Forum retrogaming
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:

Aller en bas 
AuteurMessage
JeuxvideoTEST66
°
°
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Mer 8 Aoû 2012 - 13:23

J'ouvre Ce Pitit Topic dédié a Ces Histoires d'épouvantes (Vrai ou pas scratch ) En gros Quelque Histoire des CreepyPasta ^^ , Vos préférez Ainsi Que les Plus Réalistes Ou pas !
Pour ceux qui Habitent Au fond d'une Caverne Les Creepy PAsta On pour But , D'avoir des histoires écrites (plus ou moins réalistes) Glauque , Gore , Malfaisant , flippant tout ce que vous voulez en Fait qui fait parties De la Famille du Mot Peur Crying or Very sad
Se sont Souvent des Histoires Assez Longues .
Quelques Fois elles Ont rapport avec les Jeuxvideo ou encore des dessins Animé (voir en dessous)
N'hésitez pas à Regarder LA page Facebook ainsi que le site Officiel (qui N'exite Plus malheureusement ) ! http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/
Twisted Evil
Je commence !
Ma préférer Est Celle Avec Pingui ( Mon Dessin animé Préférer de l'enfance ).

https://www.facebook.com/notes/creepypasta-in-french/le-cauchemar-de-pingu/209308125798925

Et vous Sa vous dit Pas de Créer une Histoire Glauque qui se passe Dans Mario Kart (Déja réaliser) Ou dans Zelda Ou encore D'autre Bon jeu rétro !

J’espère Ne pas me faire refouler Razz

Aller Adeu !
Revenir en haut Aller en bas
Nicoscolosse
°°°
°°°
avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 24
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Mer 8 Aoû 2012 - 15:51

Topic intéressant, j'aime beaucoup ce genre d'histoires ! Creepypasta from the crypt est d'ailleurs dans mes marque-pages.

Si un de ces soirs je suis motivé, pourquoi pas essayer de vous pondre quelque chose, mais faudrait pas s'attendre à quelque chose de bien folichon.
Revenir en haut Aller en bas
cityhunter
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 530
Date d'inscription : 26/04/2012
Age : 30
Localisation : Djerba, Mednine, Tunisia

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Mer 8 Aoû 2012 - 18:16

ça me rappelle cher de poule Suspect ou mieux encore les contes de la cryptes affraid
que des bons souvenirs .

_________________
RGS ( Retour Gènial Spéciale  Twisted Evil  <=
Revenir en haut Aller en bas
Nicoscolosse
°°°
°°°
avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 24
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Jeu 9 Aoû 2012 - 0:40

Owi je kiffais les Chair de Poule.

Et là je commençais à écrire quelque chose, une contribution impro vite-fait avant d'aller me coucher, mais j'ai été bloqué sur le début et finalement j'ai laissé tomber, pas vraiment envie de passer 2h dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Arqsyx
°°°
°°°
avatar

Messages : 393
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 25
Localisation : Neuilly-Plaisance

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Jeu 9 Aoû 2012 - 15:03

Aaah les Creepy Pastas, j'adore ces histoires.
Y'a pas mal de CreepyPasta Pokemon (sur des roms hacké) qui ont été créer et mise en ligne sur youtube, c'est vraiment sympas à regarder je trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Psyhodelik
°°°°°°
°°°°°°
avatar

Messages : 2217
Date d'inscription : 08/05/2011
Age : 35
Localisation : Bondy

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Jeu 9 Aoû 2012 - 15:19

Moi celle que je trouve la pire est l'histoire du mec à micromania qui ressort avec une PS3 dans les mains avec un sourire béa sur le visage... Brrrr ca me fait froid dans le dos affraid

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.testmode.fr
promethe
°°
°°
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 31
Localisation : Béthune

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Jeu 9 Aoû 2012 - 16:37

Psyhodelik a écrit:
Moi celle que je trouve la pire est l'histoire du mec à micromania qui ressort avec une PS3 dans les mains avec un sourire béa sur le visage... Brrrr ca me fait froid dans le dos affraid

Tu fait une fixation sur la PS3 toi :pv:

Aller rallume là ^^
Revenir en haut Aller en bas
Psyhodelik
°°°°°°
°°°°°°
avatar

Messages : 2217
Date d'inscription : 08/05/2011
Age : 35
Localisation : Bondy

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Jeu 9 Aoû 2012 - 16:41

Ho c'est devenu un running gag sans arrière pensé Laughing

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.testmode.fr
Nicoscolosse
°°°
°°°
avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 24
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Ven 10 Aoû 2012 - 2:08

Seconde tentative, youpi c'est parti (bon par contre c'est pas vraiment une histoire qui fait peur en fait, au pire je la changerai de topic) :

Hier j'ai rendu visite à un pote, entre autres parce que c'était son anniversaire, et que donc j'ai voulu lui faire plaisir, ne serait-ce que par ma présence : il est en prison, et ce depuis un an. Ouais, depuis pile un an, il a donc atterri là-dedans le jour de son anniversaire précédent. En plus il était flic (et il aimait son métier), c'est con. Franchement pas une chouette histoire, le pauvre gars a maintenant une vie de merde, et vu comme c'est arrivé, en plus, c'est vraiment con. Vous voulez savoir comment c'est arrivé, hein ? De toutes façons vous avez pas le choix, que vous le vouliez ou non je l'ai écrit, donc bon, votre volonté y changera que dalle, vous avez qu'à pas lire si vous avez pas envie.

Ben on est partis donc, attention ça risque d'être long et chiant, je suis pas un super raconteur d'histoires :
Ce jour-là, ou plutôt ce soir-là en fait, parce que c'était en fin de journée alors que Damien (mon pote, la star de l'histoire) et ses collègues allaient rentrer chez eux, Damien était plutôt heureux. Sa vie était pas dégueulasse, et sa journée pas si mauvaise : c'était son anniversaire donc, et même si pas grand monde lui avait souhaité, c'était pas bien grave, il s'attendait à déguster dans l'heure (à son retour chez lui) un succulent repas préparé par sa femme, en son honneur, pour son anniversaire, avec probablement un chouette Tiramisu en dessert, comme tous les ans, son dessert préféré.

Alors que l'heure de la libération approchait à grand pas, un appel parvint au poste : il leur était demandé d'aller vérifier une maison où une dispute conjugale bruyante avait été signalée. Deux des collègues à Damien partirent vérifier ça, et il n'en restait plus qu'un avec lui. Un qui ne tarda pas à s'en aller d'ailleurs, tout en demandant à Damien s'il voulait bien attendre le retour de leurs deux collègues afin de leur transmettre quelques papiers. Il fait pas ça pour se libérer et laisser Damien faire son boulot à sa place hein, seulement il se doutait que Damien attendrait le retour de ses collègues de toute manière, car il aime bien partir en dernier, avec les derniers collègues restants qui partent en même temps, afin de discuter un peu avec eux sur le chemin de la voiture.

Damien accepta donc la demande de son collègue (Serge, qu'il s'appelait), et attendit. Une bonne dizaine de longues minutes s'étaient écoulées et il attendait toujours, s'ennuyant, étant donné qu'il avait rien à faire. Il jouait avec un élastique, tout en se balançant sur sa chaise (bien que sa mère lui ait toujours dit que fallait pas faire ça), alors qu'il fut tiré de son ennui par ses deux collègues qui s'étaient absentés. Ils étaient pas de retour au poste, en fait ils étaient carrément encore sur le lieu de la dispute où ils ont été envoyés. Et ils appelaient Damien, d'ailleurs ils ont eu un peu de chance qu'il soit encore au poste, même s'ils étaient surs qu'il le serait. Une chance donc, car ils avaient une urgente besoin de son aide. Damien eut en effet l'étonnement d'entendre un de ces collègues lui parler, assez fort, rapidement et d'un air paniqué :
Spoiler:
 

"Damien t'es là mec ? On a besoin de ton aide ici, on a affaire à un homme armé et dangereux, et... oh mon dieu... un ou plusieurs morts... J'ai noté l'adresse sur mon bureau, je t'en supplie dépêche-toi, prends pas le temps d'amener du renfort on saura quoi faire quand tu seras là, préviens-nous juste quand tu arrives et on te dira comment procéder"
Et après ça, silence.

Bien que tremblant un peu (il avait peur pour ses collègues, qui étaient aussi ses amis), il était déjà en voiture en moins de temps qu'il n'en faut pour raconter la blague du schtroumpf qui tombe et se fait un bleu. Et pourtant comme on vient de pouvoir le constater, elle est courte.
Les quelques minutes de route qui le séparaient de sa destination pas si éloignée lui furent affreuses, et surtout affreusement longues. Il pensait à tellement de choses qu'il ne savait même plus à quoi il pensait. Il voulait rouler plus vite, être déjà arrivé, chaque seconde peut compter, qui sait ce dont l'homme armé pourrait être capable ? Mais en même temps, il n'a pas hâte d'y être. Il n'a même simplement pas envie que ce qui lui arrive là soit vraiment en train de lui arriver. Que ce soit un bête cauchemar, voilà ce qu'il aimerait, là, plus que n'importe quoi d'autre. Mais bon, c'est pas si simple, on a pas toujours tout ce qu'on veut.

Ça y est. Il est arrivé. La voiture de ses collègues est bien garée, devant la maison. Damien, lui, ne prend pas le temps et se gare en trombe, ce qui en fait est inutile étant donné qu'il attend maintenant de connaître la situation, l'état des lieux, avant de se précipiter bêtement dans la maison. Il appelle donc ses collègues.
"Alors, dites-moi, je peux entrer ?! Comment ça se passe de votre côté ?
-C'est bon, on l'a presque coincé, il a essayé de nous avoir en vain et on pense qu'il est à court de munitions... Il ne bouge plus, mais on ne veut pas faire de bêtises, alors on attendait que tu arriv... OH MERDE !"

Un coup de feu. Un cri. Plus rien. Silence dans la maison. Damien était trempé de sueur, bien que le coup de feu lui ait glacé le sang. Il paniquait comme un dingue tout en essayant de rester calme. Il ne savait pas s'il devait parler, essayer d'obtenir une réponse de ses collègues. Il essaya quand même, tout en priant pour en avoir une de leur part, et en essayant de se rassurer. C'est vrai, après tout, ses collègues étaient deux, et Damien n'a entendu qu'un seul cri et coup de feu. Pour les cris il ne pouvait pas être sur, mais le coup de feu, il n'a pas eu besoin de son appareil de communication pour l'entendre. Et il n'en a entendu qu'un seul.
Malheureusement, tout ce qu'entendait Damien était une respiration, forte et précipitée. Sa respiration, en fait. N'ayant pas de réponse de ses collègues, il continuait d'essayer de se rassurer. Peut-être l'homme avait-il été neutralisé ? Ses collègues n'avaient pas emporté d'arme à feu, mais ils ont peut-être réussi à s'emparer de celle de l'homme. Damien espère que l'homme a été neutralisé sans être tué, et que tout va bien se terminer. Ça, pour espérer, il espère. Peut-être ont-ils perdu un homme ? Ou bien un a été "seulement" blessé, mais ils sont parvenus quand même à neutraliser l'homme, probablement à cause d'un manque de munitions dans son arme ? Damien imagine tous les scénarios possible, toujours en priant pour qu'il ne soit rien arrivé de malencontreux à ses amis.

Il se décide à sortir de la voiture, et se dirige vers la porte d'entrée. Elle était en fait déjà entrouverte, ce qui permet à Damien de faire une entrée assez discrète. Mais bon, même s'il essaye d'être discret, il doute que ce soit très utile, étant donné que l'homme est au courant de son arrivée grâce à la communication que Damien a eue avec ses collègues, avant le coup de feu. Dans la maison, il faisait sombre. De quoi faire toujours plus stresser notre agent, d'autant plus qu'il ne s'y attendait pas, les volets étant fermés il ne s'en était pas rendu compte depuis l'extérieur de la maison. Mais d'un côté, alors qu'il cherchait un interrupteur et s'apprêtait à éclairer la salle où il se trouvait, il oublia cette idée et se dit plutôt que l'obscurité lui serait utile, pour la discrétion toujours, tandis qu'allumer une lumière ne ferait qu'indiquer sa position à l'homme, dont il ne connaît pas la situation : est-il toujours armé, par exemple ?

Il faut un peu de temps à Damien pour s'habituer à l'obscurité, et commencer à discerner des formes qui se dessinaient peu à peu autour de lui. Il marchait quand même d'un pas hésitant, toujours en essayant d'être discret. Tout était étrangement calme (probablement l'homme se cachait-il), et il ne discernait pas de désordre ni d'autre quelconque trace de violence. D'ailleurs, ses collègues ne lui avaient-ils pas parlé de victimes ? Où sont elles ? Pas dans cette pièce en tout cas, il semblerait. Et surtout, ses collègues ! Aucun signe d'eux. Damien hésitait à leur lancer un appel, mais il ne voulait pas dévoiler sa présence. Sans s'en rendre compte, il tenait son pistolet en main. Lui avait pris une arme, afin d'être paré face à une éventuelle attaque de l'homme. Alors qu'il se déplaçait, toujours lentement, dans la salle, il vit une ombre bouger devant lui, et s'arrêter en face de lui. Damien faillit crier, mais il était simplement figé de peur, et se demandait que faire : qui était cette personne ? Un de ses amis, ou bien l'homme ? La personne ne bougeant pas, il espérait que ce soit un de ses collègues étant dans la même situation, se posant la même question que lui.

Mais la réponse à cette question ne tarda pas à arriver : Damien vit la silhouette de la personne face à lui lever les bras parallèlement au sol, joints au niveau des mains sur une arme. L'homme armé, c'était lui, cela ne faisait aucun doute. "Les mains en l'air, mon gaillard !", dit-il. Pourquoi lui demandait-il ça ? Son arme était probablement vide, et surement voulait-il bluffer, à la Martoni. Mais Damien eut quand même peur de mourir, ne sachant pas de quoi le personnage était capable. Et ayant déjà son arme en main, il parvint tout de même à garder son sang froid, à viser l'homme, et à tirer, alors qu'il entendit l'homme hurler "DAMIEN, NON !". Ce n'est qu'après avoir tiré qu'il fut intrigué par le fait que l'homme ait prononcé son nom, ce qui sur le coup ne l'a pas arrêté, à cause de la panique. Pourquoi avait-il prononcé son nom ? Peut-être était-ce la panique, justement, qui lui jouait des tours ?

Mais à peine eut-il le temps de se poser des questions qu'il entendit, alors que le coup de feu retentit, des cris, beaucoup de cris, principalement des hurlements de femmes, dans son dos. Et dans ces cris il entendait notamment son nom, une fois encore. Mais là, c'était pas le simple fait d'entendre son nom qui le rendait confus. En effet, il était plus que confus, il ne comprenait plus rien, était-il en train de devenir fou ?! Il se précipita vers un interrupteur, d'un pas précipité mais hasardeux, ne sachant pas où trouver un interrupteur. Mais il parvint assez vite à en trouver un, et à l'enclencher. La salle s'illumina alors, et Damien regarda dans la direction d'où provinrent les cris. Qu'est-ce qu'il vit ? Plein de gens. Des gens qu'il connaissait. Et au dessus d'eux, une banderole : "Joyeux anniversaire Damien !"


Voilà, on remerciera tous ceux qui ont contribué à l'organisation de cette superbe farce d'anniversaire surprise, maintenant Damien est derrière les barreaux donc, pour avoir tué un de ses meilleurs potes le soir de son anniversaire \o/
(le pote en question c'était Serge, ce qui était un peu prévisible en fait, étant donné que j'ai dit au début qu'il s'appelait Serge)


Et youpi, après relecture je me rends compte qu'en fait c'est pas immersif du tout mon truc. Ou alors c'est parce que c'est moi qui l'ai écrite, m'enfin je l'ai quand même pas trouvée bien intéressante à lire.
En espérant que ça plaise quand même un minimum !
Même si je me doutais que ça serait pas top (comme je le disais je suis pas un pro pour raconter des histoires), j'avais bien envie de l'écrire.
(par contre, avec ma vitesse de lecture, la musique colle super bien \o/ )
Revenir en haut Aller en bas
JeuxvideoTEST66
°
°
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Ven 10 Aoû 2012 - 11:07

C'est toi qui l'a écrit ? Very Happy
Tu parle c'est immersif mais quand "on vit l'ombre" On pense un peu que se soit une surprise Wink
Mais sa va Razz C'est pas trop creepy Jveux dire il aurait pu retrouvé les 2 victimes ainsi que ses collègues dans la salle de bain rempli de sang pirat Nan C'est pas mal Mais sa manque de Creepy .
N’empêche J'était à fond dedans study Très immersif T’arrête Pas rabbit .
Revenir en haut Aller en bas
Nicoscolosse
°°°
°°°
avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 24
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Ven 10 Aoû 2012 - 11:12

Héhé merci !
Ouep en fait c'est qu'à la fin que je me suis rendu compte que, comme je le dis au début, j'ai ptet pas posté ça dans le topic adapté, étant donné que ça fait pas vraiment peur.
Mais c'est un peu difficile de faire quelque chose d'original, j'aurais pas vu trop d'intérêt à faire le personnage trouver les victimes dans la salle de bain remplie de sang ; j'aimais bien l'idée de l'anniversaire surprise qui foire.
Revenir en haut Aller en bas
JeuxvideoTEST66
°
°
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Ven 10 Aoû 2012 - 11:23

Enfet C'est Horrible Du sens Réaliste ! Smile Mais c'est quand même Bien pirat
Revenir en haut Aller en bas
JeuxvideoTEST66
°
°
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Ven 10 Aoû 2012 - 11:43

:doublepostdésolé:
Pour ceux qui n'ont plus de café pour Geeker La nuit des images Horribles : http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/p/images-creepypastiques.html

Ou encore Pour les Fans des Zelda Il y'a également Des Histoires Sur le célèbre Hero à la Capuche Verte ! http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/search/label/zelda
Revenir en haut Aller en bas
Nicoscolosse
°°°
°°°
avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 24
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Ven 10 Aoû 2012 - 11:52

Ah oui ces images, tout comme la section vidéo, c'est super dérangeant Shocked
Quand je suis dans le noir et que je regarde ça, je flippe et je me sens mal à l'aise, genre dans la section vidéo j'ose pas lire une seule vidéo (ou bien je survole avec le curseur, ou je cache les 3/4 de l'image pour pas être surpris).
D'ailleurs hier j'ai découvert les affreux écrans d'erreur de la Game Boy Camera comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
JeuxvideoTEST66
°
°
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Ven 10 Aoû 2012 - 19:18

N’empêche C'est pas cool D'avoir créer des Images Qui foutent les Boules confused

Mais bon Jvais voir SI je peut en faire un moi (même sans talent d'écrivain ) .
Y'aura Un truc de Moche J'écris pas parfaitement .. I love you Vous me Pardonnerez . alien
Revenir en haut Aller en bas
sélénite
°
°
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 22/07/2012

MessageSujet: Essai d'histoire   Sam 11 Aoû 2012 - 12:06

Salut,
j'ai trouvé sympa l'idée de mon pote Nico de s'essayer à la création, du coup moi aussi j'ai eu envie de lui emboiter le pas. Alors voici la toute première fois que j'écris une histoire dans ma vie.
C'est un peu long mais j'espère que vous aimerez.


David


"-tiens-moi !
-Je te tiens David"
Mais ses mains sont moites, par l'effort qu'on leur demande et la crainte de ce qui va arriver : David va tomber.
La peur remplis les yeux de l'enfant. Il a à peine 10 ans et il sent la mort peu à peu se marier à la gravité et tirer ses jambes vers le bas. Ses bras s'engourdissent, il ne sent plus rien et ses forces le quittent. Tout ce qui le retient de la chute c'est la main de cet homme qu'il ne connaît pas. Cette main qui glisse inévitablement.
-oh non je t'en supplie tiens moi j'vais tomber
-S'il te plait David regarde moi, essaie d'attraper le rebord, il faut que tu m'aides.
L'enfant sent la main de l'autre se dérober peu à peu.
-S'il te plait ! S'il te plaît ! S'il te plaît me laisse pas mourir, je veux pas tomber, j'ai mal, tiens moi tiens moi ! Je glisse !
L'homme ferme les yeux. Il est à bout de force et il pleure parce qu'il réalise qu'il est impuissant face au drame qui se joue et dont il est le pion sans pouvoir.
Dans le noir on entend David sangloter, il murmure des mots, comme une incantation, un prière pour se rassurer que ceci n'est pas en train d'arriver.
Quatre doigts...
La main glisse de plus en plus. David crie. Il crie tout ce qu'il peut crier pour qu'on vienne a son secours
Trois doigts...
Ses cris frappent les parois du gouffre dans lequel il va tomber. Ses cris percent les tympans, et plus il crie, plus il se débat.
Deux doigts...
L'homme regarde David, il n'en peut plus et dans un dernier souffle
-Je... Je... Suis désolé.
-Non ! Non ! Nooooooon !
David crie de plus belle, mais la main ne le tient déjà plus.
Il tombe.
Il fait une chute sans fin dans un gouffre inconnu, les secondes passent, David a le coeur qui s'arrête sous la frayeur puis reprend. C'est si douloureux la peur.
Et enfin le bruit.
Le bruit de ses os qui se brisent un par un contre le sol. D'abord le dos, puis le crâne qui rebondit, les jambes.
Le goût du sang dans la bouche.
David ferme les yeux, il a froid et sent la vie lui échapper.

Hôpital Necker, Paris

Le bruit des machines, régulières, la non-vie qui maintient la vie.
Elle ne le reconnaît pas. Pourtant cette petite silhouette frêle emprisonnée par des tubes, des bandes et des sondes c'est bien son fils.
David.
Elle s'est précipitée lorsqu'elle a entendu ces quelques mots sur son portable :
-Madame, ici l'hôpital Necker. C'est à propos de votre fils...
Elle ne se souvient plus trop de la suite, débordée par l'émotion : quelque chose de grave était arrivé à son fils.
Au bord du lit médicalisé une voix vient la tirer de sa contemplation
-Madame, puis je vous voir un instant ?
Elle suivit le médecin, essayant de garder le regard sur son enfant.
-Voilà madame, nous avons le résultat de ses examens. Pour tout vous dire c'est un vrai miracle que votre fils s'en soit sorti vivant.
-Mon dieu mais que s'est-il passé ? Où l'avez vous trouvé ?
-Nous ne savons pas ce qui s'est vraiment passé madame, nous ignorons la raison de tout ceci.
Il a été trouvé vraiment par hasard, au fond d'un sous-sol d'une usine désaffectée. La police à d'abord trouvé le corps d'un homme d'une trentaine d'années quelques étages au dessus. Il était comme broyé : aucun os n'était intact, puis les agents on entendu des gémissements venant de cette cavité.
C'est un vrai miracle que votre fils s'en soit sorti vivant, il n'aurait pas dû survivre à une telle chute.

Retenant ses larmes la mère ne sait plus si elle doit être heureuse d'entendre cette phrase ou meurtrie de voir son fils entre la vie et la mort.
-Que va-t-il se passer ensuite ? Finit-elle par souffler.
-Votre fils va vivre madame, il va vivre. Cependant il en gardera probablement de grandes séquelles, il aura du mal à marcher, à se concentrer, à parler, ses blessures sont conséquentes. Néanmoins nous feront tout ce que nous pourrons pour réduire ces handicaps.
-Merci, mon dieu merci.
Ne sachant vers qui se tourner, la mère pleure, seule face à son fils,
Le blessé à vie, le miraculé.

20 ans plus tard.

David marche péniblement. Il fait le trajet quotidien qui lui coûte l'énergie de sa journée : de chez lui au banc près de la rivière. Quelques centaines de mètres de bravoure, quelques mètres ridicules.
Il s'assied essoufflé et commence sa longue contemplation de l'eau avec cette phrase dans sa tête : "pourquoi moi ?"
Une phrase qui restait chaque fois sans réponse. Mais ce jour là...
David eu soudain un frisson.
Il n'avait pas remarqué la présence de l'homme et ne l'avait pas vu arriver, pourtant David était sûr de n'avoir vu personne sur sa route.
Mais que veut dire "être sûr" quand il nous manque certaines facultés ?
-Bel endroit n'est-ce pas ? Engagea l'homme.
-Oui, be... Be... Bel endroit,
prononça David avec effort.
-Vous venez souvent par ici n'est-ce pas ?
David resta interrogatif. Qui était cet homme ?
-Tu cherches encore à savoir pourquoi n'est-ce pas David ?
David ne pu rien dire. Que savait d'autre cet inconnu ?
-Si je te disais que tu peux tout recommencer ? Que serais-tu près à donner pour que ce soit possible ?
-Qu...qu...qui êtes vous ? La panique et la fascination couraient dans les veines de David.
-Qui je suis n'a pas autant d'importance que ce que je peux t'offrir. Alors ? Qu'es-tu près à donner ?
voilà ce que je te propose : je te propose de tout recommencer contre ton âme, lorsque tu arriveras la fin de ta vie.
Étonné par une telle proposition David se mit à rire.
Le diable ! Cet homme se prenait pour le diable !
-d'accord ! S'amusa-t-il a répondre.
-Marché conclu fit l'homme. A très bientôt donc ! Puis il tourna les talons, reprenant sa route.
David souri longuement de cette rencontre inattendue avec ce vagabond totalement fou. Puis retourna chez lui.

Quelques jours plus tard, le téléphone de David retentit. En décrochant il entendit une voix lointaine appeler faiblement au secours.
Le sang de David se glaça.
Il ne réfléchi pas bien longtemps et appela un taxi : il devait se rendre la bas, pour être certain.

Le taxi s'arrêta devant l'immense bâtisse noire qui fut autrefois une usine de recyclage de papiers.
Elle était à l'abandon et en très mauvais état : divers trous parsemaient le toit, les pigeons y avaient élu résidence. C'était devenu le lieu des défis entre jeunes casse cou.
Lui aussi y était venu plus jeune mettre au défi sa témérité. Il avait gagné, en quelque sorte.
-Vous êtes sûr de vouloir descendre ici mon vieux ? Fit le chauffeur. Je vous préviens si il vous arrive quelque chose, je suis pas responsable.
Mais David ne teint pas compte de ces paroles, il était déjà descendu du véhicule et s'empressa de se diriger vers une ouverture dans un mur délabré.
Il lui fallu un peu de temps pour s'habituer à l'obscurité. Le soleil faisait des percées ça et la à travers le corps de cet immense sarcophage.
Il ne resta pas longtemps à se demander où il était, il se déplaçait aussi vite que ses jambes le pouvaient.
Il avançait à certains endroit à tâtons.
Soudain un effroyable froissement envahi l'air.
David se débattait en avançant à travers le rideau de chauves souris.

Accroché à ce qu'il reste du plancher, l'enfant appelle du plus fort qu'il peut ses camarades du "jeu de la mort" qui ont déjà déserté les lieux, le laissant à son sort, en ayant chacun juré ne rien savoir de ce qui était arrivé, de peur de la punition qui les attendrait si ils avouaient être venus ici.
Ses forces le quittent, il n'en peut plus et commence à se résigner lorsque soudain il entend :
-Petit !

David s'approche le plus près possible de la cavité en prenant garde qu'aucun morceau supplémentaire ne se détache. Arrivé au bord, il s'allonge et tend la main vers l'intérieur.
-Petit, n'ai pas peur, je suis là prends ma main.
David ne s’aperçut pas qu'il ne beguaillait plus.
-Oh s'il te plaît aide moi je veux pas mourir !
-Tu ne vas pas mourir.
Soudain David ressenti quelque chose de particulier, un frisson.
C'était la même sensation que...
Il tourna la tête et n'en cru pas ses yeux : l'homme ! L'homme du banc au bord de la rivière était là !
-Aidez moi je vous en supplie aidez moi à sauver l'enfant !
L'homme s'approcha doucement, s’accroupit près de David et feignat de scruter le fond du trou.
-te souviens-tu de notre marché ? Dit-il froidement.
Alors David compris.
-Ce que vous voulez mais sauvez le.
-Es-tu près à me donner ton âme à la fin de ta vie ?
-Oui oui tout ce que vous voulez !
L'enfant se fit pressant
-Tiens moi !
Fermant les yeux sous la douleur de son bras et de ce qu'il venait de réaliser, il dit :
-Je te tiens David.
Il se mit à pleurer.


Deux doigts...
L'enfant lâche prise et tombe dans ce gouffre interminable. Les secondes sont éternelles.
L'homme s'approche de David et lui murmure :
-Vois-tu, chacun voit l'enfer à sa manière. Aujourd'hui tu as l'occasion de voir toute sa puissance.
David ne dit rien. Il compris ce qu'était l'enfer : un accident qui se répétera sans cesse. Deux vies brisées au même instant.
Ce fut sa dernière pensée avant la douleur insupportable de ses os qui se brisaient de nouveau un part un. Il sentait ses muscles se déchirer, lorsque ses côtes transpercèrent sa peau, il crachat son sang. C'en était trop pour ce corps fatigué, David ne luttait plus. La douleur se propageait dans son corps entier. Une douleur tellement intense que son cœur ne pu le supporter.
Alors il s'arrêta.
Revenir en haut Aller en bas
JeuxvideoTEST66
°
°
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Sam 11 Aoû 2012 - 18:08

Wao !
Sympa !
Très simple à lire , study
Ainsi que saisissant , Digne d'un Court métrage !
Very Happy Mais C'est moins creepy que certaines histoire et tans mieux !
Sérieux C'est magnifique , on dirait une "nouvelle " ou le scénario d'un "court métrage" Continu !
Revenir en haut Aller en bas
Nicoscolosse
°°°
°°°
avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 24
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Sam 11 Aoû 2012 - 18:13

+1, je l'ai trouvée excellente (m'enfin ça il le sait déjà, parce que moi je l'ai lue en avant première, eh ouais)
Après certes ça fait pas vraiment peur, mais il avait pas trop envie de créer un nouveau sujet pour la poster, si j'ai bien compris, donc il l'a mise au même endroit que moi.
Revenir en haut Aller en bas
sélénite
°
°
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 22/07/2012

MessageSujet: creepy !   Sam 11 Aoû 2012 - 18:23

Merci !
mais moi j'ai eu peur en l'écrivant Shocked
Bon sans blague je vais chercher comment on écrit une histoire creepy, si j'y arrive un jour Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
JeuxvideoTEST66
°
°
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Sam 11 Aoû 2012 - 19:05

Bah Tu peux y arriver en 1 clin d’œil !
C'est vrai que c'est assez dur d'en écrire une enfaite .
Revenir en haut Aller en bas
Nicoscolosse
°°°
°°°
avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 24
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   Sam 11 Aoû 2012 - 21:40

Ben j'essaierai ça un de ces soirs tiens (pourquoi pas ce soir si j'ai pas trop envie de faire autre chose).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:   

Revenir en haut Aller en bas
 
CreepyPates On les Bouilli Quand ? :lol:
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Retro Game Space :: AU COMPTOIR DU GEEK :: >>> CAFÉ RGS -
Sauter vers: