Forum retrogaming
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 AJV - Resident Evil : The Final Chapter

Aller en bas 
AuteurMessage
TechnoWolf
°°°°°°
°°°°°°
avatar

Messages : 1235
Date d'inscription : 19/02/2012
Age : 30

MessageSujet: AJV - Resident Evil : The Final Chapter   Mer 1 Nov 2017 - 18:08

Je vous ai manqué ?



Batman Resident Evil Begins : The Dark Virus Knight

Quelle aventure, n’est ce pas ? RGS a eu le temps de mourir et de renaître puis de re mourir et de renaître pour que les aventures de Milla & les zombies puissent trouver une conclusion.

Bien, mon dernier article sur le sujet datant d’il y a déjà quelques années, je pense qu’il est sage de faire un petit récapitulatif de ce qu’il s’est passé dans les précédents films pour être bien sûr de saisir l’entière subtilité de toute la saga Resident Evil par Paul W S Anderson.

Resident Evil : Milla se réveille à poil dans la douche sans savoir qui elle est, des militaires débarquent et lui expliquent qu’elle est un agent d’Umbrella, la plus grosse corporation pharmaceutique au monde et qu’un virus s’est échappé dans un laboratoire nommé « The Hive » situé sous la ville de Raccoon City non loin de la résidence que Milla devait garder qui servait d’entrée vers le laboratoire (un simple ascenseur eut été plus pratique mais bon). Sauf que le virus tue les gens et les transforme en zombie, donc y’a plein de zombies, un monstre dégueulasse nommé Hunter (alors que c’est un Licker en fait) arrive et tue le méchant du film puis contamine le love interest de Milla, mais il se fait tué, et voilà. Sauf que non, la ville entière est contaminée à la fin et après s’être réveillée à poil sans souvenirs à nouveau, Milla se prépare à défoncer du zombie

Resident Evil – Apocalypse : Y’a plein de zombie, y’a une flic nommée Jill Valentine (personnage issu du jeu) qui essaie de prendre la situation en main jusqu’à ce que Milla arrive et démontre qu’elle a désormais des supers pouvoirs (si si), affronte son love interest du premier film devenu le Némésis (oui oui) à mains nues, et gagne (sérieusement) mais l’épargne et donc celui-ci se retourne contre Umbrella (dirigé, je suis désolé de ne vous l’apprendre que maintenant, par le même acteur qui jouera Hermann Fegelein dans le film « La Chute » un an plus tard). Les héros s’enfuient avant que Raccoon City ne soit atomisée par Umbrella qui couvre tout ça par un mensonge aux médias afin de discréditer les accusations des quelques survivants contre elle.

Resident Evil – Extinction : Le virus T a transformé la terre en désert (les lacs et les océans se sont asséchés, je vous jure que c’est ce qui est dit) et le film devient un sous Mad Max dans lequel quelques-uns des survivants (sauf Jill, bizarrement) tentent de… ben… de survivre : jusqu’à ce que Milla arrive avec ses pouvoirs psy (elle parvient à arrêter le feu par télékinésie, véridique) et indique à tout ce beau monde que l’Alaska est une terre libre de l’infection (pourquoi ? comment ? on s’en fout) ; sauf que y’a un méchant docteur joué par Iain Glen qui veut empêcher ça et veut récupérer Milla (bon, il aurait pu le faire dès le début parce qu’il nous montre qu’elle peut être « éteinte » à distance, donc il suffisait de l’éteindre, la prendre et la ramener au labo puis la rallumer quand on était sûr que c’était safe, mais bon, les détails, hein…) ; sauf qu’il se fait mordre par un zombie, s’injecte plein d’antivirus, et visiblement du virus aussi (pour « rééquilibrer » ? je sais pas) et devient le Tyran (un autre monstre issu du jeu qui n’est pas du tout créé comme ça, mais bon) ; il se bat avec Milla mais se fait tuer. Milla annonce au reste d’Umbrella qu’elle va arriver avec « des copains » après avoir trouvé plein de clones d’elle-même.

Resident Evil – Afterlife : Le complexe Umbrella de Tokyo est attaqué et son dirigeant, Albert Wesker (un japonais né à Tokyo, dans le quartier de Shibuya, à la polyclinique Katsura et fils de Showtarô Hashimoto et Yukiko Hasagi, à l’évidence……… Ah, c’est parce qu’il est issu du jeu) décide de tout faire péter, vaporisant les clones, et injecte Milla (la vraie) avec une seringue lui enlevant ses super pouvoirs. Ils se battent, leur hélico se crashent, Milla survit par la puissance du script, trouve l’Alaska et plein d’avions garés comme des voitures mais personne ; sauf Claire Redfield (issue du jeu et du troisième film mais pas importante) qui a perdu la mémoire à cause d’une araignée robot greffée sur elle (qui vient de Resident Evil 5), puis ils s’en vont chercher d’autres survivants et en trouvent dans un Hollywood infecté par des zombies majinis (qui viennent de Resident Evil 5), et un Executionner (qui vient de Resident Evil 5), puis se rendent compte que le havre « Arcadia » n’était en fait pas une ville en Alaska (foutu google maps) mais un bâteau ; ils décident donc de terminer le film sur un gros bateau tanker (comme dans Resident Evil 5) et se rendent compte que plein de gens étaient enlevés là-dedans (parce que) et vont affronter Wesker qui balance ses lunettes noires pour déstabiliser ses adversaires (comme dans Resident Evil 5) et bouge comme un agent de la matrice parce qu’il a un virus en lui qu’il a un peu de mal à contrôler (comme dans Resident Evil 5) et supposément meurt pour de vrai (comme dans Resident Evil 5)

Resident Evil – Retribution : Wesker est pas vraiment mort (en même temps, le film sort deux semaines avant Resident Evil 6) ; et Milla est retenue prisonnière par un complexe d’Umbrella sous la glace au large de la Sibérie (décidément, ils ont des moyens pour une boîte qui a causé une apocalypse de zombie). En fait Umbrella fait des armes chimiques et simule des épidémies dans des recréations de villes comme New York, Tokyo, Pékin, Moscou, Melun, Pyong Yang, Oslo, Siney, Le Creusot ou, pis, Sens. Ils espèrent vraiment que les dirigeants des pays vont trouver ça vachement chouette de savoir qu’ils peuvent causer une grosse épidémie dans un quartier précis d’une ville du pays voisin, et qu’ils ne se souviendront pas qu’il y avait déjà une épidémie mondiale qui asséchait les lacs deux films plus tôt. Tout le film consiste à aller chercher Milla car Wesker veut monter une expédition contre la Red Queen, l’intelligence artificielle d’Umbrella qui veut déclarer la guerre aux humains ; donc il envoie Ada Wong (qui vient du jeu), Leon S. Kennedy (qui vient du jeu), Barry Burton (qui vient du jeu), et Luther West (qui vient des quotas). Luther & Barry meurent connement. Mais Jill Valentine qui était sous l’emprise de l’araignée mécanique est libérée et rejoint l’équipe. Tout le monde se prépare à une guerre sans mercie contre la Red Queen et ses créature virus T eeeet.

Le film Resident Evil – The Final Chapter démarre sur : un nouveau résumé. Plus de « Mon nom est Alice » nope, un nouveau résumé tout beau tout neuf qui sent bon l’imprimante high tech de Paul W S Anderson. Eh bien sans plus attendre, voyons tout ça :

« On dit que l’Histoire est écrite par les vainqueurs… »

Oui, il est vrai aussi que quand on est mort on ne peut plus écrire grand-chose, donc jusque-là ça se tient.

« …Ceci … est l’histoire de la corporation Umbrella »

Ah merde, ça veut dire qu’Umbrella a gagné, donc ?

« Le chercheur principal d’Umbrella s’appelait James Marcus, sa fille Alicia était atteinte de la progéria, une maladie qui fait décrépir son corps : à l’âge de 20 ans, Alicia avait le corps d’une femme de 60 ans… Marcus était déterminé à la sauver… mais cela paraissait impossible. Il copia donc sa voix, son look, tout ce qui faisait l’identité de sa fille pour la postérité. Mais c’est alors qu’il découvrit le virus T qui sauva sa fille »

Ok, stop. D’abord, le mec enregistre tout ce que sa fille a pu dire ou faire, et jusqu’à son look. Garder des photos est une chose mais là le mec c’est assez limite ce qu’il fait, non ? ensuite… je ne pense pas que ce soit comme ça que la progéria fonctionne :



Ensuite…

Il me semblait que le virus T, dans la continuité des films de Paul W S Anderson, avait été créé par le professeur Ashford pour que sa fille qui était tétraplégique puisse marcher à nouveau. C’est beau quand un film vous puni d’entrée de jeu pour avoir osé vous rappeler de ce qui avait été établi avant. Mais rassurez-vous, il y a une raison à ce changement scénaristique, on y reviendra.

Bon je vous passe le reste du speech qui consiste à dire que le virus T a ensuite été utilisé pour guérir plein de maladies et d’infections et que c’est comme ça que le virus s’est répandu dans le monde vu que les gens ont commencé à mourir et se réveiller en zombie comme ça tout seul et ont infecté les autres gens autour. Donc : le film 1 ; 2 & 3 on oublie. Ben oui, puisque le 1 nous montre comment le virus contamine le labo, le 2 nous montre comment Raccoon City est contaminée et le 3 nous montre comment le monde entier est contaminé. C’est fort, non ?

Evidemment, Marcus n’était pas content de tout ça et s’est fortement disputé avec son partenaire Alexander Isaacs (le mec joué par Iain Glen dans le 3e film ; qui va donc revenir là ici avec un twist incroyable de clone qu’on a jamais vu dans les précédents films, pour la simple et bonne raison que l’acteur est question est devenu populaire après le troisième film avec Game of Thrones vu qu’il y joue Jonah Mormont). Isaacs décide que la meilleure solution est encore de tuer Marcus, sous les yeux d’Alicia (enfin, c’est Wesker qui tue Marcus en lui collant un sac plastique sur la tête pour l’asphyxier), mais Isaacs dit à Alicia « retourne au lit, on ne fait que parler ». Je pense que même à son âge, elle peut très bien savoir différencier ce qui relève du dialogue et ce qui relève de l’assassinat… et même appeler la police. Enfin, on va pas lui en vouloir, ce n’est qu’une enfant de film pourri, après tout.

Le pire c’est qu’après on les voit à l’enterrement, avec Isaacs qui passe sa main sur l’épaule d’Alicia, en mode « t’inquiètes pas, je vais veiller sur toi » et Alicia ne bronche pas… c’est quand même incroyable. Et bien entendu, tout ce qui a été enregistré de la gamine est utilisé pour faire la Red Queen (alors que c’était largement insinué que la Red Queen avait été faite à partir d’Angela Ashford, dans Resident Evil Apocalypse)

Et donc suite à tout ça, l’infection se répand et cela amènera donc Alice & cie à la fameuse bataille de Washington que Retribution nous annonçait à la fin…

« … Mon nom est Alice… et ceci est mon histoire…. La fin de mon histoire »


Donc c’est ton histoire ou celle d’Umbrella ? ou est-ce que les allégeances ont encore changé dans ce film ?

Enfin bon, le film s’ouvre donc sur la bataille de Washing-ah non. Le film s’ouvre APRES la bataille de Washington où Milla se réveille seule sur le champ de bataille : Ada, Leon, Jill, la gamine du clone de Milla dans le film précédent ? aucune idée de ce qu’ils sont devenus : et visiblement même la prod' s'en foutait

J’ai ouïe dire que Wentworth Miller, après avoir été brillantissime en Chris Redfield dans le rôle de Michael Scoffield (sa réplique « je connais un moyen de sortir d’ici » qu’il croyait être une blague au départ me fait encore rire aujourd'hui) était trop occupé à jouer à nouveau dans Prison Break pour revenir ; mais visiblement il n’a pas été contacté du tout. Et de ce qu’Imdb me dit : les autres larrons n’étaient visiblement pas trop occupés, du moins pouvaient-ils sans doute mettre Resident Evil dans leur agenda.

Bref,

Milla se réveille et un zombie-jump scare lui saute dessus cinq minutes après, et la caméraman est toujours aussi mauvais. Puis après elle se fait pourchasser par un gros machin volant tout moche et tente de s’enfuir avec une voiture qui, comme par hasard, ne démarre pas sauf à la dernière minute. La grosse bestiole soulève la bagnole puis la laisse retomber, et finalement tout se règle par un duel de qui que c’est qui foncera le plus fort dans l’autre ; duel que la bestiole aurait pu réussir sans problème en volant au-dessus de Milla comme elle avait fait pour soulever la bagnole, et arracher la tête de Milla, mais qu’elle ne fait pas parce qu’elle est conne as fuck (la bestiole, hein, pas Milla. Milla est parfaite, auriez-vous oublié ?)

Bon. Et si on expliquait un peu ce qui s’est passé ?

Milla est donc appelée par une alarme… du moins c’est ce que je crois voir puisqu’elle entend une alarme de la seconde guerre mondiale, l’écoute, puis se dirige dans un bâtiment, ramasse une lampe de poche qui trainait la comme par hasard et entre dans un endroit en cherchant s’il y a quelqu’un de vivant. Elle ne trouve personne cependant elle trouve plein d’écrans, mais se fait mettre un coup de pression par un fax qui imprime une feuille répétant en boucle la même ligne :

« All work and no play makes Jack a dull boy »

Ah non, pardon, ça dit “Hello Alice” en boucle. Puis après les écrans s’allument tous pour montré la Red Queen qui a, encore, changé d’actrice (ces fillettes, si seulement elles pouvaient arrêter de toutes grandir comme ça) et qui est jouée par Ever Anderson (et, oui, il s’agit de la fille de Paul W S Anderson et de Milla Jovovich ; pour rappel : ils sont mariés depuis une petite dizaine d’années maintenant), ce qui ne veut absolument pas dire qu’un twist tout pourri nous attend à la fin du film.

La Red Queen nous explique qu’il n’y a plus que quelques milliers d’humains qui sont dans retranchés dans un dernier bastion, et que dans 48H ils arrêteront d’exister parce que le bastion s’écroulera et que les zombies les infecteront. La Red Queen explique alors à Milla que ceci n’est pas une annonce de victoire, mais une demande pour l’arrêter. Umbrella a développé un antivirus qui peut se transmettre par les air, mais que celui-ci se trouve dans le laboratoire « The Hive » sous Raccoon City (ce même endroit qui avait été atomisé 4 films plus tôt) et qui donc est le vrai de vrai dernier endroit dans lequel Umbrella est planqué… et j’imagine que c’est pour ça que le résumé de ce film nous explique que c’est le gouvernement qui a balancé un missile nucléaire sur Raccoon City et non pas Umbrella comme on nous l’avait dit dans Apocalypse, parce qu’il fallait faire ce retcon pour éviter que ça ait l’air trop con qu’Umbrella ait balancé un missile sur leur laboratoire principal… même si sans l’histoire de ce film, ça l’était déjà franchement.

On continue ?

« Si tu y arrives, tu pourras te venger de Wesker qui t’a trahi, t’a fait croire qu’il te rendait tes pouvoirs alors que c’était pas vrai »

Alors :

1) Pourquoi Wesker a fait ramener Alice s’il voulait la trahir et ne pas vraiment lui rendre ses pouvoirs ? pour l’utiliser juste pour la bataille de Washington qui a été perdue ? bravo, Wesker
2) Pourquoi la Red Queen a laissé ça se produire si elle savait que Wesker allait trahir tout le monde hors caméra ?
3) Pourquoi la Red Queen révèle ça maintenant, en plus ? c’est genre « je sais que tu t’es planté, mais figure toi que moi aussi, c’est rigolo, non ? »…
4) Donc les allégeances ont encore changé : maintenant la Red Queen est l’alliée d’Alice, Wesker est redevenu le méchant, et on va encore avoir une histoire de clone vu qu’on nous a dit que le Dr. Isaacs était le chef de la conspiration en début de film.



Vraiment…

Qu’est-ce que vous voulez que je dise devant ça ? mis à part qu’une fois de plus le film nous puni pour nous rappeler de ce qui avait été établi avant, et qu’une fois de plus ça n’a aucun sens, même dans la logique du film, même non seulement en oubliant le lore établi par les jeux (ça je pense que toutes personnes arrivées à ce point des films a abandonné l’idée de faire un lien avec les jeux), mais en plus en oubliant le lore établi par les films eux-mêmes. Il faut en fait prendre chaque film séparément, oublier tout ce qu’ils ont dit, se rappeler juste du détail qui va bien pour la scène qui va bien, et d’oublier ce détail ensuite si jamais il venait à contredire la scène suivante. Et la scène suivante reprend un détail d’un autre film qui contredit la scène précédente, mais ça on s’en fout parce qu’on a déjà oublié la scène précédente ; parce que c’est pas important, c’était la scène précédente, et on noie bien le poisson dans une grosse scène d’action avec du jumpscare et des gros plans sur la tronche baveuse des monstres à foison (parce que c’est un film d’horreur, aussi, hein).
Bref, vous avez devant vous un film qui vous affiche une scène, puis une autre en espérant que vous aurez vite oublié la scène d’avant sans poser de question. Nous avons un cinéaste qui nous a filmé les séquences les unes après les autres sans se soucier de ce qui se passait une fois le film projeté sur le grand écran, dans l’espoir que le public serait trop con pour se poser des questions. Ça, mesdames et messieurs ça porte un nom, ça s’appelle l’incompétence.

« Alice… il y a dix ans, dans la Hive, nous avons tous les deux échoués, il faut réparer cela »

Ok, alors : il y a dix ans (dans le premier film je suppose) la Red Queen voulait tuer tout le monde dans le laboratoire pour éviter l’infection, et Alice ne savait pas ce qu’elle voulait vu qu’elle était amnésique. Et là je ne sais toujours pas ce qu’elle veut parce que ses objectifs changent à chaque fois vu qu’elle est toujours envoyée en mission par des personnes dont les allégeances changent à chaque fois : Wesker voulait combattre la Red Queen qui voulait détruire les humains dans le film précédent ; là, la Red Queen contacte Alice à l’insu d’Umbrella, visiblement, parce que Wesker & cie sont des gros méchants qui veulent détruire l’humanité cette fois ci.

*soupir*

Bien… je ne reviendrai pas sur ce que j’ai dit au paragraphe du dessus, car je présuppose, moi, monsieur Anderson, de l’intelligence des gens qui me lisent, et par conséquent je suppose, moi, monsieur Anderson, que les gens qui me lisent n’ont pas déjà oublié ce que j’ai dit il y a un paragraphe.

(Après c’est vrai que je ne noie certes pas le poisson dans l’eau avec des grosses scènes pan pan boom boom regardez comment elle est forte Milla)

Donc Milla va retourner vers la Hive où se trouve l’antivirus super tip top qui sauvera le monde de la grosse infection (c’est fou quand même, elle aurait limite pu le trouver dans le premier film et sauver le monde directement, mais c’est vrai que l’antivirus qu’on a trouvé dans le premier film ne marchait pas vraiment donc on comprend qu’elle ait hésité… ah mais attendez on s’en fout, vite de l’action, de l’action !!!)

Milla arrive près d’une moto et tente de l’utiliser mais C’ÉTAIT UN PIEGE !! et elle est soulevée par une corde alors que s’approchent des soldats d’Umbrella.

Donc : c’est le personnage principal du film, Umbrella cherche à la tuer depuis six film, ça y’est, elle est prise au piège… que vont faire les soldats ? l’exécuter directement puis ramener sa tête à Wesker ?

Ben non, enfin : ils vont la taper un peu, mais Milla va les bazarder évidemment parce qu’elle a même pas mal d’abord ; donc vous savez quoi ? on va laisser tomber cette scène parce que c’est pas intéressant et prévisible. Donc, une fois que Milla se soit libéré du piège de la moto piégée… elle remonte sur la moto et celle-ci, ne reconnaissant pas Milla comme un employé d’Umbrella, active le système de sécurité et électrocute Milla.

*soupir*

Ce choc électrique fait qu’elle s’évanoui et se réveille en présence du méchant de ce film ci : le Dr. Isaac. Dun dun duuun.

Le dialogue est quand même rigolo :

« Je t’ai tué »
« Et pourtant me voici »
« … Ton clone… pff… j’ai tué ton clone »


Non, je vous jure, c’est ce qui est dit.
L’air déçu de Milla doit être le même que celui qu’elle a eu quand elle a lu le script de son mari.

Enfin bref, après Isaacs montre comment il est méchant

« Vous m’avez causé des problèmes… toi et tes sœurs… »

Ce disant il ouvre un tiroir contenant plusieurs têtes de Milla.

Donc les clones de Milla existent encore ? je pensais que la fabrique de clone avait été détruite dans le film précéd… *soupir* ok.

Donc Isaacs va trancher la tête de Milla et la ranger dans son tiroir, pas vrai ?
Non.

Au lieu de ça il l’attache à une chaine reliée à l’arrière du gros camion dans lequel elle est, avec plein de zombie qui courent derrière. Ce qui laisse le temps à Isaacs de prévenir Wesker afin que celui-ci fasse monter le niveau de sécurité de la Hive au maximum… ça devrait déjà être le cas parce que, vous savez, le virus, l’infection, les zombies, tout ça…

Et pour Milla ? devinez… elle se libère, bien entendu, après quelques pirouettes et combat avec des figurants qui se font balancer du camion et dévorer par des zombies dans une scène monté par un épileptique. Isaacs intervient alors mais Milla, qui visiblement veut vraiment utiliser la moto rouge (qui est également sur le camion, on sait pas trop pourquoi) décide de trancher la main d’Isaacs pour activer celle-ci.


"Stupide moto, tu vas marcher, dis, tu vas marcher ???!!! AAAHH !! ÇA BRÛLE !!!!"

Bref, cette moto permet à Milla de revenir à Raccoon City, endroit anciennement atomisé donc sans doute avec un fort taux de radiation mais on s’en fout. Milla entre dans un endroit sombre, et, attention tenez-vous bien pour cette surprise de taille : tombe dans un guet-apens, mais s’en sort quand même et braque un type, sauf qu’il a des copains et que l’un d’entre eux est Claire Redfield. Et les deux camarades se reconnaissent parce que Claire a fini de perdre la mémoire mais s’en fout que Chris ne soit pas là.

Milla peut donc expliquer ce qu’on sait déjà : le Dr. Isaacs arrive avec un gros camion et une armée de morts vivants (qu’il n’utilise pas vraiment mais qui le suivent juste, mais ce sera du pareil au même, plein de zombies d’un coup), et surtout que y’a un antivirus aérien qui peut sauver le monde. Sauf que là, Claire comprend que si Milla lâche un truc qui tue tout ce qui est infecté au virus T, elle aussi mourra puisque ses supers pouvoirs sont là grâce au virus T. Même si elle n’a plus ses super pouvoirs parce que Wesker lui avait visiblement filé un virus temporaire où je ne sais quoi… donc le film se contredit tout seul, c’est bien… je sais, « roh mais laisse tomber », à ce point-là, il vaut mieux laisser tomber, sinon votre cerveau sombrera dans la folie.

Bref Milla et Claire préparent leur forteresse (aménagée dans un building délabré, donc probablement accessible via moults ouvertures) à l’attaque de l’armée d’Isaacs avec des ruses médiévales comme tirer des flèches enflammées, utiliser des catapultes, etc… jusqu’à ce qu’Umbrella utilise une ruse de traître : ils envoient une humaine qui se fait courser par des zombies. Milla, n’écoutant que son cœur, ordonne d’ouvrir les portes pendant que l’artillerie légère s’occupe de tirer sur les zombies proches de l’humaine ; et au moment où l’humaine va atteindre la porte de la forteresse, un sniper d’Umbrella la tue sur le champ. Milla ordonne aussitôt de fermer les portes, mais les zombies atteignent quand même celle-ci et pénètrent la forteresse.

DONC : que l’humaine ait survécu ou pas, c’était un plan à la con vu que les zombies auraient atteint la porte et, par extension, tué l’humaine après avoir tué les soldats. Milla a donc connement exposé tout le monde au danger.


La figurante qui vient de réaliser la stupidité du script

Mais voulez vous savoir comment Milla va se racheter pour sa connerie monumentale ?
Elle fait couler de l’essence depuis le haut de la forteresse, et y met le feu… déversant ainsi un immense torrent enflammé, avant de se lancer dans le champ de bataille (sans se faire jamais mordre malgré le surnombre de zombie) ; le camion dans lequel Isaacs la poursuit tire à vue jusqu’à ce que Milla ne se cache derrière une voiture ; ce qui est visiblement suffisant pour qu’Isaacs regarde partout en se demandant où Milla peut-elle être (sans jamais regarder derrière la voiture). Milla se saisit d’un bidon d’essence qui était là purement par hasard et, au plan suivant, je ne rigole pas, se trouve déjà sur le camion d’Isaacs et déverse de l’essence dessus avant d’y foutre le feu. Waoh… oh mais attendez c’est pas fini : y’a des soldats d’Umbrella qui ressortent vivant. Ils ont été littéralement cramé dans un camion qui a à peu près la superficie d’un tank, mais non, y’a des survivants. Et Isaacs en fait partie bien entendu, bien que l’essence lui soit limite tombé dessus.

Bref, la première invasion est repoussée, mais il y’a deux autres armées de morts vivants qui est repérée grâce à leur signature thermique. Oui, leur signature thermique. Dans ce film, les morts vivants on les détecte grâce à la chaleur que dégagent leurs cadavres. À ce stade, j’en suis à supposer que ce n’est pas vraiment Paul W S Anderson qui écrit ses scripts, mais un de ses chiens.


Après c'est dur de lui en vouloir, vous sauriez dire non à ces p'tites bouilles, vous ?

Bon, on va se dépêcher d’aller à la Hive, l’équipe de Milla, qui se compose de : Claire Redfield, son copain, et quelques figurants dispensables se mettent en route et sont poursuivi par quelque chose (qui s’avère être des zombies).

Version longue ? y’a des chiens fous (pas ceux du réal’), et des zombies qui courent après l’équipe et tuent quelques random.

Version abrégée ? j’ai rien compris, la scène est une fois de plus très mal montée, le bordel a été visiblement filmé par un cameraman qui a la tremblote, et le principal à retenir c’est que Milla, une fois de plus, s’en sort in extremis.

Résultat des courses : entrent dans la Hive Milla, Claire, son copain pas louche du tout, un noir et une femme. Et maintenant le jeu que vous attendiez tous : qui que c’est qui va crever, qui que c’est qui va survivre, et qui que c’est qui va trahir le groupe ?

Hophophop, d’abord il faut que tout le monde regarde de quoi il retourne : car la Red Queen va apparaître pour montrer une archive vidéo d’une réunion des principales têtes d’Umbrella (dont Régis Laspales ne faisait pas partie, visiblement ; ce qui est dommage, tout de même, l’indémodable du sketch du train pour Pau ne survivra pas à cette épidémie).

Dans ce meeting, on voit que le Dr. Isaacs nous dit que les faits sont là : il y a plein de maladies incurables, des nations qui veulent « nous » détruire (par « nous » il doit vouloir dire l’occident, mais on va supposer qu’il voulait dire l’Amérique, baise ouais !) ; et même si on parvient à traverser tout ça, il y a trop d’humains sur la planète et que la nourriture présente ne suffira pas … bref, que la fin du monde est pour bientôt. Son idée : causer la fin du monde, mais de façon organisée : créer une épidémie qui contaminera et tuera la quasi-totalité de l’humanité et sauver une poignée de gens (les grosses têtes d’Umbrella et leur famille, je présume) en les planquant au fond de la Hive, dormant tranquillement jusqu’à ce que l’Armageddon soit passé et que la planète soit « rebootée » afin de recréer la vie dessus.

Bien. Un plan pareil, je le dis à chaque fois, mais cela revient à dire « tout le monde disparait sauf nous et nos familles. Donc selon le nombre de familles qu’on sauve, dans tous les cas, si on veut « recréer » l’espèce humaine après, on risque de précipiter notre nouvelle espèce humaine dans la consanguinité, non ? à moins de faire des mariages arrangés à chaque fois… après être passé d’une époque « MTV, Télé réalité, je fais ce que je veux maman » à l’Armageddon à la cool puis ça… mis à part Zapp Brannigan je ne sais pas qui pourrait trouver un plan pareil crédible.


Ceci dit, les motivations de Zapp étaient intelligibles au moins.


Puis la Red Queen nous explique que ce plan a créé un conflit dans son programme, car elle avait été créé pour servir Umbrella, soit, mais aussi pour donner de la valeur à la vie humaine.
Alors. Bon. Déjà comment est ce qu’on peut programmer une I.A pour donner de la valeur à la vie humaine ? ensuite pourquoi ? que Marcus l’ait fait, soit, mais pourquoi Isaacs a laissé ça passer. Et enfin, non. Non, très chère Reine Rouge, vous ne pouvez pas nous dire que vous accordez de l’importance à la vie humaine dans un film qui succède à un autre film disant « la Reine Rouge a prévu d’éradiquer l’humanité » ; et si on me redit d’oublier les films précédents, ok d’accord. Mais dans ce cas là, est ce que je dois oublier également la catchphrase de la Red Queen ? vous savez, ce genre de phrase un peu punchline que plein de films ont…. Par exemple Highlander avait « Il ne peut en rester qu’un », ou encore Die Hard avait « Yippie Kay, enculé »… parce que cette saga de film en a une aussi de catchphrase, non ? la voilà :


J’ai lutté en vain, c’est ça ?

Bref, la Red Queen nous dit qu’elle est programmée pour ne pas pouvoir faire de mal à un employé Umbrella (même si elle a déclaré la guerre à Wesker dans le film précédent qui ne travaillait plus pour Umbrella mais en fait si puisque c’était sa mission de ramener Alice à Washington en l’arrachant au main de la Red Queen qui voulait la tuer afin de la… tuer dans la bataille de Washington ….. mais bon bref, Anderson voulait faire une référence à Robocop)

… Bon allez, y’en a marre, on continue : Milla & ses copains arrivent devant un gros ventilateur, et Milla sait que c’est une entrée vers la Hive parce que… vos gueules, elle le sait, point. Les gros ventilateurs sont évidemment éteints mais est-ce que ça vous surprend si je vous dis qu’ils s’allument en plein milieu du passage ? Personne ne meurt mais y’a la fille qui flippe et n’ose pas passer entre deux lames du ventilo, du coup Milla (qui était déjà passée) repasse pour aller la chercher et la faire traverser, trop trop forte waow.

Ah en fait Wesker observait tout ça et décide de faire tourner les ventilateurs mais dans l’autre sens, pour aspirer l’équipe… donc après un moment de suspens osef (c’est pareil que les moments de suspens sauf qu’au lieu d’être au bord de votre siège à vous demander ce qui va se passer et à espérer que le personnage auquel vous vous êtes attaché s’en sorte, là vous vous en foutez un peu, savez pertinemment que le personnage lambda va y rester et ça vous fait limite marrer quand vous voyez sa vieille tronche se faire transformer en plat de spaghettis bolognaise par les gros ventilos) l’équipe peut repartir sans vraiment avoir pleurer la fille qu’on a perdu et tombe dans, tenez-vous bien : un autre piège.


Christian est inquiet, il sait que la fille vient de crever et qu'il est trop noir, trop figurant et pas assez capitaine de police pour survivre

Eh non, figurant n°2 va mourir à la place. En tombant dans une trappe qui l’entraîne visiblement au centre de la terre… je ne sais pas… dans un sous sol de 10km de haut on dirait bien. Milla et Claire aussi tombent dans des trappes à côté, mais à la place, elles sont envoyées dans une salle vide avec un éclairage pourri et des jumpscare pas chers.
Ah et elle tombe sur le noir… qui tombe là comme ça… explore un peu avec Milla et se fait tué par un gros monstre que voici :

Apparemment un essai avant de faire un film sur Venom, je ne sais pas…


Après certains puristes diront sans doute que je suis mauvaise langue et qu'il ressemble plus à Carnage...


Et Milla le bute en tirant dessus plusieurs fois avec des flashs, des plans sur elle qui tire et des plans sur proto-Venom qui se prend les balles… vraiment ce montage… on sent toute la technique que Paul W S Anderson a appris au fil du temps… un régal visuel et auditif.

… J’en ai marre : je passe en vitesse, ça court à droite et à gauche, Wesker décide de réveiller les employés Umbrella parce que c’est l’état d’urgence (comme chez nous, c’est curieux, hein ?) ; donc l’état d’urgence consiste à réveiller ceux qu’on était censé protéger et leur dire qu’en fait c’est la méga merde… Intéressant.

Petit clin d’œil : Milla arrive dans une salle cramée, et se rend compte que c’était la salle dans laquelle l’équipe tactique du premier film avait installé le gros bidule pour désactiver la Red Queen… et elle y retrouve même leurs sacs avec les armes qu’ils avaient laissé…. Donc personne n’a été ramasser ça ? et les guns doivent pas être juste inutilisables s’ils trainent là depuis dix ans sans avoir été traités ou…………. Pourquoi je cherche encore, moi ?

Elle donne aussi un gun au dernier gars qui est avec elle : le copain pas du tout louche de Claire. Et depuis l’ordi de cette salle, elle trouve l’ascenseur qui mène au laboratoire principal d’Umbrella avec les chambres contenant les employés d’Umbrella en train de dormir. Je me dis quand même, elle était juste à côté dans le premier film, ça aurait été bête de tomber dessus, non ?
Donc Wesker fait réveiller l’employé d’Umbrella en question qu’il voulait voir, et celui-ci s’avère être … Dr… *bâillements* excusez-moi… Dr. Isaacs.

Claire, quant à elle, était tombée dans un bocal un peu bizarre (les trois trappes étaient à côté pourtant Milla, Claire, et figurant n°2 sont tombés dans des endroits complètement différents et pas du tout proches… y’avait des toboggans ou quoi ?) et parvient à s’en libérer. Puis tout le monde se dirige vers le labo principal.

Milla arrive devant le vrai Dr. Isaacs et le braque, sauf que :

« Je ne ferai pas ça à ta place » dit le docteur en sortant la fiole d’anti virus.
« Si tu me tues, cette fiole tombe et l’antivirus ne se répandra nulle part, et tes espoirs s’évaporeront plus tôt que tard »


Sauf que si l’antivirus peut se répandre sur toute la planète comme ça a été le cas pour le virus T, j’imagine qu’il peut très bien sortir de la Hive, aussi profonde soit-elle et trouver le monde… l’air passe aussi dans les labos sous-terrain……………………………. Nan parce que c’est comme ça que vous pouvez respirer sans masque (… vous savez, il y a moment où il faut savoir abdiquer face à la stupidité de quelqu’un ou de quelque chose… je crois que « quelqu’un qui a oublié les principes de bases de la respiration » est un assez bon moment pour abdiquer).

Allez, le twist de ouf : le copain louche de Claire était un traitre, il braque Milla avec l’arme qu’elle lui a donné plus tôt (donc il n’aurait rien pour la braquer si elle lui avait pas donné ce flingue… oh et il n’a pas vérifié si elle était chargée, au moins, et surtout pas enrayée). Claire arrive mais se fait braquer par Wesker.

Après, alors que Milla est braquée elle se fait des simulations dans sa tête sur comment elle peut tuer Isaacs avec des ustensiles présents, sauf que Isaacs aussi se fait les mêmes simulations en neutralisant Milla… je comprends pas bien, ils ont des ordis dans le crâne ou quoi ? Et surtout, si Milla fait un geste brusque, y’a Wesker pour tirer dessus, non ?

« Et pour répondre à ta question » commence Isaacs « je suis l’original Docteur Alexander Rolland Isaacs »

En fait on ne se le demandait pas vraiment, surtout que si jamais il venait à Paul la saugrenue idée de faire une suite à ce film, on aurait sans doute la révélation que celui-là aussi était un clone.
Mais cela nous amène à l’ultime twist de ce film, Milla, celle qu’on croyait connaître (même si ignorait tout d’elle) était aussi un clone. Et arrive en fauteuil une dame plutôt âgée, jouée également par Milla Jovovich et qu’on a vu rapidement dans la vidéo du meeting tout à l’heure…

« Voici la véritable… Alicia Marcus… fille de mon ancien partenaire et co-propriétaire de la corporation Umbrella »

… Allez, tous avec moi : OH BEN ÇA ALORS.

Franchement, je suis sur le cul. Comment on s’y attendait pas. Entre le « c’est mon histoire », la Red Queen jouée par la fille de Milla Jovovich, avec un rôle de gentil cette fois, et le fait qu’on entende Milla parler avec une voix de vieille dans le meeting quand on voit la dame un peu âgée. Comment que je m’y attendais trop pas, mais Paul W S Anderson en fait c’est un génie, le mec. Kubrick, Tarantino, Spielberg, Cronenberg, Carpenter, Paul THOMAS Anderson…. Vous valez rien, les gars. Paul W S Anderson est le vrai génie du cinéma.
Bon allez on termine vite :

« Alicia a été sauvée grâce au virus mais les effets n’ont pas duré… j’ai attendu longtemps pour qu’elle meure »

T’aurais pu la faire assassiner au moment où tout le monde partait en cryo pour dormir, mais bon...

Après une scène de merde où Milla refuse d’être un clone et où Alicia lui dit « tu es bien meilleure que je n’ai jamais pu l’être » ; grandiose, Milla, tu es meilleure qu’une vieille folle qui a accepté un plan de malade qui s’appuie sur la Bible pour trouver des idées.
Bref, maintenant on sait que Milla, enfin Alice, a été créé il y a dix ans, qu’elle n’a pas de souvenirs parce qu’elle n’en a jamais eu ; et qu’elle a été modelé à partir d’une simulation de ce qu’Alicia Marcus aurait été à 20-30 ans…

Au fait, vraiment mignon : Alice, Alicia… comme c’est malin.

Bon, vous voulez savoir comment est ce que toute cette tension finit ? Alicia Marcus sait que Wesker est toujours un employé d’Umbrella, donc elle décrète « Wesker, vous êtes viré » ; ce qui fait passer son statut de « Employé : intouchable » à « civil : touchable » ; et la Red Queen fait fermer la porte automatique sur le bras ou la jambe de Wesker, la sectionnant aussitôt.
Véridique. Wesker va mourir comme ça. C’était le méchant principal de la saga des jeux ; puis il est devenu le méchant principal du 4e film, et maintenant il meurt comme ça… comme un vulgaire caca.
Le traître essaie de tirer sur Milla, mais son gun était pas chargé en fait…

« Comment savais tu que c’était moi ?? »
« Tu es le dernier survivant »

Puis Milla donne une grenade à Wesker de façon à ce que s'il la lâche, elle s'active et explose (ce qui va se produire au moment où Wesker mourra)

« J’aurais dû te tuer à Washington » peste Wesker
« … Oui »


Bon dieu, je crois que Milla se fout ouvertement du script de Paul. C’est dire.


"Tu sais, Paul, je crois que ça va vraiment se voir, cette histoire de clone... nan parce que ça fait déjà trois films qu'on leur sort cette histoire..."

Isaacs s’est déjà enfui et ordonne à la Red Queen de passer tout contrôle vers lui ainsi que de s’éteindre une fois les droits transférés ; mais avant d’obtempérer, la Red Queen a une dernière chose à dire :

« Dr. Isaacs… vous et les autres membres d’Umbrella : vous allez tous mourir ici »

Hin hin hin. Je m’en fous à ce point-là.

Bref, Claire et Milla affrontent Isaac dans l’ascenseur qui sort de la Hive, et le combat a beau être filmé en slow motion avec Isaacs qui prédit les mouvements et tout, ça reste brouillon et mal filmé. Puis, comme toujours dans les films Resident Evil de Paul  W S Anderson, vu que les flingues ça marche jamais car les méchants ont des super pouvoirs, ils y vont à mains nues ensuite. Et devinez où le combat se termine ? dans la salle avec les lasers qui découpent les gens.

Vraiment… les lasers reviennent à nouveau… ce n’est même pas la première fois que Milla affronte Isaacs dans la salle avec les lasers.

Et comme d’habitude, Milla manque de se faire tuer mais réagit in extremis et reprend le dessus. Malgré tout Isaacs réussit tout de même à faire passer un laser sur une partie des doigts de Milla, les découpant aussitôt. Bon j’ai envie de dire que c’est pas trop grave : vu que dans le film précédent, Milla a eu un arrêt cardiaque en plein combat mais que ça ne l’a pas empêché de se relever. Par contre, ça c’est consistant entre tous les films : Milla est increvable.

« On a joué un long jeu, toi et moi » dit Isaacs « … mais maintenant c’est fini »
« Oui... oui c’est fini » ricane Milla en montrant un détonateur de grenade à Isaacs.


Celui-ci n’a que le temps de se rendre compte qu’une grenade a été placée dans sa poche avant que celle-ci n’explose. Heureusement que ce n’était pas la poche à côté de celle qui contenait l’antivirus…



Vous savez le pire dans tout ça ? c’est qu’ils sont pas mauvais, Milla Jovovich et Iain Glen… mais voilà les personnages et le script.

Bref, Milla s’en va vers la sortie de la Hive, mais au moment de lâcher l’antivirus, Isaacs est déjà là, remis des dommages causés par la grenade à bout portant. Sauf qu’arrive le clone d’Isaacs qui a amené les zombies… et quand il voit qu’il y a « le vrai Isaacs » décide de poignarder ce dernier et… ce passage a été écrit juste parce qu’il fallait un dénouement à tout ça. Bref, Milla balance l’antivirus, alors que Wesker, de son côté, rend son dernier soupir et lâche la grenade, faisant exploser le laboratoire de la Hive, ainsi que les membres d’Umbrella et leurs familles qui n’y étaient pour rien mais qui vont quand même mourir parce que bon. Milla s’écroule au contact de l’antivirus et perd connaissance…

… Puis se réveille. Oh, allez quoi, vous saviez bien que Milla n’allait pas mourir, quand même (on notera quand même que dans toute sa vie, la seule chose qui aura réussi à neutraliser Milla c'est une moto) ? bref, la Red Queen s’active une dernière fois pour dire la vérité à Milla :

« Je me suis remise en ligne, j’ai annulé les attaques sur le dernier bastion de l’humanité »
« Je ne suis pas morte ? »
« Nous voulions savoir si tu étais prête à faire le sacrifice… tu es vraiment meilleure que nous »

Et puis après dernier twist, la Red Queen montre plein d’images d’Alicia jeune

« Avant de mourir, Alicia Marcus a téléchargé ses souvenirs et te les envoie… l’enfance que tu n’as pas eu est désormais tienne »


Ouais, sauf que non. Ce ne sont PAS ses souvenirs, ce sont les souvenirs d’une femme qui a laissé un plan d’apocalypse débile se produire juste parce qu’un prêcheur fou a décrété que la meilleure solution à la crise de surpopulation se trouvait dans la Bible.

Dans une interview, Paul W S Anderson dit qu’au départ il avait prévu dans son script de faire mourir le personnage d’Alice, mais qu’en fait en faisant cette fin c’est tout aussi fort émotionnellement que si elle était morte : car la femme qui n’avait pas de souvenir en a désormais.

Eh bien, non. Ce n’est pas aussi émotionnel, et ce ne sont pas ces souvenirs, c’est surtout une grosse perte de temps.

Mais au moins, cette recherche du « fort émotionnellement » m’en dit long sur ce que Paul W S Anderson voulait communiquer dans ses films, et m’explique en partie l’incohérence totale entre ses divers films.

La dernière scène du film nous montre Milla filant vers Manhattan à moto, avec un speech

« L’antivirus peut mettre des années à guérir tout le monde ; d’ici là… mon job n’est pas terminé »


Bref, on ne conclut pas réellement.

Après tout c’est ce qui s’est passé dans toute cette saga : on a jamais réellement commencé les événements, on ne les a jamais réellement expliqués, on ne les a jamais réellement reliés, et on ne les aura donc jamais réellement conclus. Bref. Paul W S Anderson n’a jamais réellement fait de film.

Conclusion : The Final Chapter est une perte de temps. C’est plat, c’est chiant, c’est prévisible… bref… c’est à la hauteur des Resident Evil scénarisés par Capcom.

…. Ah merde.

_________________
j'ai une grosse passion, tu veux la voir ?
Revenir en haut Aller en bas
Nicoscolosse
°°°
°°°
avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 23
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: AJV - Resident Evil : The Final Chapter   Mer 1 Nov 2017 - 22:14

Eeeeeh beh. D'un côté tu nous vends ces films comme des abominations sans nom, mais en même temps tu me donnes envie de les regarder ahahah.
C'est dingue un tel degré de je-m'en-foutisme/stupidité de la part du réalisateur. Remarque je me dis que je n'aurais pas relevé la moitié des absurdités que tu pointes.

Bon boulot sur cette chronique, le texte a l'air tellement long mais au final ça se lit tout seul et avec plaisir. Et puis le travail de recherche/les liens faits avec les jeux et les autres films, c'est bien cool.
Je pense regarder ce film un jour et alors je penserai sûrement à toi.
Revenir en haut Aller en bas
KEN
Admin
avatar

Messages : 3388
Date d'inscription : 26/04/2011
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: AJV - Resident Evil : The Final Chapter   Mar 7 Nov 2017 - 12:51

lol 2 Tu as tout mon respect de décortiquer avec autant de passion cette saga de merde Laughing

J'ai pris beaucoup de plaisir à te lire (encore une fois), j'espère que l'on a conclu cette chronique pour de bon une bonne fois pour toutes xD Au final ce que l'on retient de ce film c'est que Milla et Paul vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants c'est ça c'qui compte vraiment bravo

amour amour amour

Citation :
Quelle aventure, n’est ce pas ? RGS a eu le temps de mourir et de renaître puis de re mourir et de renaître pour que les aventures de Milla & les zombies puissent trouver une conclusion.
Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
TechnoWolf
°°°°°°
°°°°°°
avatar

Messages : 1235
Date d'inscription : 19/02/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: AJV - Resident Evil : The Final Chapter   Mar 7 Nov 2017 - 21:05


_________________
j'ai une grosse passion, tu veux la voir ?
Revenir en haut Aller en bas
KEN
Admin
avatar

Messages : 3388
Date d'inscription : 26/04/2011
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: AJV - Resident Evil : The Final Chapter   Mar 7 Nov 2017 - 23:52

J'étais en train de lire mais après avoir lu ça :

Hiroyuki Kobayashi a écrit:
Personnellement, j’aime la réalisation de Paul W.S. Anderson sur les films. J’aimerais que ce soit un peu comme ça, mais j’ai envie de voir encore plus d’action.

J'ai eu plusieurs émotions (physiques et émotionnelles): j'ai saigné, j'ai ris, j'ai pleuré, et j'ai arrêté de lire... What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AJV - Resident Evil : The Final Chapter   

Revenir en haut Aller en bas
 
AJV - Resident Evil : The Final Chapter
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Retro Game Space :: AU COMPTOIR DU GEEK :: >>> CAFÉ RGS -
Sauter vers: