’ai écrit…
Leon et Luther remontent sur l’ascenseur au moment de l’explosion et l’ascenseur parvient à remonter en évitant la noyade. Milla arrive en passant par un conduit (chose que tout le monde aurait finalement pu faire plutôt que de s’encombrer d’un ascenseur qui laisse vulnérable et dépendant du fonctionnement des installations… des fois que tout soit contrôlé par une I.A qui veuille notre mort), et tout semble finalement s’arranger. Sauf qu’au moment de s’en aller en 4x4, un sous-marin Umbrella ressort du sol. Et qui en ressort : Ada qui est toujours prisonnière, Jill et Michelle.

« Je vous avais dit qu’elle avait un plan » ….. Se faire capturer, Leon… ce n’est pas ça que j’appelle « un plan ».
« Il ne reste que vous deux » constate Milla
« Ce sera suffisant » répond Jill. Elle est bien consciente pour une fille contrôlée par araignée robot, Jill… vous vous rappelez à quel point Claire était devenue sauvage avec cette bestiole dans Afterlife ?
Michelle se saisit d’une seringue
« Le parasite Las Plagas » remarque Leon. Et vous pouvez aussi la tuer avant qu’elle ne se l’injecte, non ?

S’injecter le parasite donne à Michelle des supers pouvoirs qui la rendent super forte et immunisées aux balles. Elle fait même le coup de Saddler, dans Resident Evil 4, lorsque celui-ci se fait tirer dessus à la mitraillette par Ada, et qu’il fait ressortir les balles de ses doigts sans aucune blessure. Cette scène est assez effrayante dans le jeu, même si ici ça paraît largement ridicule, surtout qu’on voit bien les balles sortir de la main de Michelle, avec le sang et tout, et lorsqu’elles tombent dans la neige, un écran plus tard, il n’y a pas une goutte de sang…
Oh, et apparemment le Plagas donne aussi la possibilité de faire le coup rayon X de Mortal Kombat 9. Paul Anderson a probablement eu envie de faire référence au jeu, sur lequel il avait déjà fait un film… à l’époque où il faisait des adaptations de jeux qui n’étaient pas totalement à chier.

Pendant ce temps-là, Milla et Jill sont en pleine baston, au terme de laquelle Jill saisit Milla par le cou, approche sa tête de la roue du 4x4 dans lequel Leon et les autres se trouvaient, roue qui s’active toute seule, parce qu’il est impossible que la Red Queen ait le contrôle sur un véhicule qui ne lui appartient pas. Mais c’est alors que Milla décide de faire la seule chose intelligente à faire : enlever l’araignée robot qui contrôlait Jill… ce qui a pour effet secondaire de faire s’arrêter de tourner la roue du 4x4. WHAT ?

Michelle continue de molester Leon et parvient même à tuer Luther. Désolé, mec, c’était forcément toi le prochain sur la liste. Comment fait-elle ça ? Elle frappe tellement fort que son thorax se brise, causant un arrêt cardiaque immédiat. Si le Plagas permet de faire ça, alors je crois qu’Umbrella n’a plus besoin d’expérimenter ou d’utiliser le virus T… elle les a, ses supers soldats ou son évolution de la race humaine……. Ou quoi que ce soit qu’elle puisse vouloir à ce point.




Vous savez, je dis ça comme ça, mais les Plagas n’ont jamais été développé par Umbrella, pas plus que le virus Ouroboros (Resident Evil 5), c’est ce qui faisait le cœur de la nouvelle donne que Resident Evil 4 avait implanté dans l’histoire du jeu : le bioterrorisme. Chaque petit groupuscule développait son propre virus/parasite. Milla tente de s’interposer mais se prend le même coup, sauf que son cœur ne s’arrête pas complètement, parce que c’est Milla. Jill reprend conscience, et, constatant que Milla est en pleine convalescence, dans le froid, à la merci d’une Michelle Rodriguez enragée, lance le flingue à côté d’elle (parce qu’elle vient à peine de se sortir du contrôle, vous comprenez ?). A propos de contrôle : elle n’a pas perdu la mémoire, comme Claire, cette fois ? c’est intéressant de voir qu’Umbrella perfectionne toujours ses appareils, ça doit être cette nouvelle édition de contrôleur mental qui permet aussi d’avoir le logo Umbrella dans les yeux quand on se réveille. Michelle clame sa victoire.

« Tu ne peux pas me tuer »
« J’en ai pas besoin » dit Milla, qui avait remarqué que des zombies nageaient sous la glace, purement par hasard.
Milla tire dans la glace, parce que quelques impacts de balles seulement suffisent bien sûr à détruire la banquise de Russie… je vous rappelle que cette partie-là de la Russie est plus proche du Pôle Nord que de, disons, la Finlande. Michelle tente de remonter mais se fait emporter par la horde de zombie amphibien.
« Je reviendrai !! »
« Bonne chance »

Leon parvient à récupérer Ada, les hélicoptères arrivent et tout semble enfin s’arranger. Milla s’évanouit puis se réveille dans l’hélicoptère, avec un peu de solution saline pour lui faire repartir le cœur, évidemment… vous n’avez pas pensé à Luther, des fois, non ? Leon tente de prouver qu’il est bien Leon en tentant de poser sa main sur le genou d’Ada… qu’elle décline parce que, regardons les choses en face, elle a clairement douze ans.




Le clone est là aussi, avec Jill. Je m’en cogne.
L’hélicoptère revient jusque dans la Maison Blanche, où Milla est directement menée à Wesker. Celui-ci s’est évidemment posé dans le bureau ovale.

« Wesker, je vois que vous avez fait comme chez vous… »
« Je dois dire… que c’est difficile de faire autrement » puis direct il lui fait à nouveau une piqure
« Que m’avez-vous fait ?! »
« J’ai besoin de toi… l’ancienne toi … alors je t’ai redonné tes pouvoirs ».

Sérieusement ?!!! sérieusement : l’une des pires idées de cette saga était les supers pouvoirs de Milla, et d’un seul coup, Wesker les annule avec une seringue… et en un rien de temps, Wesker lui redonne des super pouvoirs ! donc Wesker se balade comme ça avec des seringues « pouvoirs on » et « pouvoirs off » ?! et Anderson croyait que c’était une bonne idée de reprendre le concept des supers pouvoirs ?! c’est comme s’il nous narguait en disant « je peux faire ce que je veux avec ces films, et vous violer votre saga préférée ! nyah nyah nyah ! »
Wesker explique que la Red Queen veut tuer toute l’humanité (Pourquoi ?) et que pour ça il faut s’allier. Autant j’aime assez l’idée de devoir collaborer avec le méchant, mais dans ce cas précis, la saga est tellement ridicule que je n’espère plus rien du prochain film (pas même une conclusion).

Ce film est une immense blague. Il a battu tous les autres en terme de nullité, et se dispute la place avec Final Fantasy VII : Advent Children. Je veux dire, okay, je me doutais qu’il ne serait pas brillant, mais à ce point-là c’est quand même scandaleux. Pourquoi Paul continue à faire ces films ? il ne se rend pas compte qu’il devient une sorte de deuxième Uwe Boll ? Je laisse cette question-là en suspend pour le prochain film : il ne s’agira désormais plus de « ce film sera-t-il mauvais ? » mais de « à quel point ce film sera mauvais ? »

Rebootez les films Resident Evil. Et rebootez les jeux Resident Evil, tant qu’à faire.

_________________
We wuz admins n' shiet
Revenir en haut Aller en bas
Nicoscolosse
°°°
°°°
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 23
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: AJV - Resident Evil : Retribution   Ven 10 Mai 2013 - 18:49

Waaah, ça en fait de la lecture ! On sent à quel point ce film t'a "frustré" Neutral
Ça reste en tout cas bien sympa à lire, et là j'avoue qu'avec toutes ces descriptions et explications, t'accuser de mauvaise foi serait ironique...
Une partie des incohérences dans ce film demandent visiblement d'avoir joué aux jeux, donc passeraient inaperçues auprès des spectateurs n'y ayant pas joué (comme moi), mais même sans ça, que ce soit bourré d'incohérences liées aux films entre eux ou bien, comme tu dis, le film qui se contredit lui-même... C'est assez fort !
De base je serais assez "partisan" du "Roooh, mais laisse tomber !", m'enfin à partir d'un certain point c'est difficile...
Revenir en haut Aller en bas
TechnoWolf
°°°°°°
°°°°°°
avatar

Messages : 1168
Date d'inscription : 19/02/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: AJV - Resident Evil : Retribution   Dim 16 Juin 2013 - 20:14

Le fait ou le problème est que... quand tu écris un script, tu as quand même une certaine idée de comment tu vas le terminer. Mais là c'est clair que Paulie en avait rien à foutre...


... et les gens continuent d'aller voir les films...

Enfin. Tu aurais raison de passer à côté et de faire comme si ces films n'existaient pas.

_________________
We wuz admins n' shiet
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AJV - Resident Evil : Retribution   

Revenir en haut Aller en bas
 
AJV - Resident Evil : Retribution
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Film] Resident Evil Retribution
» Dossier Resident evil/Biohazard
» Forum sur la série Resident Evil !
» RESIDENT EVIL 10th Anniversary (Neca) 2006/2007
» [Half-Life] Resident Evil Cold Blood

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Retro Game Space :: AU COMPTOIR DU GEEK :: >>> CAFÉ RGS -
Sauter vers: